Le Cri du Margouillat n°12

Scan-130703-0001

Ce nou­veau numé­ro arrive rapi­de­ment puisqu’il est daté de jan­vier 1994 soit six mois après le numé­ro 11. Et ce qui est bien avec les maga­zines qui mettent du temps à sor­tir, c’est qu’ils font la révo­lu­tion à chaque numé­ro ou presque. Pour la pre­mière fois, Anpa signe l’édito assez poli­tique et deux nou­veaux arri­vants, anciens potes à Mad, débarquent: Manü Brughera et Bertrand Mandico – dont je par­lais il y a peu ici. Ce sont les pre­miers “vrais zoreils” de la revue, je veux dire par là que ce sont des Parisiens qui font leur his­toire sans se pré­oc­cu­per de l’aspect Océan Indien du Margouillat mais on les retrouve aus­si au som­maire de 7 his­toires de pirates, le col­lec­tif mon­té par Mad et Appollo publié chez Vents d’Ouest en août 1993. Et la cou­leur appa­raît dans un cahier cen­tral de quatre pages ! La cou­leur, mazette…

Mad est encore pré­sent dans ce numé­ro avec une paro­die de Batman scé­na­ri­sée par Appollo, Badbat en cinq planches (1). Suit une page pour expli­quer pour­quoi nous n’aurons jamais l’Alph Art du meilleur fan­zine (pro­phé­tie qui se réa­li­se­ra tous les ans). Sannyas a gagné le concours Fureur de lire en écri­vant les dia­logues d’une demi planche de Serge Huo-Chao-Si et c’est plus drôle que la plu­part des choses humo­ris­tiques publiées de nos jours chez cer­tains édi­teurs (2). Dimitri Raskolnikov est une his­toire de 4 pages de Bertrand Mandico et suivent juste der­rière les deux pages de Soyez méchants signées Manü Brughera (4). Huo-Chao-Si et Appollo signent leur pre­mière his­toire cou­leur col­lec­tée par la suite dans Cases créoles – tou­jours en vente – nar­rant les aven­tures tro­pi­cales du Père Noël (5). Moniri mets en scène Boby et Anpa dans les locaux du Margouillat de l’époque dans un duel fra­tri­cide où sont – encore une fois – évo­qués les pro­blèmes récur­rents de tré­so­re­rie de la revue (6). Fabrice réa­lise quelques gags d’un nou­veau per­son­nage, TiLouis, affu­blé d’un mar­gouillat en T Shirt et short (7) et Bruno Dalèle revient pour une his­toire très US de quatre pages (8). Et évi­dem­ment, on retrouve tous les habi­tués, cf. le som­maire (9). On remar­que­ra l’absence remar­quable de Téhem.

Peut-être parce que je suis jeune papa, je n’ai visi­ble­ment pas trou­vé beau­coup de temps pour des­si­ner dans ce numé­ro. À part quelques illus­tra­tions géné­riques (a et b), je des­sine Cimendef, une his­toire de deux pages ins­pi­rée par la cavale de Pierre Vergès et je fais un mas­sacre innom­mable d’un scé­na­rio d’Appollo, Bazunga (d’ailleurs, ces quatre pages ne sont signées que Li-An). J’avais des­si­né cor­rec­te­ment les deux pre­mières planches de cette his­toire et j’ai pété un plomb, expé­diant fina­le­ment le tout à la tron­çon­neuse. Appollo met­tra plu­sieurs années à s’en remettre et me pro­po­ser un nou­veau scé­na­rio, le pauvre…

Si vous avez trou­vé une faute d’orthographe, informez-moi en sélec­tion­nant le texte en ques­tion et en appuyant sur Ctrl + Entrée.

23 commentaires

  • Tiens,on aime­rait bien un témoi­gnage d’APPOLLO sur ce “massacre”!C’est quoi “péter un plomb” aprés deux planches?Vouloir expé­dier ça le plus vite possible?une grosse envie de révo­lu­tion culturelle?Un gros ras-le-bol;de tout?

    • @julien: c’était clas­sique pour moi à l’époque. Comme j’avais un tra­vail à temps plein, je tra­vaillais sur des débuts d’histoire qui me las­saient vite. Malheureusement, ça s’est appli­qué aus­si à cette his­toire d’Appollo.

      Bon, vous allez voir ça bien­tôt – à par­tir de demain.

  • L’histoire de Badbat est de moi aus­si. C’est donc un numé­ro où j’aurais scé­na­ri­sé pas moins de trois his­toires, mazette !

  • Merci li-an pour ce tra­vail ! J’aimerais bien lire la suite de l’histoire de Noël qui rap­pelle à ma mémoire les n° spé­ciaux que sor­tait le jour­nal de Spirou à l’occasion des fêtes de fin d’année … Nostalgie … Il y a quelques jours jus­te­ment, je refeuille­tais dans un recueil un excellent récit com­plet de Tom Carbone qui est contem­po­rain (92 ou 93) de l’histoire d’Appollo et Huo-Chao-Si. L’inventivité sans cesse renou­ve­lé des auteurs de BD autour de ce pon­cif est pour moi une source d’étonnement (en bien).

      • @Li-An: Incursions-hélas furtives-de MAD dans Spirou,justement,quelques mois de 1990;ça m’avait fait un gros effet;rappelait un peu le ZEP des débuts.Un peu.(J’étais pas physionomiste).Peut être que MAD était dans une ligne style ATELIER ASYLUM?C’est une belle géné­ra­tion…

        Des infor­ma­tions sur ce pas­sage éclair dans le vieil heb­do?

        • @julien: tiens, j’avais com­plè­te­ment oublié ça. C’étaient des illus­tra­tions de chro­niques ? Je n’en ai qu’un sou­ve­nir très loin­tain…

          Il était copain avec Cromwell, ça c’est sûr…

          • @Li-An: Oui,des illus­tra­tions de chroniques;peut être même une couv. mais je n’en suis pas bien certain(non signée).Le tout en quelques modestes semaines.Je t’envoie ça.

              • Des illus­tra­tions pour la rubrique du Docteur Spip, ou quelque chose comme ça. Une ou deux baleines si j’ai bonne mémoire (des­si­nées avec brio) et une vieille bagnole. Sinon, mer­ci pour les scans ! Je ne connais­sais évi­dem­ment pas cette his­toire. Pour les influences aucune idée, c’est pré­ci­sé­ment la sin­gu­la­ri­té de son bou­lot qui le ren­dait attrayant.

                • Alors exac­te­ment: Il était une fois une voi­ture pol­luante, le tabac et les baleines. C’est vrai que je n’ai pas trop par­lé à Mad de ses influences der­nières. Je met­trai pro­ba­ble­ment ces images en ligne un jour.

          • Pas de couv de Spirou, non, mais quelques culs-de-lampe dans une rubrique sur les véhi­cules ou un truc comme ça. Par ailleurs, cette his­toire de Badbat doit dater de plu­sieurs années aupa­ra­vant (quelque chose comme 1987 ou 1988), en tout cas bien avant les albums de Quincampoix. J’ai dû don­ner filer cette bd au Margouillat parce qu’elle était inédite (Mad est mort en 1993). Ce n’est pas du tout le style gra­phique qu’il avait à la fin.

    • @Totoche Tannenen: ah ah c’est moi qui ai fait le site. Comme je n’ai mis en urgence que ceussent qui ont tra­vaillé sur les der­niers bou­quins – les col­lec­tifs – ils n’apparaissent pas. Bien fait pour eux. Pareil pour les livres plus anciens: je n’ai pas le temps – ou plu­tôt je n’avais puisque je ne suis plus res­pon­sable – de m’en char­ger. D’ailleurs, il ne doit pas y avoir La ti Do. Mais rien n’empêche de lais­ser un mes­sage pour com­man­der.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *