Le Cri du Margouillat n°2

Le deuxième numéro du CdM est daté d'octobre 86. J'ai déjà quitté la Réunion pour rejoindre les rives ensoleillées de la Moselle mais avant de partir, j'ai eu le temps de pondre plein de planches


cou­ver­ture de Goho

Le deuxième numé­ro du CdM est daté d’octobre 86. J’ai déjà quit­té la Réunion pour rejoindre les rives enso­leillées de la Moselle mais avant de par­tir, j’ai eu le temps de pondre plein de planches (on en annonce 11 en cou­ver­ture).

le soir au fond des draps
clic le som­maire
Je suis tou­jours au comi­té de rédac­tion mal­gré mon éloi­gne­ment géo­gra­phique. On remar­que­ra un cour­rier des lec­teurs qui aura du mal à vivre.

du sang pour les braves
clic
Mad fait une his­toire de Dracula qui n’a plus rien à voir avec son des­sin Moebius du pre­mier numé­ro. C’est mar­qué à suivre mais point de suite il n’y aura…

Vlouf!
clic
Incroyable, la pre­mière his­toire Serge HUO-CHAO-SI & APPOLLO. Quatre pages comiques avec une vraie chute. Mais où vont-ils cher­cher tout ça ? J’avais com­plè­te­ment oublié qu’ils avaient com­men­cé si tôt leur col­la­bo­ra­tion.

le retour de la revanche
clic
Régis pour­suit sa grande aven­ture à la mode Chaland/Franquin com­men­cée dans le pre­mier numé­ro (du genre com­ment fabri­quer une arme ultime avec un sèche che­veux).

attention !
clic
Afeon est le cas typique du des­si­na­teur que nous n’avons jamais ren­con­tré. En règle géné­rale, sa tante/grand-mère/marraine passe avec des ori­gi­naux en disant que, puisque nous cher­chons des des­si­na­teurs, peut-être que (Téhem est un exemple fameux)… En règle géné­rale le type vit en métro­pole et se demande où sont pas­sés ses des­sins. Ils sont dans le CdM Afeon ! Cherche plus… En plus il était doué le boug. Mais j’ignore tota­le­ment qui a écrit le texte en face… (Appollo me rap­pelle que l’on a bien ren­con­tré Afeon sur le stand du Margouillat lors de la sor­tie du pre­mier numé­ro et que le texte en ques­tion est pro­ba­ble­ment de sa main).

débarquement
clic
Fedenheimer frappe un grand coup dans ce numé­ro avec une his­toire du pre­mier Hoarau de la Réunion. Faire des BD “locales” était une pré­oc­cu­pa­tion qui s’est vite impo­sée à l’équipe mais ce n’est pas le genre de chose qui s’improvisent faci­le­ment. J’ai bien fait une ten­ta­tive avec mes “Comptines” sans que ça aille aus­si loin que ce retour aux racines créoles.

vierge mais pas trop
clic
Michel Faure réa­lise deux illus­tra­tions sur le thème du zodiaque et, pour ter­mi­ner, Boby met en cou­leurs son per­son­nage fétiche (on note­ra l’arrivée mar­quante de Mozezli qui livre chro­niques SF, réflexions phi­lo­so­phique sur la banane et autres joyeu­se­tés).
.

c'est l'facteur
clic

Contributions per­son­nelles: p.22 strip + intro­duc­tion de Boby || p.23 “Séjour éter­nel…” his­toire de 5 planches (2)|| p.31 illus­tra­tion pour “Le Major contre le gang des cano­tiers blancs” par Alfred Lénine (1)|| p.33 “Retour” his­toire 1 pl. || p.50 “Jean-Paul Sombre à Cannes…Alphonse Marto aus­si! ” his­toire de 4 pl. sur un scé­na­rio d’Anpa (et des des­sous de planches par Goho) (3).
échec des bonzhommes un café et deux sucres

Si vous avez trou­vé une faute d’orthographe, informez-moi en sélec­tion­nant le texte en ques­tion et en appuyant sur Ctrl + Entrée.

6 commentaires

  • Wouah.
    Ça fait quelque chose de retom­ber sur le Marg’, qui plus est sur des numé­ros datant d’avant ma décou­verte de l’inoubliable fan­zine…
    Merci beau­coup!

  • C’est du Mad ?! Eh bien ! Surprenant. Déjà un p’tit sou­cis avec le let­trage.

    (Par ailleurs le moteur de recherche de ton blog rend bien des ser­vices)

  • Oh, tu ne connais­sais pas son bou­lot dans le CdM ? C’était expé­rience gra­phique et com­pa­gnie. Il a mis un peu de temps à trou­ver son style quin­cam­poi­gnesque.

  • J’en pro­fite pour dire aux habi­tués que le moteur de recherche a été plu­gi­ni­fié, ce qui rend les résul­tats plus lisibles et sur­tout il per­met main­te­nant de cher­cher dans les com­men­taires. Mais le résul­tat n’est pas encore très pra­tique dans ce cas là puisqu’on n’a pas de lien direct sur le com­men­taire en ques­tion.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *