L’horloge parlante

l’horloge parlante

On m’a deman­dé de mettre un peu plus de mon travail sur ce blog alors je fais un petit effort :-). Voilà un petit dessin tiré de mon carnet de croquis.

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, infor­mez-moi en sélec­tion­nant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée.

33 commentaires

  • - Quanti­ta­ti­ve­ment, oui, j’espère que ton carnet n’a pas qu’une page mon petit gars : j’attends la suite avec impatience :-)
    – Quali­ta­ti­ve­ment, je ne me permet­trais pas, cher Maître !
    J’adore votre trait ”lâché” , brut de décof­frage, sans pollu­tion ”colorique” , déjà aperçu dans plusieurs illus­tra­tions publiées sur le blogue (ce sont elles qui, à l’origine, me firent revenir réguliè­re­ment polluer ces lieux, jadis bien fréquen­tés et paisibles) ou dans quelques ”Péchés de Jeunesse” récem­ment exhumés (au moins par moi) sur ce blogue.

  • Ben perso, ça me rappelle un chouïa des dessins de Moeb des années 70. Sérieux… (C’est pas une critique, genre ”Oh le shadock!”, plutôt un compli­ment)

  • Tiens, j’avais zappé ce commen­taire obscur de Totoche. ”pollu­tion colorique” est joli mais assez obscur (sans compter qu’on peut y mettre du mauvais esprit…).

  • Totoche n’aime pas les ”stiques”, ça doit lui rappe­ler de sales petites bêtes. Ou alors c’est un néolo­gisme, fusion de colère et couleur (en gros de l’expressionnisme coloré, on n’est pas loin de l’action painting, là ;-))

  • Bon, ben après vérif. tout compte fait, ”colorée” eut tout aussi bien fait l’affaire. Nul n’est prophète en son pays.

  • Je ne voulais frois­ser personne, c’était juste pour dire que je préfère tes dessins en N/​B : c’est une question de goût person­nel.
    C’est le jour ou j’ai compa­ré ma version couleur du ”Garage Hermé­tique” avec celle d’un copain qui avait l’EO en NB que j’ai réali­sé l’importance du NB.

    Pareille­ment, je ne regarde les vieux films colori­sés qu’en NB,(parce que je suis un vieux con snob ? Quand je pense qu’une personne m’a dit récem­ment ne pas avoir vu Persé­po­lis sous prétexte que c’était ”du NB” !!! Je me demande qui est le plus c… des 2 !)

    On ne colorise pas les dessins de Kubin avant d’imprimer le bouquin, que diable !

    Dis à Mr Delcourt que je préfè­re­rais un Tschaï en N/​B, ce qui par ailleurs, me revien­drait moins cher !
    Les lecteurs sont ils neuneus à ce point pour n’acheter que si c’est colorié ? : dans ce cas, y’a qu’à leur vendre les crayons de couleur avec !

    Une anecdote : j’avais trouvé superbes, sur ton vieux blog, les premières planches de ”Fantômes blancs” en NB : et bien j’ai dû compa­rer image par image avec le bouquin à côté pour m’apercevoir que ce n’était pas une version ”bêta” et que tu avais déjà adopté le même style que dans ”Boule de Suif” !
    Certes, tu me diras que j’ai de la merde dans les yeux, mais bon … quand même ! ;-)
    Certes aussi, les couleurs de Laurence sur ”Boule de Suif” me plaisent beaucoup (plus que dans ”Fantômes” …
    Et comme tu le sais, les goûts et les couleurs …

    (PS : je suis salement Dalto­nien (tendance Averell), tu peux donc jeter à la corbeille toutes les bêtises que je viens de taper et dire à tes coloristes chéries que j’ai des circons­tances atténuantes (le pauvre !) )
    :-))))

  • Moi aussi j’aime les films noir et blanc (et je ne regarde pas les colori­sés par flemme de dérégler mes options télé).
    Moi aussi j’aime les BD noir et blanc.
    Mais j’aime bien aussi la couleur :-)quand j’essaie d’en faire (bon, vous m’avez peut être enten­du couiner il y a 2 h sur une bête gouache).
    En fait, on devrait s’interdire de montrer les planches en N&B avant les couleurs pour que l’oeil du lecteur ne prenne pas de mauvaises habitudes.

  • Le garage hermé­tique en couleur, si c’est la qualié des couleurs de l’incal, je préfère ne pas voir. :D

    J’ai aussi toujo­rus eu une préfé­rence pour le noir et blanc, mais je pense que c’est simple­ment parce que d’abord on voit mieux le trait, et deuxiè­me­ment on se fait les couleurs qui nous plaisent.

    J’ai acheté la série Bouncer de Boucq et Jodorows­ki mais la moitié en noir et blanc parce que les couleurs m’étaient insup­por­tables.

    Sinon y a la solution super picsou géant (on a les références qu’on peut), une page sur deux. Ca marche bien aussi niveau écono­mie.

  • Je suppose que tu parles de la recolo­ri­sa­tion ”studio Beltran” pour l’Incal (les premières couleurs de Chaland étaient très bien).
    Pour préci­ser le problème des couleurs, il faut savoir que le public ”moyen” préfère large­ment un album en couleurs. Le dévelop­pe­ment d’un nouveau public post-Assoce a convain­cu les éditeurs qu’ils pouvaient tenter le noir et blanc mais il est paradoxal de consta­ter que ce qui est au départ une contrainte écono­mique (un noir et blanc coûte bien moins cher à fabri­quer) est devenu un avantage finan­cier puisque ces bouquins moins chers à fabri­quer sont vendus aussi chers que de la couleur voire beaucoup plus chers (22 € est un prix ”classique” pour ce genre d’albums).
    On remar­que­ra aussi que toute une généra­tion mangaï­sée découvre la BD avec le noir et blanc.
    C’est vrai que les couleurs de Bouncer ne sont pas géniales (mais elles ont été réali­sées sous la conduite stricte de Boucq).
    Le cas du Picsou Géant est un formi­dable exemple : ça m’étonne que personne n’ait pensé à faire ça chez les post-Assoce :-)

  • Je détes­te­rais ”Alack Sinner”, ”Corto Maltese”, ”Silence”, ”Ici même”… en couleurs. (c’était ma pensée du jour)

  • Bon, j’en vois 2 qui suivent !
    J’avais hésité à faire référence aux couleurs de Chaland sur l’Incal et aux mangas, le commen­taire étant déjà trop long !

    N’est-ce pas plutôt le tirage moins impor­tant de ces BD ”non 48 CC” qui fait augmen­ter le prix ?

    Quant au succès des mangas, il prouve non seule­ment qu’on peut allier gros tirage et NB mais en plus qu’on peut conti­nuer à vendre de la daube à prix élevé et en écono­mi­sant un coloriste !

  • Il est vrai que de petits tirages coûtent plus chers mais, franche­ment, je serai curieux de voir les marges que se font certaines maisons d’éditions par rapport à un album couleurs. Je peux comprendre cette politique tarifaire pour de petites struc­tures indépen­dantes, je suis plus sceptique par rapport à de grosses boîtes à vocation litté­raire au départ.
    Je rappelle à Papy que Corto a été publié en couleurs lors de ses premières éditions françaises chez Caster­man. Et qu’il a été recolo­ri­sé par la suite.

  • Les mômes au collège de nos jours consi­dèrent le noir et blanc comme la symbo­lique de ”l’ancien temps”. Ils n’ont jamais connu qu’une TV couleur, des photos couleurs, des films couleurs, des affiches couleurs… Tu leur dis que quand t’étais mioche y avait pas la TV, et qu’après, très longtemps ce fut en noir et blanc (hum, je parle pour moi, my god comme le temps passe), y te regardent comme un dinosaure, ”oh lui hé, l’ancêtre!” Alors je suppose que de lire (décou­vrir) des mangas en noir et blanc, ça les scotche sur de l’inhabituel, en plus venu de loin, et plein de senti­ments à 10 balles. Voilà, mais atten­tion, on ne peut absolum­ment pas nier que tout n’est pas de la daube (là j’ai sans doute mal dû te comprendre Totoche) dans le manga. Je me répète, mais j’ai boudé pendant des années les mangas, jusqu’à ce que je réalise qu’on trouvait du bon grain, en noir et blanc, dans l’ivraie (la daube). Oh là là, je suis vraiment fatigué sur le coup, là. Et si on parlait des BD d’aviation européennes ? Non !

  • >Li-An : j’ai pas acheté les premières éditions de Corto.(ni les colori­sées) Je connais pas…(je veux pas connaître)

  • Désolé de te contre­dire Papy mais mon père déteste lui-même les films noir et blanc qu’il consi­dère comme vieillots. Même s’il ronchonne un peu, mon fils s’y colle quand il accroche à l’histoire. C’est plus une question d’éducation et de culture que de généra­tion à mon avis (et c’est vrai qu’un film noir et blanc est vieux. Y’a qu’à voir la date).

  • Tu ne me contre­dis pas Li-An. Je voulais juste dire que le noir et blanc a un côté… heu,…chic(?), qui échappe souvent aux gamins, et que donc ce serait résumer les choses que de dire : tout ce qui est en noir et blanc c’est du vieux. Moi-même j’ai du mal à regar­der certains films en noir et blanc, mais ça ne m’empêche pas de m’éclater avec un Audiard que j’ai vu 100 fois, et là bien sûr je ne parle plus du côté esthé­ti­sant. Comme tu l’as si bien dit il y a quelques temps, tout est question de point de vue. Après, la culture on a celle qu’on veut bien avoir, à mon avis, si l’on est prédis­po­sé bien sûr, et qu’on a la chance de ne pas évoluer dans un milieu familial trop défavo­rable, et au-delà de la généra­tion à laquelle on appar­tient. (CQFD, ouf ! :-))
    Dans un autre contexte (ça y est l’est repar­ti le Pappy, arrêtez-le au secours, à table…)si je visite une expo photo, j’apprécie souvent plus des noir et blanc que des couleurs. On va à l’essentiel (le photo­graphe), et l’essentiel est capté tout de suite par l’oeil. Il n’y a pas de ”pollu­tion colorique”(sic) en gros. Et je crois pas que j’apprécie plus parce que j’ai 90 ans (c’est pas vrai)
    Je vais manger… Je sens que je vais ennuyer là.

  • Bon appétit Papy : Je suis d’accord avec toi pour la télé (je me rappelle de l’incrédulité du môme d’un ami quand je lui expli­quais qu’avant, la TV était NB , du genre : ”Mais pourquoi ils s’obstinaient à se compli­quer la vie à faire ça en NB, les cons, alors que c’est si naturel- et nette­ment mieux- en couleur !!!!).
    Pour ce qui est de la BD, je suis moins convai­cu que la réussite passe par la couleur : la preuve en est non seule­ment avec les mangas, mais aussi tous les petits formats qu’il y avait avant, tout comme les fumet­ti, qui résistent encore et toujours à l’envahisseur, en Italie.

    Et puis il y a colori­sa­tion et colori­sa­tion : si les couleurs sont de la main du dessi­na­teur ou réali­sées en bonne intel­li­gence avec lui et le scéna­riste, je trouve cela normal ; mais tous les dessi­na­teurs ont-ils un droit de regard sur l’étape de colori­sa­tion ?

    Je ne mets pas les mangas au bûcher, Boying­ton : il y a évidem­ment des perles comme ”Ayako”, ”L’homme qui marche”, ”Les vents de la colère”, ”L’homme sans talent”, ”Dômu”, etc. , mais je ne pense pas que ce soient ces séries-là qui remportent le plus de succès.
    Par ailleurs, leur prix me parait élevé par rapport à la quali­té du support, surtout pour des séries-fleuves (j’ai person­nel­le­ment dû arrêter ”Monster” et d’autres séries malgré leur indéniables quali­tés, afin ne pas gréver le budget BD (si un généreux donateur lit ce commen­taire !!! …)
    J’aimerais bien connaitre la marge de l’éditeur sur un tome de manga versus une ”BD-pays” !

  • Hé oui, on vit avec le fric, pour le fric… Sinon y a une solution, la mienne : je bosse bénévo­le­ment pour la média­thèque de mon bled, ce qui me permet aux change­ments de fonds d’aller choisir en personne les BD qui m’intéressent (et qui intéres­se­ront aussi les autres, quand même) dans les tonnes de BD de la média­thèque régio­nale de prêt. C’est tout du positif : si y a plus de place chez toi, pas de problème, et tu dépenses pas un rond. T’as plus qu’à acheter ce qui te branche trop pour ne pas te conten­ter de les emprun­ter. Elle est pas belle la vie !

  • … ”les Tuniques Bleues” non plus ou alors que le tome 11 :-)
    Quand j’étais ch’tiot, ”Casimir” était gris clair sur la télé de mes parents, je ne compre­nais pas pourquoi quand il avait un bleu il disait qu’il avait un vert : je pensais qu’il avait le Tænia !

  • Ben moi, j’ai décou­vert les ”Têtes brûlées” en noir et blanc…
    Et en effet, la marge sur un manga c’est miam miam glouglou pour un éditeur…

  • Bon je vais me faire bannir direct mais je ne parlais pas des couleurs du studio beltran… Qui sont une abomi­na­tion aussi en passant. Je parlais des couleurs des premiers tomes qui sont criardes. Là on tape dans l’appréciation person­nelle. Je ne me peemet­trai pas de remettre en cause Maître Chaland. (ouf)

    Le manga en france (ailleurs qu’au japon peut être simple­ment) est une arnaque marke­tée. Mais bon s’il faut lire le japonais pour avoir les versions cheap, pas pratique. :)

    La télé noir et blanc c’était en effet un vrai réser­voir pour l’imaginaire de couleurs. Quelle décep­tion en passant à la couleur (on était pas à la pointe de la techno­lo­gie télévi­suelle, j’aurais pu naitre avec je pense). C’est criard ces couleurs.

    Li-an > merci de me dire que mon idée de picsou géant valait le coup d’être mention­née. Tu peux mainte­nant dire à ta coloriste qu’elle a deux fois moins de boulot.

    Et pour Boucq oui je ne doute pas que les couleurs aient pu se faire sous la direc­tion stricte de l’auteur, ça ne change rien à mon appré­cia­tion non plus. Pourtant elles sont bien étudiées, très terre, automne tout ça, mais ça donne un côté moche au tout. Brr. On perd la puissance du trait.

  • Hors d’ici Glorb avant que je ne te fracasse le crâne !!
    Ah c’est vrai que Laurence est super à la bourre… Une planche sur 2, l’idée devrait lui plaire.
    Pour Boucq, c’est juste histoire de dire que ce n’est pas la faute du/​de la coloriste. Moi non plus je n’aime pas beaucoup ces couleurs.

  • Pour ma défense j’invoquerai le tome 3 de l’incal ce qui est en bas (qui est le premier qui m’est tombé sous la main) et qui dit dans la première page couleurs : Isabelle Beaume­ney-Joannet. (éditions humma­noides associés de 98), tandis que celles du tome 5 (signées janje­tov) me conviennent mieux. Je conti­nue ma prospec­tion. L’incal lumière (édition de 86), idem couleurs par Isabelle Beaume­ney-joannet. Il est où Chaland dans cette histoire ? Le 4 est aussi d’Isabelle. J’ai pas les autres à portée de main mais je suis content de voir que mes remarques ne portaient pas atteinte à la gloire du maître. (ouf)

  • Isabelle Beaume­ney-Joannet était la compagne de Chaland et il est crédi­té aux couleurs sur une planche finale d’un des tomes. Honte à toi, les fans Chalan­diens vont venir t’étriper cette nuit.

  • Li-An : j’ai aussi vu les ”Black Sheep” en noir et blanc à leur sortie TV, mais mainte­nant que j’ai les DVD en couleurs, j’aurais du mal à les revoir en noir et blanc. C’est si beau un Corsair bleu Navy…
    *C’est marrant jusqu’où nous entraîne un de tes dessins, dans les consi­dé­ra­tions haute­ment philo­so­phiques, non ? :-)

  • Bon sang et moi qui croyait avoir trouvé un échapa­toire ! Je suis fait !

    mais quand même vous les trouvez vraiment belles ces couleurs ? Sérieu­se­ment je veux dire, au delà de Chaland. C’est pas un peu fluo quand même ?

    C’est vrai qu’on est loin de ton dessin d’origine. Qui me rappelle à moi aussi les trip moebiu­siens crayon­nés ”à la và-vite” et avec des légendes toujours fabuleuses. C’est bien légitime.

  • Chers camarades, nous sommes réunis ici pour juger le camarade Glorb qui a fauté. Je propose le supplice du pal clouté mais je vois le camarade Totoche au fond de la salle qui s’agite et brandit une tronçon­neuse rouillée…
    Pour ce qui est du Moebiu­sien, c’est bien le cas. J’ai toujours aimé associer dessin et texte décalé et ça vient en grande partie de son travail. Le dessin n’est pas juste là pour faire joli, il fait partie d’un tout plus énigma­tique.

  • Mais il persiste, l’effronté !
    Du calme, camarades, pas de lynchage en public !
    Je suggère pour apaiser les esprits que l’on commence par crever les yeux de l’impertinent avant toute décision hâtive sur son sort. :-)

    Gloire à toi camarade Chaland,!

    Camarade Li-An, il serait enfin temps de penser à une bonne purge, il en va de la survie du parti ! :-)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *