Emilio Freixas

Emi­lio Freixas (1899 – 1976) est un illus­tra­teur espa­gnol fort pro­li­fique semble-t-il mais aus­si auteur BD. Quoiqu’il en soit, son tra­vail a de belles qua­li­tés de flui­di­té et de force qui donne envie d’en savoir plus.

1945-los-dragones-del-tibet1

une lumière dans la nuit

11-1944-romeo-y-julieta

Si vous avez trou­vé une faute d’orthographe, infor­mez-moi en sélec­tion­nant le texte en ques­tion et en appuyant sur Ctrl + Entrée.

6 commentaires

  • Comme sou­vent par ici:Une trés bonne découverte…C’est éton­nant cet éclectisme;qui me fait fondre devant ce bijou n/b,composé sublimement,tandis que les autres tra­vaux sont pétris d’influences diverses et trés ciblés pour l’un et l’autre,peu per­son­nels et cer­tai­ne­ment pen­sés ain­si pour enchan­ter un éditeur,correspondre aux gouts d’alors..?Possible que la vraie nature de E.Freixas soit dans ce 1er des­sin.

  • Il y a d’autres jolies choses à voir sur le pre­mier site. Visi­ble­ment il a pro­duit énor­mé­ment de choses et c’est un artiste ”com­mer­cial” comme beau­coup à l’époque.

  • Le pre­mier des­sin est superbe, mais je me sens plus inté­res­sé par la BD. C’est l’attrait des vieux jour­naux !
    Cela fait pen­ser à Brick Brad­ford (série dif­fi­ci­le­ment lisible à l’heure actuelle, je l’avoue)

  • Oui, c’est pas facile à lire. J’ai eu de la chance de dévo­rer les Bayard et Coeurs Vaillants de mon père/​oncles dans ma jeu­nesse mais c’est deve­nu assez ardu à se far­cir ce genre de choses. D’un autre côté, il y a une fan­tai­sie inno­cente que les his­toires d’aujourd’hui peinent à retrou­ver (d’où peut-être le suc­cès des super héros).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *