Georges Beuville (Gargantua)

Les éditions Gargan­tua, sous la direc­tion éclai­rée de Marc Lizano et Joël Legars, propose un petit artbook sur le grand Beuville dont j’ai moulte­ment parlé sur ce blog. À peine 32 pages qui zooment sur le travail de plume et de gouache, cherchant à montrer la matière et le rendu plus que l’image elle même. C’est frustrant et émouvant à la fois. Beuville simpli­fie la forme et dépose les couleurs pas taches, c’est très stimu­lant, ça donne une vie intense. Ça donne surtout une furieuse envie de se mettre au boulot.

patte de velours et alchimiste

le mystère de la bouteille pleine

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, infor­mez-moi en sélec­tion­nant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée.

16 commentaires

  • Le choix édito­rial est un risque:Proposer,non un recueil,mais un point de vue alors que l’oeuvre m^me ne connait aucune édition sous autre forme(Pour le moment,mais ça va venir)ce qui écarte proba­ble­ment un plus large public;je suis trés heureux de la position de Marc Lizano,qu’il faut encourager;stimulant,en effet.Faut-il rappe­ler le courage et l’audace d’un ”petit” éditeur de donner un vrai premier livre sur Georges Beuville ?

  • 10 € pour 32 pages en moyen format de photo­gra­phies en gros plan prises de travers,
    on peut appeler ça de l’audace.
    Beuville mérite large­ment que l’édi­tion se ré intéresse à sont travail.
    J’éspère que ce sera par des jeunes éditeurs moins éclai­rés.

    • Je sens comme de l’iro­nie derrière tout ça :-) C’est vrai que je me suis deman­dé où ils allaient mais j’ai réelle­ment eu du plaisir à voir la matière du travail de Beuville :-)

  • C’est injuste;ces 10 malheu­reux euros ne sont pas usurpés.Ouvrage modeste mais en rien baclé ou trahis­sant l’homme qu’était Beuville…(Bon,moi,j’dis ça)

  • Un poil injuste, parce que n’ayant pas eu l’objet en main.
    Surtout déçu vu tous les articles positifs précé­dant cette parution.

    J’ai lu sur Actuabd un commen­taire qui ne vantait pas la quali­té des repro­duc­tions.
    Les images mises en ligne ici confortent ces reproches, voire les accen­tuent.
    Sur le site de l’édi­teur il faut fouiller dans le blog pour comprendre que ce arte-bouque a un parti pris fort, et que les détails du pourquoi devraient arriver.
    Ce n’est pas évoqué sur le catalogue du site, ni sur Amazon​.fr par exemple où il y a une ”Présen­ta­tion de l’édi­teur” (est ce que c’est un texte juste repris par Amazon ?), qui zappe aussi cela complè­te­ment. Commer­cia­le­ment c’est limite.

    Et ensuite, oui 10 € les 32 pages moyen format souple je trouve ça cher, même pour un petit éditeur.

    Prendre des photos de la matière est très intéres­sant. Seule­ment ça l’est en regard de l’image plein cadre.

  • Ce parti pris ne sert pas son travail je trouve.

    Quel est le but : faire un livre ” arty” ou servir l’oeuvre d’un artiste ?

    Je dis cela en jugeant d’après ton article car je n’ai pas encore eu le bouquin entre les mains.

    Mais ce n’est qu’un avis…

  • La dernière phrase du commen­taire de JC est en effet la réserve que l’on peut reconnaitre.Ce ne sont pas les 10 euros qui heurtent,faut pas déconner;mais la frustra­tion du nombre de page(MARSU-PRODUCTION,qui n’est pas un petit a un joli petit stock d’ ”art-book” sur/​de/​par Franquin au prix réelle­ment prohibitif;mais si;souvenez-vous)

  • En juin 2011, les éditions charrette propo­se­ront un ouvrage sur Beuville.

    Nous travaillons actuel­le­ment sur la couver­ture et sur la quali­té des scannes. Nous espérons pouvoir très prochai­ne­ment vous présen­ter la couver­ture.

    Nous pouvons déjà parler de l’objet :

    96 pages + couver­ture
    Format fini : 165 x 240 mm – format à la française (Myrtil Fauvette, Café Panique, Archi­pels… etc..)

    Papier : 320 g/​m2 – Inapa Création Feutre – blanc
    Impres­sion : Au recto : quadri­chro­mie +vernis satiné

    96 pages
    Papier : 190 g/​m2 – Offset
    Impres­sion : noir + 1 couleur

    Nous travaillons égale­ment sur un autre projet. Il ne s’agit pas d’un ouvrage mais bel et bien de faire revivre le travail de Beuville autre­ment. Impos­sible d’en dire plus. Nous atten­dons la valida­tion.

  • Dédicaces Thibault Poursin, Marc Lizano & Joël Legars le samedi 05 mars de 14h à 18h30 à la librai­rie Album Bercy (01 53 33 87 88), dans à Paris XIIè pour les sorties de Crispa­tions et des remords d’un livreur de saucisses, ainsi que Louise (en avant-première).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *