Beuville illustre Restif de La Bretonne

Voi­là un ouvrage illus­tré par Beu­ville qui n’est pas très connu par les ama­teurs. Publié par Mar­cel Gas­nier, édi­teur en 1945, les deux ouvrages de Res­tif de la Bre­tonne Le pay­san per­ver­ti et La pay­sanne per­ver­tie sont pré­sen­tés en un volume avec 6 images off­set colo­ri­sées.
Son tra­vail est moins impres­sion­nant que pour d’autres livres plus connus mais plus je les étu­die et plus je les aime, ces images.

beuville-restf-bretonne-paysan-perverti
Viens du côté obs­cur
beuville-restf-bretonne-paysan-perverti-01
les moines me font peur
beuville-restf-bretonne-paysan-perverti-04
Au voleur
beuville-restf-bretonne-paysan-perverti-03
L’enlèvement en rose
beuville-restf-bretonne-paysan-perverti-02
Il y a des lois contre ça
beuville-restf-bretonne-paysan-perverti-05
J’vais t’exciser la gueule

Si vous avez trou­vé une faute d’orthographe, infor­mez-moi en sélec­tion­nant le texte en ques­tion et en appuyant sur Ctrl + Entrée.

8 commentaires

  • Quand j’étais jeune blanc-bec à Per­ros-Gui­rec, Côtes d’Armor, alors nom­mées Côtes du Nord et anté­rieu­re­ment encore Côtes de Porc, je n’étais pas du tout Rétif de la Bre­tonne (en plus je viens d’apprendre que c’est une ortho­graphe accep­tée de son patro­nyme, alors je vois pas pour­quoi je me gêne­rais pour faire une asso­cia­tion libre dou­teuse).
    Ce n’est qu’après l’invention de la télé­vi­sion cryp­tée que je com­pris que mes copines d’alors m’avaient ini­tié à la por­no­gra­phie, sans même me cha­touiller les côtes de Porc, et même si on n’avait pas pen­sé à l’époque à prendre une camé­ra, tel­le­ment on était nigauds, et puis la vidéo était loin d’être un loi­sir peu oné­reux comme elle l’est deve­nue par la suite.
    La por­no­gra­phie, ce mot for­gé par Res­tif et dési­gnant le fait d’écrire sur les pros­ti­tuées.
    http://​retif​de​la​bre​tonne​.net/​t​a​g​/​p​o​r​n​o​g​r​a​p​h​ie/
    By Jove. Mes copines étaient donc des putes béné­voles ?
    J’avoue que depuis, je vis dans un monde de repères flot­tants.
    Mer­ci pour les images de Beu­ville, d’une élé­gance et légè­re­té rafrai­chis­santes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *