Donato Giancola peint

Pour le coup, voi­là du ”pom­pier” moderne. Armure brillante, fille posant… Au delà du conflit artis­tique, j’adore voir les gens tra­vailler, sur­tout quand ils font de l’huile (que je n’ai encore jamais abor­dé) et encore plus quand ils font du pom­pier SF ! Si ça pou­vait don­ner l’envie à cer­tains de pas­ser à autre chose que Pho­to­shop… Video extraite du DVD consa­cré à son tra­vail The Mecha­nic (si j’ai bien tout com­pris).

Si vous avez trou­vé une faute d’orthographe, infor­mez-moi en sélec­tion­nant le texte en ques­tion et en appuyant sur Ctrl + Entrée.

14 commentaires

  • Pas­sion­nant ! Du pur plai­sir. Et le mec se la joue pas du tout. Par ailleurs moi aus­si je suis SATURE DE PHOTOSHOPERIES (même s’ il faut poas jeter le bébé avec l’ eau du bain et que j’ aime­rais bien savoir faire la moi­tié de ce qu’ ils font).

  • C’est tel­le­ment pra­tique et confor­table Potos­sop que les incon­vé­nients (brosses iden­tiques, cou­leurs com­munes, effets recon­nais­sables…) que l’on retrouve à chaque fois ne font pas recu­ler les infoar­tistes. C’est bien dom­mage.

  • Réha­bi­li­ter les ”pompiers”..?Finalement,ils font aus­si par­tie de l’histoire de l’art;et leurs choix ”racontent”aussi quelque chose.Pas mon gout,mais c’es vrai que regar­der dessiner,travailler est mer­veilleux.

  • Quand on pense qu’il n’existe aucun ouvrage à ma connais­sance sur leur tra­vail (seul Bou­gue­reau y a droit il me semble). Je vais tâcher de faire quelques billets sur les pom­piers.

  • Et en BD y a des chouettes pom­piers aussi;mais l’histoire est peu enthousiasmante:Il s’agit plu­tot d’anciens assis­tants ou dis­ciples comme BATI par exemple(ps:Et ces pages de PAU au fait;bien reçues?).Je ne sais pas si un livre reste à faire(pour reve­nir à la peinture)mais il pour­rait déjà s’introduire par cette question:Fut-ce un choix?Ou la dénom­mi­na­tion reste un juge­ment extérieur..?Il y a des tas de pom­piers dont l’oeuvre plus personnelle(et sou­vent cachée de leur vivant)a ”beau­coup” d’interet.

  • Les pom­piers BD pour moi, ce serait plu­tôt Jero­na­ton ; l’envie de faire une pein­ture très réa­liste en BD. Évi­dem­ment, on peut ima­gi­ner que nombres des peintres de l’époque ont vu des débou­chés finan­ciers inté­res­sants dans le genre mais comme pour les auteurs héroïque fan­tai­sie fran­çais d’aujourd’hui, je pense qu’ils aimaient ce qu’ils fai­saient.

  • Pour moi, le pom­pier abso­lu en ce moment, c’est Alex Ross. Mais Bar­ry Wind­sor Smith était pas mal non plus quand il s’est mis à peindre à la façon des pré­ra­phae­lites.
    Sinon, dans le genre pom­pier contem­po­rains, il faut voir les peintres et sculp­teurs hyper de l’Ouest amé­ri­cain (par exemple Frank C. McCar­thy ou Howard Terp­ning) ou ceux qui recons­ti­tuent minu­tieu­se­ment les batailles de la guerre civile US au brin d’herbe près.
    Les gale­ries d’Arizona et du Nou­veau-Mexique regorgent de ces hor­reurs, pures démons­tra­tions de vir­tuo­si­té dénuées d’émotion. Ces tableaux se vendent des for­tunes. James Bama est le plus célèbre de ces artistes, on lui devait les cou­ver­tures des pockets de Doc Savage quand il était illus­tra­teur.
    Aucune émo­tion, mais une maî­trise tech­nique ahu­ris­sante.

    • Hum, les pré­ra­phaë­lites ne sont pas dans l’esprit pom­pier qui sont vrai­ment au pre­mier degré, sans aucun sym­bo­lisme aucun. Je ne suis pas fan de ce tra­vail de Wind­sor Smith mais je ne le ran­ge­rai pas dans les pom­piers. Par contre, les peintres de l’Ouest pure­ment figu­ra­tifs sont clai­re­ment dans le pom­pier.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *