Gauguin à Tahiti – planche 1

planche 1

Bon, j’ai traîné, j’ai lambiné et je n’ai toujours pas le contrat. A priori, chez Vents d’Ouest dans une nouvelle collection « roman graphique », une BD de 92 pages (ou plus si je suis trop bavard) en couleurs. Une biographie « romancée » de Gauguin lors de son séjour tahitien. Voilà, vous savez tout (en tous les cas plus que moi).

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-moi en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée.

Étiquettes
,

35 commentaires

  • Oh ben, j’ai pensé sur le coup à Caniff, Pratt, etc. Ne mets pas de couleur, c’est « trop mieux » comme ça. Quoique, pour « biographer » Gauguin faudrait quand même qu’il y en ait :-) En tout cas, on croise les doigts pour ton contrat. Et sois bavard, ça ne dérange personne, au contraire.

  • D’accord avec Boyington sur la mise en couleurs(et je doute que ce projet ait la chance de connaitre deux versions,comme pour H.Pratt?)les réfèrences chromatiques à la Gauguin serait le piège à éviter(opinion personnelle)et redondant,non?Joli sujet,planche qui a une gueule terrible et tu as le bon gout de trancher avec le style de « boule de suif »(EN VENTE PARTOUT,DELCOURT)!Bon courage!

  • Je trouve cette planche monochrome très réussie.
    Mais effectivement ne pas parler des couleurs pour Gauguin ce serait étrange.
    Du coup il peut y avoir justement un travail tout à fait à propos entre les 2 (enfin il me semble) sur la notion de découverte de sensation sur la couleur tout en ne paraphrasant pas Gauguin (non?). Un espace de réflexion sensorielle intéressant en somme.
    (en tout cas c’est un début prometteur – avis d’une non spécialiste).

  • De toute manière, je ne vais pas faire ici un album sur le peintre mais un album sur Gauguin. Même si son travail est abordé, ce ne sera pas le thème central.

  • Bien vu;Et ne peut-on pas imaginer un récit n/b où la couleur n’apparait que furtivement,peu à peu,comme symboles,progressivement(mais qu’est-ce que j’raconte,je n’sais meme pas quelle est la trame de ton récit)..?Enthousiasmant,en tous cas!!!

  • au contraire, le travail que gauguin a fait sur la couleur en polynésie ne doit pas etre rejeté d’emblée, c’ est une opportunité
    exemple: la façon qu’il avait de peindre les polynésienne dans des tons cuivrés avec des reflets verts, sublime…

    • Justement, nous (la coloriste et moi) ne sommes pas Gauguin. Le but est de montrer un Tahiti différent de celui « fantasmé » par Gauguin. Il y aura des références à ses tableaux mais ce n’est en aucun cas un hommage respectueux.

  • Bah, je ne peux pas vous empêcher de faire votre propre BD dans votre tête :-). Je sens que vous n’êtes que les premiers d’une longue série.

  • Effectivement, nous devons etre plusieurs à avoir dans la main un crayon qui nous démange, surtout avec un sujet comme celui-ci.
    Tu en as de la chance quand meme!…

  • @b : deux autres albums sont prévus. « Le fils de Gauguin » et « La revanche de Gauguin« . « Gauguin contre Boule de Suif » m’a été refusé par l’éditeur.

  • Je n’ai pas rêvé pourtant… C’est bien sur ton blog que j’avais trouvé un « dossier éditeur » sur Gauguin ? Pas moyen de le retrouver !

  • Bah mince alors, si j’avais imaginé que ma remarque sur couleurs ou pas déclencherait autant de réactions! La prochaine fois je ferme ma g….., promis Li-An

  • Gauguin et Maupassant sont sur un bateau(pour Tahiti?)… »en aucun cas un hommage respectueux »:ça me plait;les phantasmes de Gauguin sont discutables mais je demeure trés envieux du vieux peintre malade découvrant ces terres,dans un monde encore vierge ou sage d’images et de préjugés.Tiens une question toute bete:Qu’y avait-il dans le crane de Gauguin en partance..?

  • Cette planche est superbe.

    C’est vrai ça, elle vient d’où cette idée ? En tout cas, c’est plus original que de pomper Hergé !

  • @Provisus : oui, c’était apparu à l’insu de mon plein gré et je l’ai caché.

    @Appollo : non, Appollo, tu ne m’as pas soufflé toutes mes idées :-) Celle-là je l’ai eu sans toi même si tu m’as encouragé à persévérer dans la voie.

    @julien : justement, je vais tenter de développer le point de vue polynésien. Et Tahiti ne ressemblait en rien à ce vieux cliché de terre vierge et paradisiaque ! Ce qu’il avait en tête, c’est aussi le sujet de l’album…

    @Nanor : de mes envies (malsaines)de dégommer toutes les icones. Et du fait que les Tahitiens supportent l’héritage de Gauguin plus qu’ils ne le vivent. Ou comment ce peintre célèbre a « colonisé » le regard porté sur Tahiti au point de ne laisser aucune place à d’autres représentations.

  • Trés chouette, l’encrage ! Avec une très belle utilisation des noirs.
    (éloigné un temps d’internet, j’ai un peu zappé ce superbe projet)

  • « Malheuresement », l’album n’est pas tout comme ça. C’est dur sur la durée de conserver les choix du début.

  • Moi tu vois j’trouve que c’est une super idée le Noir et Blanc pour parler de la couleur de Gauguin, ouais génial, avec ce concept bien décliné, t’es sûr d’avoir une belle moisson critique, je vois déjà les titres « La couleur, c’est le lecteur », « L’œil paradoxal de Li-An », « Les couleurs rêvées du peintre » etc…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *