The Birth of Rockin JellyBean (Wanimagazine)

birth-rockin-jellybean-couv

Atten­tion – images expli­cites.

Pour fêter le retour du boulot, je me suis offert une petite folie : The Birth of Rockin Jelly­Bean en import nippon.
Rockin Jelly­Bean est un artiste japonais dont je croise réguliè­re­ment les créatures dénudées et parti­cu­liè­re­ment aguichante. Son graphisme, qui reprend des codes graphiques japonais, possède aussi une person­na­li­té qui tranche avec certaines facili­tés nippones. Une person­na­li­té qui s’explique par un parcours atypique.

birth-rockin-jellybean-01

Fils de pasteur, Rockin Jelly­bean grandit à Hawaï avant de retour­ner à l’ado­les­cence au Japon, suite au décès de son père. Inscrit dans une école d’arts plastiques, il se consacre surtout à son groupe rock Jackie and the Cedrics où il est bassiste et dont il réalise les flyers. En plein boom de la scène musicale indépen­dante japonaise, le groupe a suffi­sam­ment de succès pour qu’il soit invité à tourner aux États-Unis. Sur place, Rockin dévalise les boutiques de comics et découvre le mouve­ment lowbrow – mouve­ment graphique ”pop surréa­liste” dont Winchluss est peut-être un des cousins français les plus proches et repré­sen­té sur ce blog par Todd Schorr et Van Arno. Il devient ami avec Von Franco et Coop, découvre Heavy Metal, Corben et surtout Crumb.

birth-rockin-jellybean-02

De retour au Japon, il n’a plus qu’une obses­sion : repar­tir aux États-Unis et faire sa vie en Califor­nie, le pays des groupes rock, des motos Harley et des filles au gros cul et aux shorts serrés. Il va y passer dix ans à monter sa propre boîte, réali­sant affiches, T‑Shirts. Puis retour au Japon où il est devenu une espèce de star graphique cool qui fait le lien entre les deux cultures.

Son travail est très cadré : des pin ups très désha­billées poussant des soupirs en se déhan­chant avec un background rock/​motos/​séries Z. À partir de là, il décline figurines, couver­tures de magazine, publi­ci­té, planches de skate board… Son travail est hyper sexua­li­sé mais avec une bonne humeur et une effica­ci­té réjouis­sante qui rappelle Bodé même si le nom de ce dernier n’appa­raît curieu­se­ment jamais dans le livre et Rockin déclare qu’il a été très déçu de décou­vrir que les États-Unis étaient, de ce point de vue, un pays conser­va­teur – diffi­cile de caser des tétons érectiles en T‑Shirt ou affiche par exemple.
birth-rockin-jellybean-03

On retrouve toutes les images du livres sur le Web mais surtout en petit format. De toute manière, vu le côté obses­sion­nel de la chose et son prix, je ne le conseille­rai vraiment que pour les fans du travail de Jelly­Bean – le livre est bilingue anglais/​japonais mais dispo­nible unique­ment en import même aux States. Pages dépliables, très bonne impres­sion, exemples des consignes couleurs de Jelly­Bean pour les impri­meurs, c’est un beau livre mais qui bégaie un peu par moment – certaines images sont en triple exemplaires par exemple.

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, infor­mez-moi en sélec­tion­nant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée.

9 commentaires

    • Bois de l’Est tu veux dire ? Et en effet, on ne peut plus éditer ses commen­taires pour le moment. En fait, c’est ce plugin en conjonc­tion avec le plugin de cache instal­lé ici qui causait les fameux mysté­rieux rectangles rouges de temps à autre. J’attends une éventuelle correc­tion et peut-être une solution alter­na­tive sera mise en place.

    • Si vous rencon­trez des problèmes pour les commen­taires, dites-le moi par le formu­laire de contact – je croise les doigts.

    • Ouh, le retour du Doc ! Espérons en effet qu’il ne soit pas du genre à faire des expériences. Ce n’est pas propre­ment parler une ”décou­verte” puisque cela fait des années que je suis son travail mais que j’ai jamais trouvé le temps d’en faire un billet.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *