Gennady Spirin

Illus­tra­teur russe au tra­vail méti­cu­leux. Il est tou­jours éton­nant de voir com­ment un tra­vail très pré­cis per­met néan­moins une vraie éva­sion visuelle. Il sem­ble­rait que la des­crip­tion minu­tieuse des choses à voir et l’accumulation de détails pro­cède plus du rêve que de l’expérience réelle.

Le Maître du Haut-Château

vague à l'âme

chaussure à son pied

Si vous avez trou­vé une faute d’orthographe, infor­mez-moi en sélec­tion­nant le texte en ques­tion et en appuyant sur Ctrl + Entrée.

3 commentaires

  • Les cou­leurs sont magni­fiques. Par rap­port aux détails, je trouve qu’ils sont bien répar­tis et qu’ils n’envahissent pas l’ensemble. Un vrai peintre, donc !

  • Un génie de l’illustration ce mon­sieur !
    Ça me sidère cette maî­trise com­plète toute en dou­ceur de toutes les facettes d’une image (des­sin, cou­leur, com­po­si­tion, lumière, mise en page, sché­ma­ti­sa­tion, motif…), et il faut voir aus­si les frises et les enlu­mi­nures qui ornent les pages….
    C’est pas sou­vent, mais là j’aimerais bien voir des ori­gi­naux qui doivent être des bijoux.

    C’est tout de même autre chose que du f’murr ;-)

  • Ala­la, la pro­voc à deux balles de Vas­co ! Ce qui est éton­nant c’est qu’il semble y avoir toute une école russe de l’illustration qui tra­vaille dans cette optique très détaillée.
    Et oui, Ray­mond, je ne pro­pose sur ce blog que de vrais peintres ! :-)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *