Harvey Dunn (Walt Reed – Flesk)

harvey-dunn-illustrator-painter-flesk-couv

Sous titré Illus­tra­tor and Pain­ter of the Pio­neer West, ce beau livre de 304 pages de Walt Reed par­court l’ensemble de l’oeuvre de Har­vey Dunn (1884-1952), né dans les prai­ries du Dako­ta du Sud, élève de Howard Pyle avant d’enseigner lui-même la pein­ture et l’illustration.
Ses pre­miers tra­vaux en tant que pro se basent sur ses sou­ve­nirs de jeu­nesse et il conti­nue­ra à peindre les pre­miers émi­grants euro­péens vivant dans les Plaines jusqu’à la fin de sa vie. Il a tra­vaillé pour tous les grands maga­zines de l’époque et est enga­gé par l’Armée en 1917 avec sept autres artistes pour accom­pa­gner les Forces Amé­ri­caines en France. Le but du jeu était de réa­li­ser les images héroïques propres à moti­ver les popu­la­tions civiles et vendre des bonds de guerre. Mais le tra­vail très réa­liste des cro­quis et début de tableaux des artistes sur le front ne plaît pas à l’État-Major et, après l’Armistice, Dunn est dépi­té de ne pas pou­voir réa­li­ser les tableaux qu’il avait pro­je­té – il réa­lise tou­te­fois de nom­breuses illus­tra­tions sur le thème pour dif­fé­rents maga­zines jusqu’à la Seconde Guerre Mon­diale. L’enseignement va deve­nir une de ses grandes pas­sions et il va aider à for­mer de nom­breux illus­tra­teurs de l’époque – Dean Corn­well, Harold Von Schmidt, Mario Cooper et beau­coup d’autres.
Le livre montre des tra­vaux de toute les époques et de tous les genres même s’il se foca­lise un peu sur le tra­vail de Dunn peintre des Plaines – par­te­na­riat avec le Musée qui a héri­té d’une par­tie de son tra­vail oblige – pré­sente sa tech­nique rapi­de­ment, liste ses élèves et résume la car­rière des plus connus, liste ses tra­vaux et pré­sente un petit fas­ci­cule réa­li­sé à l’époque par ses élèves repre­nant ses conseils, réflexions et cri­tiques don­nés pen­dant un cours. À noter qu’un nombre impor­tant de ses oeuvres ori­gi­nales ont dis­pa­ru, soit qu’elles n’aient pas été récu­pé­rées par Dunn, soit qu’il ait réuti­li­sée la toile pour d’autres pein­tures. Visi­ble­ment, s’il avait une haute opi­nion du tra­vail d’illustrateur que ce soit pour les maga­zines ou la publi­ci­té, il consi­dé­rait ses propres illus­tra­tions comme « inutiles » une fois publiées. Son tra­vail, rela­ti­ve­ment impres­sion­niste, est une de mes sources de réflexion du moment et je suis assez fas­ci­né par ses pre­miers tableaux, très sombres et qua­si mono­chromes – puisque les pein­tures étaient à l’époque repro­duites en noir et blanc. Seule « ombre » au tableau de mon point de vue : Dunn a six ans lors du mas­sacre de Woun­ded Knee dans le Dako­ta Sud mais les Natives existent à peine dans sa pein­ture. Ses braves et cou­ra­geux agri­cul­teurs lut­tant contre les intem­pé­ries semblent labou­rer un espace vierge, sans His­toire.
Le livre est à un prix scan­da­leux sur Am..fr et vous pou­vez vous tour­ner direc­te­ment vers l’éditeur même si livre+frais d’envois repré­sente une sacrée somme. Je me le suis offert l’année der­nière en cadeau d’anniversaire et enga­gé un por­teur de valise pour me le livrer des States…

la bataille de la Moria
la bataille de la Moria
une soirée qui va coûter cher
une soi­rée qui va coû­ter cher
le vestiaire des garçons
le ves­tiaire des gar­çons
piscine olympienne
pis­cine olym­pienne

Si vous avez trou­vé une faute d’orthographe, infor­mez-moi en sélec­tion­nant le texte en ques­tion et en appuyant sur Ctrl + Entrée.

Étiquettes
,

2 commentaires

  • Sacrée somme…Mais le sacri­fice a l’air d’être à la hauteur…Sublime.C’est encore un autre regard;et la force de ces images pré­sen­tées est bou­le­ver­sante.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *