Harvey Dunn (Walt Reed – Flesk)

harvey-dunn-illustrator-painter-flesk-couv

Sous titré Illus­tra­tor and Painter of the Pioneer West, ce beau livre de 304 pages de Walt Reed parcourt l’ensemble de l’oeuvre de Harvey Dunn (1884 – 1952), né dans les prairies du Dakota du Sud, élève de Howard Pyle avant d’enseigner lui-même la peinture et l’illustration.
Ses premiers travaux en tant que pro se basent sur ses souve­nirs de jeunesse et il conti­nue­ra à peindre les premiers émigrants européens vivant dans les Plaines jusqu’à la fin de sa vie. Il a travaillé pour tous les grands magazines de l’époque et est engagé par l’Armée en 1917 avec sept autres artistes pour accom­pa­gner les Forces Améri­caines en France. Le but du jeu était de réali­ser les images héroïques propres à motiver les popula­tions civiles et vendre des bonds de guerre. Mais le travail très réaliste des croquis et début de tableaux des artistes sur le front ne plaît pas à l’État-Major et, après l’Armistice, Dunn est dépité de ne pas pouvoir réali­ser les tableaux qu’il avait proje­té – il réalise toute­fois de nombreuses illus­tra­tions sur le thème pour diffé­rents magazines jusqu’à la Seconde Guerre Mondiale. L’enseignement va devenir une de ses grandes passions et il va aider à former de nombreux illus­tra­teurs de l’époque – Dean Cornwell, Harold Von Schmidt, Mario Cooper et beaucoup d’autres.
Le livre montre des travaux de toute les époques et de tous les genres même s’il se focalise un peu sur le travail de Dunn peintre des Plaines – parte­na­riat avec le Musée qui a hérité d’une partie de son travail oblige – présente sa technique rapide­ment, liste ses élèves et résume la carrière des plus connus, liste ses travaux et présente un petit fasci­cule réali­sé à l’époque par ses élèves repre­nant ses conseils, réflexions et critiques donnés pendant un cours. À noter qu’un nombre impor­tant de ses oeuvres origi­nales ont dispa­ru, soit qu’elles n’aient pas été récupé­rées par Dunn, soit qu’il ait réuti­li­sée la toile pour d’autres peintures. Visible­ment, s’il avait une haute opinion du travail d’illustrateur que ce soit pour les magazines ou la publi­ci­té, il consi­dé­rait ses propres illus­tra­tions comme ”inutiles” une fois publiées. Son travail, relati­ve­ment impres­sion­niste, est une de mes sources de réflexion du moment et je suis assez fasci­né par ses premiers tableaux, très sombres et quasi monochromes – puisque les peintures étaient à l’époque repro­duites en noir et blanc. Seule ”ombre” au tableau de mon point de vue : Dunn a six ans lors du massacre de Wounded Knee dans le Dakota Sud mais les Natives existent à peine dans sa peinture. Ses braves et coura­geux agricul­teurs luttant contre les intem­pé­ries semblent labou­rer un espace vierge, sans Histoire.
Le livre est à un prix scanda­leux sur Am..fr et vous pouvez vous tourner direc­te­ment vers l’éditeur même si livre+frais d’envois repré­sente une sacrée somme. Je me le suis offert l’année dernière en cadeau d’anniversaire et engagé un porteur de valise pour me le livrer des States…

la bataille de la Moria
la bataille de la Moria
une soirée qui va coûter cher
une soirée qui va coûter cher
le vestiaire des garçons
le vestiaire des garçons
piscine olympienne
piscine olympienne

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, infor­mez-moi en sélec­tion­nant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée.

Étiquettes
,

2 commentaires

  • Sacrée somme…Mais le sacri­fice a l’air d’être à la hauteur…Sublime.C’est encore un autre regard;et la force de ces images présen­tées est boule­ver­sante.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *