Gennady Spirin

Illus­tra­teur russe au travail méticu­leux. Il est toujours étonnant de voir comment un travail très précis permet néanmoins une vraie évasion visuelle. Il semble­rait que la descrip­tion minutieuse des choses à voir et l’accu­mu­la­tion de détails procède plus du rêve que de l’expé­rience réelle.

Le Maître du Haut-Château

vague à l'âme

chaussure à son pied

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, infor­mez-moi en sélec­tion­nant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée.

Étiquettes
,

3 commentaires

  • Les couleurs sont magni­fiques. Par rapport aux détails, je trouve qu’ils sont bien répar­tis et qu’ils n’enva­hissent pas l’ensemble. Un vrai peintre, donc !

  • Un génie de l’illus­tra­tion ce monsieur !
    Ça me sidère cette maîtrise complète toute en douceur de toutes les facettes d’une image (dessin, couleur, compo­si­tion, lumière, mise en page, schéma­ti­sa­tion, motif…), et il faut voir aussi les frises et les enlumi­nures qui ornent les pages.…
    C’est pas souvent, mais là j’aime­rais bien voir des origi­naux qui doivent être des bijoux.

    C’est tout de même autre chose que du f’murr ;-)

  • Alala, la provoc à deux balles de Vasco ! Ce qui est étonnant c’est qu’il semble y avoir toute une école russe de l’illus­tra­tion qui travaille dans cette optique très détaillée.
    Et oui, Raymond, je ne propose sur ce blog que de vrais peintres ! :-)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *