Contraptions ( Heath Robinson – Duckworth )


Je vous avais déjà parlé de Robin­son (mais si, rappe­lez-vous, |ici|). Après une jeunesse d’illus­tra­teur sérieux, il s’oriente vers le dessin humoris­tique, se spécia­li­sant notam­ment dans l’inven­tion de machines à simpli­fier la vie quoti­dienne. Au vue des résul­tats, il est évident que Wallace (de Wallace & Gromitt) est un descen­dant direct de la folie douce de Robin­son et Gaston un cousin d’outre manche.
Ce pourrait se conten­ter d’être drôle mais c’est aussi souvent très beau. La gestion de la perspec­tive rappelle étran­ge­ment le travail de Moebius, simili­tude renfor­cée par une ligne claire simple et souple à la fois. L’uti­li­sa­tion de la ficelle/​fil dans les inven­tions rajoute un élément étonnant : elle se confond avec le trait et donne l’impres­sion d’une ligne qui relie les masses et les prota­go­nistes.
Il faut termi­ner sur une note négative : les dessins sont repro­duits des magazines où ils ont été publiés, d’où une quali­té juste honnête voire irrégu­lière et une grosse partie est en niveaux de gris pour un origi­nal qui semblait en couleurs 1. À vous de voir…

un couple de planeurs (private joke)

coupe du monde du lancer de fil
clic


  1. beaucoup d’ori­gi­naux traités en gris dans le lien ci-dessus, ce qui peut expli­quer ce ”problème”. 

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, infor­mez-moi en sélec­tion­nant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée.

Étiquettes

8 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *