Disparition de Jeffrey Catherine Jones

Jeffrey Cathe­rine Jones (1944 – 2011) est morte. Il faut en parler au féminin puisque Jeffrey Jones, l’ancien membre du mythique Studio compo­sé de Barry Windsor-Smith, Mike Kaluta and Berni Wright­son (je recherche d’ailleurs toujours le recueil du même nom) a opté pour un change­ment de sexe dans les années 90. Très inspi­rée par le travail visuel de la fin du XIXème/​début XXème siècle comme ses petits camarades, elle est connue pour ses couver­tures et illus­tra­tions assez cousines de celles de Frazet­ta et en France, on a même pu voir chez Futuro­po­lis en 30*40 de belles planches noir et blanc qui ont sûrement grave­ment influen­cé Claire Wendling à ses débuts. De nombreux livres sur son travail ont été publiés ces dernières années mais je n’ai jamais totale­ment accro­ché. Il y a un côté atmosphé­rique un petit peu trop artifi­ciel pour moi. Ce qui n’empêche pas de belles planches et illus­tra­tions de temps en temps (bon, je vais me faire échar­per).

le héros super nu

il rentre du boulot

des fesses ?

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, infor­mez-moi en sélec­tion­nant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée.

Étiquettes
,

11 commentaires

  • !!!
    C’était une très grande artiste (je préfère ses huiles à celles de Frazet­ta), pleine de sensi­bi­li­té (Idyl, quelle poésie, quelle sugges­ti­vi­té ! ) Pas du tout affec­tée ainsi que tu le perçois.
    Il/​Elle était aussi simple et chaleu­reux (bon, on s’en fout du genre) ; je l’avais contac­tée sur Facebook pour lui dire toute mon admira­tion, elle m’avait répon­du tout simple­ment et avec modes­tie.
    Je suis vraiment atter­ré.
    Elle va beaucoup me manquer.

  • Et bien,dans cet élan manié­ré et esthétique;ce ”chic”(ah,ça date un homme,tiens)où se mélange l’outrance,la pose théatrale avec d’amples z’aplats.(école américaine;mais William­son était d’une autre génération;aussi je voyais en ce mouve­ment de ce studio déjà une oeuvre de citations,trés référencées,déjà du pastiche d’une époque révolue).
    Je n’ai rien compris à ma réponse.(Et du reste cette mouvance existe déjà chez H.Foster…On la retrouve chez de la Fuente)

  • @SP : ah ben voilà, une vraie diffé­rence de point de vue à ce niveau :-)

    @Julien : oui, il y a une vision post classique de la pose chez ces gens là. Une espèce d’héritage grec que l’on retrouve encore (à une époque chez Lepage par exemple).

  • je me manifeste un peu tard, mais j’ai le bouquin dont tu parles et que tu n’as pas, mais un certain Raoul
    que tu connais bien doit l’avoir aussi.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *