C’est la guerre

Une BD à laquelle vous avez échappé…

prends ça dans ta tête

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-moi en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée.

Étiquettes
,

13 commentaires

  • Ressents-tu les réminiscences de l’enfance à dessiner ces batailles foisonnantes..?Je maintiens que tous ces projets,en cours,achevés,inachevés(…)plaident pour toi et ne peuvent donner que du bon(et c’est bon.)

  • @Thyuig : en fait, c’est carrément un peu repompé sur le Nausicaa de Miyazaki.

    @julien : oui, c’est mon goût pour les petits soldats en plastique qui ressort.

    @Raymond : il y avait des robots qui apparaissaient. C’est un vieux thème qui me trotte dans la tête depuis presque vingt ans.

    @raoul ketchup : des obus de 20.

  • Et un homme volant si vite dans le ciel en haut à droite de la case 1 que l’on n’en voit que son ombre ( telle l’homme torche des 4 fantastiques :-)

  • Li-an, si au goût des petits soldats en plastique tu souhaitais joindre celui des Ukiyo-e, je ne saurais trop te conseiller les estampes des guerres sino et russo-japonaises par Kiyochika Kobayashi !

  • Ah zut, j’ai un peu de mal à trouver des choses intéressantes sur le Web. Mais je pense que mes éventuelles inflences sur le sujet passe par la peinture occidentale.

  • J’ai découvert tout à fait par hasard cette production à l’occasion d’une exposition du musée Marmottan consacrée à la collection d’estampes japonaises de Claude Monet.
    J’étais venu revoir les paysages apaisants d’Hokusai -ce qui fut fait, mais, dans un petit couloir un peu caché, c’est la guerre que je vis: scènes de batailles navales hallucinantes, armées en déroute, corps à corps héroïques, saisissant contraste dans ce génie nippon concentré au service de la plus vile apologie de la guerre moderne. A l’issue de cette exposition j’ai fait quelques recherches qui m’ont conduites à cette base de donnée exceptionnelle : http://visualizingcultures.com:8080/narravision-web/col_asia_home.html
    (cliquer sur « view all »).
    Les thèmes sont répétitifs, le format allongé constitué de trois images verticales disposées en triptyque, toujours le même. Si l’on retient surtout le nom du prolifique Kobayashi Kiyochika, son style est pourtant un peu figé et naïf, mais il peut se révéler parfois très inspiré, comme lorsqu’il représente une bataille de nuit, au bord d’une rivière, seulement visible par le reflet qu’elle fait dans l’eau. Ogata Gêkko aussi se défend bien, à l’aise tant dans les grandes compositions, que dans les scènes intimiste (un général qui médite en haut d’une falaise sur le soleil levant), mais les artistes les plus mirifiques par leur réalisme et leur expressivité, sont à mon sens, Getsuzô qui dessine les cosaques qui roulent des yeux effrayants et Migita Toshihide qui prend manifestement un plaisir sadique à couper par le travers en deux de malheureux mandchous fous.
    Je suis persuadé que, pour un dessinateur de bande dessinée qui se donne pour sujet la représentation de la guerre, il y a là de quoi se nourrir sans remâcher toujours la traditionnelle peinture d’histoire occidentale.

  • Je me demandais pourquoi j’étais un peu réticent et en fait c’est mon côté chinois qui veut ça. Ces magnifiques peintures de conquêtes militaires nippones se sont accompagnées de massacres de civils coréens et chinois peu connus en Europe. Sans compter que les nationalistes contemporains ont tendance à sous-estimer ces crimes de guerre… Du coup, j’ai un peu de mal à m’enthousiasmer… (un peu comme avec les affiches de propagande nazies…).

  • Tes réticences sont bien compréhensibles … D’ailleurs, d’après ce que j’ai pu lire ici ou là, le Japon d’après 1945 rejette cette iconographie guerrière.

  • Malheureusement, il y a un retour en force des nationalistes japonais qui font un gros travail de réécriture de l’Histoire en ce moment…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *