Daniel Torrès – cartes postales Saxxon

un rêve SM

Toujours à Angou­gou, au même stand où rôdait le comics Kurtz­man, il y avait la collec­tion de cartes Saxxon dessi­née par Daniel Torrès. J’ai croisé un auteur qui m’a barati­né pendant une bonne demi heure en disant pis que pendre des années 80 sans les avoir vécues (ou alors il avait 4 ans). Mais dans les années 80, on aimait bien faire de jolies cartes postales BD. Cette série se trouve assez étran­ge­ment facile­ment et à un petit prix. Du coup, je dois l’avoir en double. Mais ces images de Torrès sont d’une beauté rare : c’est à ma connais­sance le seul auteur BD à avoir réussi à moder­ni­ser les thèmes de l’Age d’Or de la SF sans sombrer dans le ridicule ou le gonflant, en intro­dui­sant un humour décalé et des person­nages à plusieurs facettes. Et ces visions incroyables ! On pourrait passer des heures à analy­ser cette première image. Rien que cette espèce d’ange hyper féminii­sé sans visage aux bras/​ailes semble sorti d’un cauche­mar surréa­liste. À quoi pense le lézard vert, cette masse de muscle à la posture de lettré ? Et est-ce que cette statue a une quelconque impor­tance ? Voilà pourquoi j’aime la SF…

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, infor­mez-moi en sélec­tion­nant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée.

10 commentaires

  • fallait bien que je trouve qqchose après ton analyse ;)

    Ceci dit , cela m’a sauté aux yeux… ce dessin est érotique et ce détail pourrait etre un fantasme de l’auteur ou bien la pensée de ce dinosaure à corps de grosse femme …une belle histoire en une seule image :)

  • Tiens tu me donnes envie de les relire c’est vraiment trop bien.
    En faisant une petite recherche je m’aper­çois qu’il a fait 4 autres tomes après ”L’Étoile Lointaine”, est-ce que tu les as lus ?

  • La forêt obscure était bien. Ensuite, c’est cata : Norma a fait un travail de sagouin sur le suivant avec une traduc­tion Google limite incom­pré­hen­sible et c’est dessi­né en studio avec des bras cassés. L’his­toire est sympa­thique sans plus. Du coup, je n’ai pas lu les deux suivants. J’ai tenté de discu­ter avec lui à la Réunion mais ce n’est pas un type bavard. J’ai quand même cru comprendre qu’il bossait avec un agent qui le poussait à produire, d’où le studio.

  • Je ne fréquente plus beaucoup les blogs (même pas le mien) et j’ai bien tort. Ces cartes postales sont excel­lentes et je partage ton point de vue sur le ton parfait qu’a su trouvé Torres.

    Concer­nant la drôle de bestiole, sa version mascu­line apparaît dans cette illus­tra­tion tirée de the Art of Daniel Torres.
    http://​img23​.image​shack​.us/​m​y​.​p​h​p​?​i​m​a​g​e​=​9​4​3​5​2​3​0​1​.​jpg
    Elle est au milieu de ses person­nages les plus connus. Doit on en conclure qu’elle apparaît dans un de ses albums ? Je n’en ai pas le souve­nir. En tout ça me fait un peu penser à du Moebius.

    A propos, je me permets de te signa­ler la mise à jour annuelle de mon blog qui devrait intéres­ser l’ama­teur de sf que tu es.

    Fritz

  • Merci pour l’info :-)
    Mais mon ordi ne me permets pas de voir ton image. La bestiole apparaît bien dans la série (comme ça au débot­té, je ne peux plus dire où).

  • Oui, on les voit dans l’album ”Saxxon” (je n’ai pas encore relu la série).

    Et si elles inter­viennent assez peu elles ont un rôle non négli­geable dans la partie la plus troublante et onirique du récit qui est en fait la fin de l’his­toire si je me souviens bien (le dernier tome étant un retour en arrière).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *