Mort de Jack Vance

J’ai appris hier le décès de Jack Vance, à l’âge véné­rable de bien­tôt 97 ans. Je ne vais pas rap­pe­ler ici l’importance qu’il a eu dans ma vie de lec­teur et d’auteur puisque j’ai pas­sé dix ans à des­si­ner les aven­tures d’Adam Reith. Je ne l’ai jamais ren­con­tré per­son­nel­le­ment mais il sem­ble­rait que c’était un type bien avec une forte per­son­na­li­té, un auteur tou­jours appré­cié par les jeunes géné­ra­tions et modeste sur son oeuvre. J’ai lu presque tout ce qui a été publié en fran­çais – je dis presque parce qu’il doit me man­quer quelques nou­velles – mais il y a encore plé­thore d’ouvrages pure­ment anglo-saxons et même une série télé dont j’ignore tout. Il fau­dra quand même que j’essaie son polar tahi­tien The Deadly Isles.

En petit hom­mage, une des cou­ver­tures réa­li­sées pour les ver­sions numé­riques de ses livres en vente sur le site géré par son fils http://www.jackvance.com/, celle-ci des­ti­née à Rhialto le Magnifique.

rhialto-couv-num-site

Si vous avez trou­vé une faute d’orthographe, informez-moi en sélec­tion­nant le texte en ques­tion et en appuyant sur Ctrl + Entrée.

Étiquettes
,

4 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *