L’assassinat de Jessie James par le lâche Robert Ford

the-assassination-of-jesse-james-by-the-coward-robert-ford-20070906043125013

Ben les wes­terns se font rares alors je me suis bou­gé les fesses pour les 2h39 du film de Andrew Dominik. Je connais assez mal l’histoire mais on peut dire qu’il y a du beau bou­lot. Un film médi­ta­tif sur la fin d’un type qui n’a plus de rai­son de vivre… Dominik a évi­té de mon­trer James comme le Robin des Bois que les jour­na­listes de l’époque ont fan­tas­mé mais comme un cri­mi­nel fas­ci­nant et com­plexe (mal­heu­reu­se­ment, Bratt Pitt est Brad Pitt et on ne peut pas dire qu’il crée la sur­prise) et l’acteur qui inter­prète Robert Ford, Casey Affleck, est pour beau­coup dans la réus­site de l’ensemble en jouant un per­son­nage tran­si d’amour et mal dans sa peau qui croit suivre un des­tin alors qu’il ne fait que se perdre. Aucune faute de goût visuelle (l’image est très soi­gnée, comme la bande son où les bruits péri­phé­riques ont beau­coup d’importance) et voir deux types se flin­guer à bout por­tant dans une pièce sans se tou­cher m’a conso­lé de tous ces tireurs d’élite qui touchent un Indien à un km avec un simple revol­ver.

Si vous avez trou­vé une faute d’orthographe, informez-moi en sélec­tion­nant le texte en ques­tion et en appuyant sur Ctrl + Entrée.

7 commentaires

  • Ah ! le tireur de litre, petit métier per­du avec l’apparition de la Villageoise. Sniff
    Plus sérieu­se­ment au sujet de balles per­dues, quelqu’un a cal­cu­lé le nombre de balles qui avait été néces­saire pour bles­ser ou tuer un sol­dat pen­dant la seconde guerre mon­diale et c’était pure­ment pha­ra­mi­neux.
    Film à voir.

  • Je conseille for­te­ment le Dead Man qui est un des mes films pré­fé­rés. Et un faux wes­tern tout à fait pas­sion­nant.

  • En effet, une grande bande son de Young qui est en plus “dif­fé­rente” sur le CD avec des sons contem­po­rains qui modi­fient sub­ti­le­ment les per­cep­tions que l’on a pu avoir dans le film.

  • c’est mar­rant mais pr moi, ça n’a rien à voir avec Dead Man, mais plus avec the 3 Burials of Melquiades Estrada de Tommy Lee Jones, ou les films de Malick.
    et, oh, les lumières du train qui passent sur les hommes cagou­lés cachés dans les arbres, j’ai failli avoir une attaque d’apoplexie tel­le­ment c’était beau!!!!

  • Tu as tout à fait Christelle, Dead Man est arri­vé un peu par la bande dans les com­men­taires. Je n’ai pas vu 3 Burials par pure bêtise/fainéantise et je suis d’accord qu’il y a un côté très Malickien dans ce Jesse James (même dans les thé­ma­tiques). Et dans cette scène de train, j’aime beau­coup les coups de feu qui partent vague­ment dans le vide.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *