Illustration magazine

J’ai parlé d’Illo. il y a peu, passons à son grand frère Illus­tra­tion magazine. Le numéro présen­té ici est le numéro 18 mais vous pouvez d’ore et déjà comman­der le 19.
Illus­tra­tion se concentre sur les illus­tra­teurs US des décen­nies précé­dentes et chaque numéro fait un focus sur deux artistes en général. Ce numéro 18 est consa­cré à Allen Ander­son (1908 – 1989) et Jack Potter (1927 – 2003).

yi ya !

dans l'espace on vous entend crier
clic

Ander­son s’est spécia­li­sé dans les couver­tures de pulps dans les années 40/​50 et s’est recon­ver­ti dans la publi­ci­té (il a fondé un minus­cule studio dans un petit patelin) lorsque la demande s’est raréfiée. Son travail est légère­ment carica­tu­ral et très dynamique.

un petit coup de soif ?
clic

Potter, après une brillante carrière dans la publi­ci­té, s’est recon­ver­ti dans l’ensei­gne­ment (visible­ment il ne suppor­tait pas la pression inhérente à son ancien boulot). Son travail, concen­tré sur le trait, est remar­quable par ses compo­si­tions soignées et toujours surpre­nantes (pour moi :-)).

Le magazine a la parti­cu­la­ri­té d’avoir des pages de pub intéres­santes puisque la galerie Marti­gnette présente des œuvres en vente.
Le site d’Illus­tra­tion magazine http://​www​.illus​tra​tion​-magazine​.com/

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, infor­mez-moi en sélec­tion­nant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée.

Étiquettes

8 commentaires

  • Bon j’espère que vous n’allez pas le regret­ter. À noter que Budplant vend des numéros annon­cés comme épuisés pour un prix réduit lien mort.

  • J’admi­rais l’illus­tra­tion de l’Action Stories quand je me suis aperçu que la position de la jambe gauche du cavalier est impos­sible telle que dessi­née.
    Enfin peu importe on admire surtout la fille ;o)

  • Ouais, c’est à cause du bourrin qui est trop petit, ou des person­nages qui sont trop grands plutôt, par rapport à l’espace dispo. Le dessi­na­teur aurait pu s’en aperce­voir avant l’encrage. Il devait être fatigué, il ne voyait plus rien :-)

  • Moi je ne dis rien, je dessine les jambes des cavaliers n’importe comment. Il va falloir que je m’applique un peu d’ailleurs. Mais j’aime bien la dispro­por­tion des person­nages. Ça apporte un côté ”cartoon” très dynamique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *