Erotica (Vaughn Bodé – Neptune)

Entrez dans le monde merveilleux de Vaughn Bodé, la seule légende de l’his­toire de la BD a pouvoir soute­nir la compa­rai­son avec le rock, autopen­du à l’âge de 34 ans suite à une expérience mystico/​érotique qui a mal tourné. Ses histoires oscil­lent entre humour déses­pé­ré, érotisme ricanant, expériences psyché­dé­liques et soldats nazillons. Il faudrait réédi­ter son oeuvre en France pour se rendre compte de l’influence qu’il a eu (notam­ment sur les grapheurs). Assez curieu­se­ment, cet album semble rassem­bler son travail le plus intéres­sant à mes yeux (je suis toujours vague­ment déçu quand je feuillette les autres ouvrages US qui lui sont consa­crés). On peut aussi trouver un beau recueil Futuro­po­lis dans le format 30*40 et une histoire parue dans les premiers Métal Hurlant.

un duel sympathique

hautement féministe
clic

Un texte très intéres­sant sur Bodé par Didier Pasamo­nik
http://​www​.actuabd​.com/​a​r​t​i​c​l​e​.​p​h​p​3​?​i​d​_​a​r​t​i​c​l​e​=​2​685

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, infor­mez-moi en sélec­tion­nant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée.

23 commentaires

  • Put… Bodé toute ma jeunesse ! Super graphiste décou­vert dans Actuel et Métal.
    Je croyais sa mort due à un mauvais trip sous acide mais la réali­té est encore plus trash, finale­ment il a du être content.

  • je ne pouvais passer a cote de bode sans y glisser mon grain sel : fan depuis la decou­verte de ses strips dans pilote et dans metal eux aussi mort betement. qui n’a pas vu bode presen­ter ses cartoons tel un show de rock’n’­roll ne peut comprendre le pheno­mene bode son trait veloute et sensuel a influence nombre de dessi­na­teurs et survie a travers les grafeurs. je vous invite a lire ses cheech wizard le sorcier au chapeau et cobalt 60 qui servi a ralph bakshi pour son bilbo. ps le site qui lui est consacre rend peu compte de la folie du bonhomme

  • Excellent, V Bodé ! Je me replonge avec délec­ta­tion dans le Futuro­po­lis de 75 consa­cré à ses planches. En noir et blanc, mais je suppose que les origi­naux étaient en couleurs. Pour ceux que ça intéresse, les fouineurs des bacs à trésors, Bodé était présen­té dans le Pilote n°15 d’août 1975, avec 4 planches, en couleurs cette fois. Tu es parti bien trop vite Vaughn.
    Super ton blog, Li-An. J’y retrouve une partie de ma jeunesse, et y découvre plein de choses.

  • Je comprends le pseudo :-) On peut avoir une idée de ces 4 planches Pilotiennes ? Quelqu’un d’autre les a croisées ?

  • Li-An, le Pilote je l’ai (j’étais abonné à l’époque… Il sent le moisi, hi, hi) Je n’ai pas de scanner, mais je peux photo­gra­phier les planches et te les envoyer à ton e.mail. Promis, dés que j’ai un moment j’te fais ça. Le nom des planches:”machines”, en noir et blanc, ”Ying et Yang vont en bateau”, ”le boulon fou”, ces deux-là en couleurs, et ”le magicien naze”(succombe sous les assauts d’un viet) en sépia. Après, si tu peux les mettre sur ton blog, ça fera plaisir aux amateurs. (On retrouve d’autres planches d’ailleurs en tapant bodé sur google)

  • Je serai ravi de les voir ami Boying­ton. En effet, il y a de nombreux albums dispo­nibles notam­ment mais très peu de choses en français. Ça sera intéres­sants à voir.

  • Etonnant, (et pas de chance), dans le fameux Pilote daté d’août 75 on annonce la venue probable de Bodé en France à la rentrée… et il est mort le 18 juillet ! Pilote mis en page en juillet ne l’a sans doute pas su assez vite. (tu as reçu les planches, Li-An?)

  • A signa­ler, l’hom­mage de Florence Cestac à Vaughn Bodé
    (qui avait présen­té un ”cartoon concert” à Angou­lême en janvier 1975)
    dans son passion­nant ”La Véritable Histoire de Futuro­po­lis”.

  • @RAOUL :

    Non, Cobalt 60 a été pompé par Ralph Bakshi dans ”Les seigneurs de la guerre”, ”Wizards” aux USA. Peut-être le meilleur Bakshi.

    Je me souviens très bien du Pilote qui présen­tait le travail de Bodé, accom­pa­gné d’un long article de David Pascal. Quand j’ai jeté ma collec­tion, ce sont les seules pages que j’ai décou­pées et conser­vées.

  • Il est intéres­sant de remar­quer aussi les n° 4 (1975) et 57 bis (1980) de Métal hurlant où Bodé apparaît à deux reprises avec ”Cobalt 60”, (10 pages). Un des rares endroits français où est dispo­nible cette série non éditée par ailleurs chez nous.

    • Je n’ai jamais trop su pourquoi Bodé n’a pas été plus publié en France alors qu’il semblait avoir des amateurs parmi les éditeurs.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *