Les livres consa­crés à l’œuvre de Frazetta – par Kris

Ce billet est basé sur des textes de Kris.

Le mini­mum vital :

icon

Icon couver­ture carton­née (ou souple pour les petits budgets, de plus, édition augmen­tée de 30 pages ).

L’édi­tion corri­gée et augmen­tée est excel­lente. Le seul défaut d’ Icon est sa couver­ture souple, trop fragile pour un livre de +/- 200 pages.

Le panier malin de l’ama­teur averti / passionné :

testament cartonné legacy cartonné

Icon, Legacy et Testament, couver­ture carton­née.(édition française = Ever­green http://livre.fnac.com/a298397/-Frank-Frazetta, Legacy & Testament ont aussi été édité en harco­ver en français – en fait, il semble­rait que non malgré des annonces à l’époque)(! Les nouvelles éditions de Legacy et Testament ont des couver­tures souples cf. ici)

À savoir : ces livres solides (Under­wood Books) seront plus pérennes que la série des Bantam books (Frazetta t.1 à 5), mais la palette de couleurs des pein­tures y est moins riche que dans les Bantam, et encore moins que dans Frazetta t.1 (Frazetta prints, couleurs subtiles) et « A Retros­pec­tive« .
Les images de Icon, et surtout Legacy et Testament sont publiées assez grandes (point nega­tif de « a retros­pec­tive »).

rough work

  • Rough work est un passion­nant petit livre (23,5 × 16 cm) format carnet de croquis, rempli de superbes recherches et croquis. La couver­ture épaisse et lisse en fait un objet très sympa.
    Point néga­tif : encre de chines en reso­lu­tion insuf­fi­sante (300 dpi = quadri, mode trait = 600 à 1200, pour une repro­duc­tion correcte) et certaines images issue de jpeg basse défi­ni­tion…
  • Passée la première surprise du format et de la qualité en géne­ral (nous aurions préféré un livre plus onéreux mais mieux fait, comme le « ulti­mate triumph » de Wande­ring Star, papier excellent, tranche dorée, encres très bien repro­dui­tes… Au vu du prix de l’ou­vrage et de la petite taille des illus­tra­tions, cet ouvrage est à réser­ver au collec­tion­neurs.

ultimate warrior

http://www.wande­ring­star­books.com/ulti­mate/ut_inter­views1.html

living legend

  • Frazetta, the living legend pour son contenu (image des port­fo­lios Kubla
    khan
    , Women of the age, Lord of the ring + illus­tra­tions n & blanc Buck Roger, Tarzan… )

bootleg

Atten­tion ! Ce pirate duplique le contenu de Living Legend (pirate à éviter, hors collec­tion­neur acharné!) ache­tez la source : http://www.frazet­taart­gal­lery.com/gallery/HTML/books.html

chene3 bantam4

  • Frazetta t.3 et 4 édition du Chêne ou Bantam pour les carnets de croquis à l’encre de chine. (envi­ron contenu de « A retros­pec­tive« , avec quelques pages inédites supplé­men­taires pour ce cata­logue d’ex­po­si­tion complet ).

corentin

  • Frazetta, édition Coren­tin (contenu des pein­tures de « A retros­pec­tive », ce livre est un pirate d’une bonne partie du précedent)

arcanum

  • Illus­tra­tion ARCANUM, dessins noir et blanc (couver­ture souple). Ce superbe ouvrage présente des crayon­nés, non pas comme esquisses préli­mi­naires d’ oeuvres, mais comme illus­tra­tions ache­vées au crayon. Une facette presque inédite d’un des immenses talents de l’ar­tiste !

pillow book

  • The pillow Book, dessins, encres de chine colo­rées et aqua­relles (couver­ture souple)

  • Telling Stories: The Clas­sic Comic Art of Frank Frazetta, D’au­cuns sur le net rejettent ce sympa­thique ouvrage grand format (voir Icon) pour cause de colo­ri­sa­tion refaite sur papier couché, préfé­rant des éditions plus « vintage ».
    Honnê­te­ment, la colo­ri­sa­tion plutôt neutre de « Thund’a » (l’er­satz de Tarzan dessiné par Frazetta), jungle verte et chairs coquille d’oeuf, sert plutôt la lecture de la série sans écra­ser le travail d’en­crage. On peut regret­ter un recours régu­lier à des dégra­dés jaune oran­gés à la moindre case d’ac­tion et des cheveux dont la couleur bleu foncé écrase parfois le travail extra­or­di­naire d’en­crage sur les cheve­lure (une case de « Sqeeze-play« , les mammouths de Thund’a). La colo­ri­sa­tion de « Cindy is saved » est cette fois affreuse, surtout que cette bande est magni­fique dans d’autres éditions en noir et blanc
    (Thund’a, amour indomp­tableHuma­noïdes Asso­ciés). Au collec­tion­neurs qui choi­si­raient d’au­to­rité l’édi­tion des Huma­nos, il faut savoir « qu’an­cien » (1983) n’est pas forcé­ment syno­nyme de qualité et que les détails des encres
    de « Telling stories » surclassent de nombreuses planches de l’édi­tion française (certains visages aux yeux écra­sés (Thund’a), cheve­lures aux détails bouchés sur les oeuvres de romances, dans l’ou­vrage des Huma­noides Asso­ciés). « Telling Stories » massacre par ailleurs « Captain Comet » (encres gros­siè­re­ment retou­chées et couleurs criardes) et présente des histoires de sauve­tages héroïques et autres tirées de sources parfois médiocres, de genre gros­sières photo­co­pies ou impres­sion. Diffé­rences notables de qualité sur les sources des épisodes de « White Indian« .
    Du côté des histoires présen­tées, des regrets : les médiocres bandes de sauve­tage héroïques et parfois de guerre auraient pu être avan­ta­geu­se­ment rempla­cées par d’autres inédites depuis long­temps, mais de meilleure facture. (A dog is saved , certaines histoires de polar citées dans le dvd « Pain­ting with fire » , docu­men­taire sur Frazetta).
    Côté inédits:
    -l’oeuvre de commande sur Burt Lancas­ter, bien que mani­fes­te­ment un travail baclé, a le mérite de nous être présenté.
    -« Judy of the Jungle« , le premier travail en BD de l’au­teur à 19 ans est très inté­res­sante : critiquée par l’au­teur lui même plus tard en pleine posses­sion de ses moyens graphiques, regret­tant que ce galop d’es­sai fut un échec, ses employeur refu­sant de lui confier une seconde bande « sérieuse » au profit des Funny Animals la bande montre le talent brut du jeune auteur.
    Influençé par Milton Caniff, les dessins aux traits épais et aux anato­mies approxi­ma­tives de Judy of the jungle peuvent surprendre. Le sens de la cari­ca­ture (des bad-guys), l’amour du mouve­ment et des filles trans­pa­raît déjà …
    Petit aver­tis­se­ment au fan pur et dur des pein­tures de Frazetta : les B.D présen­tées sont d’un style très daté (Thund’a étant la bande la plus proche des pein­tures par les thèmes soule­vés, monde préhis­to­rique etc…). C’est la qualité intrin­sèque des dessins qui nous enchante encore (merveilleux dessins de filles dans les insi­pides histoires de romance), certai­ne­ment pas leur avant-gardisme !

  • Frank Frazetta: Art and Remem­brances de Frank Frazetta, Daniel Herman & Frank Frazetta Jr., 208 pages chez Hermes Press (2013): cet ouvrage est un gentil livre de souve­nirs et d’anec­dotes écrites de longue date par Frank (Alphonso) Frazetta Junior, fils ainé de Frazetta et mises en forme par Daniel Herman. Le livre est illus­tré de naïves B.D de jeunesse, de photos de famille et de l’ar­tiste, de quelques rares croquis inédits (prépa­ra­toires à des couver­tures du Ghost Rider pour les plus inté­res­sants). Hélas, beau­coup de place mangée par les pein­tures archi connues, par des choix de maquette pleine page pour des photos ou des illus­tra­tions qui ne le méritent pas (nature morte cadeau d’un fan artist, la boîte aux lettres des Frazetta, photo de la palette de Frazetta). L’ou­vrage échoue à être le livre ultime sur la vie de l’illus­tra­teur star, fantasmé par le fan en quête d’anec­dotes et de détails savou­reux sur les épiques romances et bagarres du Bronx. Le fiston écri­vain, aveu­glé par l’amour filial, se permet de lais­ser passer approxi­ma­tions, erreurs et contra­dic­tions flagrantes sur des dates dans le texte même. Un achat à réser­ver aux curieux incon­di­tion­nels de l’ar­tiste, de l’homme, et d’une petite part de légende.

Le collec­tion­neur :

  • Icon, Legacy et Testament édition luxe (12 pages d’ine­dits par ouvrage) voire édition cuir et signée pour les collec­tion­neurs chan­ceux (et aisés!)

retrospective

  • « A retros­pec­tive » Allexan­der gallery, superbes repro­duc­tions des encres de Frazetta d’après les origi­naux.
    Quoique sombres et de petit format, les couleurs des pein­tures sont plus riches que les editions récentes (Conan : flammes oran­gée et fond beige, dans « A retros­pec­tive »)
  • The ulti­mate triumph (signé) + tiré a part

  • Rough work (signé) + tiré a part

  • Frazetta edition luxe (tiré a part) ed (a paraître)

  • Illus­tra­tion ARCANUM (couver­ture carton­née, si possi­ble…).

  • The pillow Book (couver­ture carton­née) + port­fo­lio tiré du même livre (couleurs de meilleure impres­sion). Déli­cieuse images aqua­relles et crayon (ou encre de chine de couleur). Change des illus­tra­tions de barba­res….

prints book

  • Frazetta T1 frazetta prints. Inédits : 2 illus­tra­tions du cava­lier de sleepy hollow + day of wrath (dark­wolf, person­nage de fire & ice). Édité par la famille, et partant des origi­naux, les couleurs sont biens plus subtiles que dans les Under­wood books. Point néga­tif ! Couver­ture souple…..

bantam1 bantam2 bantam5

  • Bantam t.1 à 5

fascination

  • Fasci­na­tion éditions Zoom (date ?) Édition en large format, avec des couleurs moins satu­rées que dans les Bantam, sur superbe papier couché. Coco­rico !

  • A defi­ni­tive refe­rence : Frazetta édition luxe (tiré a part).
    Edition normale : http://www.amazon.com/Frazetta-Defi­ni­tive-Refe­rence-James-Bond/dp/1934331082
    Il s’agit du travail de réfé­ren­ce­ment de tout ce qui a été publié au sujet de Frazetta, y compris les listes des illus­tra­tions dans les mono­gra­phies, les posters, les fanzines et les tradings cards. À réser­ver aux collec­tion­neurs mono­ma­niaques ! Plus de longues listes que d’illus­tra­tions, les repro­duc­tions de couver­tures de livres ou de disques sont souvent de bonne facture, issues de collec­tion privées. Quelques dessins inédits (encre de Madman), et même la repro­duc­tion de deux livres de poche de gare ou Frazetta servit de modèle ! Les curieux pour­ront préfé­rer sans doute la version souple, suffi­sa­ment coûteuse en regard de l’in­té­rêt du produit. Si vous recher­chez des livres d’illus­tra­tions ou de B.D sur Frazetta, choi­sis­sez plutôt dans la trilo­gie d’un­der­wood books (Icon etc…) ou « Telling Stories » en ce qui concerne son travail sur les comics.
    La version « luxe » propose de biens peu inédits supplé­men­taires (au regard de la trilo­gie d’un­der­wood books) : les dessins à l’encre des pages de titre de tous les Tarzan de « Ace Book« , déjà vu ailleurs. Leurs publi­ca­tion à taille d’ori­gine leur donne pour­tant un léger inté­rêt supplé­men­taire. Plus une repro­duc­tion des 12 signes du zodiaques, une pin-up noir et blanc par signe, travaux de commande des années de vaches maigres. Plus une chemise carton­née pour remi­ser le livre.

tellingstories-frazetta_deluxe

  • Telling Stories: The Clas­sic Comic Art of Frank Frazetta (deluxe): la deuxième image sur le lien est impri­mée sur papier d’art:
    « A Giclée print is a special method for repro­du­cing fine art via pigment-based inkjet­ting onto various archi­val mate­rials such as canvas, cotton, linen, and water­co­lor paper. The print from the Frazetta set is pictu­red here, the second image from the top. « 
    La prin­ci­pale diffé­rence semble être donc ce tiré à part, plus la couver­ture.

  • Frank Frazetta: Art and Remem­brances Deluxe: il existe pour les collec­tion­neurs achar­nés une onéreuse édition luxe à 125$ avec un tiré à part et une signa­ture de Franck Frazetta (on se calme !!!!) JUNIOR… (pour l’édi­tion normale cf. plus haut).

Complé­ments

testament legacy

  • Testament et Legacy version souple – retour

Site offi­ciel

Retrou­vez la boutique et des infor­ma­tions sur le musée géré par la famille ici http://frazet­taart.com/.