Edmund Dulac – L’Illustration Noël 1913

Quatre chan­sons du vieux temps illus­trées par Dulac. On a droit aux paroles des chan­sons et un vif billet sur la tenue morale des tubes de l’époque qui pose débat par­mi les chan­son­niers de l’époque semble-t-il.

La petite lingère

L'amoureux transi

Cadet Rousselle

Ma Lison, ma Lisette

Si vous avez trou­vé une faute d’orthographe, informez-moi en sélec­tion­nant le texte en ques­tion et en appuyant sur Ctrl + Entrée.

Étiquettes

4 commentaires

  • Toute la déli­ca­tesse chère à Dulac.Finesse des lignes,évidence d’un trait juste…Effleuré,avec un regard ten­dre­ment ironique.Mais si son des­sin me plait,son appli­ca­tion des cou­leurs me fas­cine sincèrement.C’est un jeu;un jeu savant,une science sen­sible qui fait de Dulac un illus­tra­teur qui méri­te­rait d’etre autant loué qu’un peintre expo­sé au Grand Palais,non..?Je le vois bien le Dulac.La nuit,petite table d’un vieux bois,tirer la langue,un pied en arrière…Appliqué,et stu­dieux avec un bon­heur enfan­tin.

  • En fait, c’était un punk avant la lettre. Non, je blague :-) Visiblement, le tra­vail à l’aquarelle de ces artistes était par­ti­cu­liè­re­ment méti­cu­leux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *