Barbara Walton, des couvertures au goût anglais

Ça me fait toujours un peu étrange de tomber sur un(e) illustrateur(trice) avec une longue carrière dont je n’ai jamais croisé un seul exemplaire de son travail auparavant.
Barbara Walton est une illustratrice britannique qui a travaillé beaucoup dans les années 50/70 pour différents éditeurs, réalisant des couvertures de polars, livres d’espionnage, romances voire horreur. Elle alterne visuels purement graphique – deux ou trois couleurs, des masses de noir – avec des peintures plus réalistes pour les personnages mais au décor uni ou hyper stylisé. Le côté très artificiel de ces portraits d’après photo, surchargés en couleurs sombres, au regard halluciné me rappelle fortement le travail de Nicollet. Il se dégage souvent une sensation d’angoisse très forte dans ses images qui ont gardé pour certaine une modernité étonnante – j’ai même cru à une blague d’illustrateur doué fan de rétro design.

Comme si ça ne suffisait pas, elle a une sœur, Eileen Walton qui travaille dans le même genre – il est quelque fois impossible de différencier leur travail quand il devient purement graphique – mais avec moins de pêche globalement. On peut imaginer qu’elles devaient travailler ensemble régulièrement. Je ne vous mets que des images de Barbara.

le boulot me tue
le boulot me tue
barbara-walton-20
à quoi ça sert, déjà ?
barbara-walton-02
Fétiche sans oreille
j'ai filé ma botte
j’ai filé ma botte
vous avez mauvaise mine, mademoiselle
vous avez mauvaise mine, mademoiselle

barbara-walton-01

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-moi en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée.

4 commentaires

  • Fou comme ça raconte,ça charrie toute une époque:un son,une couleur.Pourtant pas fin,le style est toujours résolu,radical.A bas la nuance!Fabuleux.

    • C’est tout en force et ça ne fait pas du tout « féminin ». Je serais curieux de la rencontrer – il paraît qu’elle est toujours en activité.

    • Je ne pense pas que c’est la même puisque j’ai lu qu’elle continuait dans l’édition – j’ai vu en effet le gîte en cherchant des infos sur elle.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *