Le Cri du Margouillat n°5

marg04_couv

Pour ce numé­ro 5 du Cri du Mar­gouillat, j’ai droit à ma pre­mière cou­ver­ture (inver­sée par rap­port à mon des­sin ori­gi­nal). Elle est datée de 1986, la qua­trième de cou­ver­ture de Serge Huo-Chao-Si date elle de 1985. Mais si j’en crois l’édito, un nou­vel Angou­lême est pas­sé. On peut donc ima­gi­ner qu’il date de début 1988. Deux numé­ros en un an, ce n’est pas glo­rieux sur­tout qu’on on se rap­pelle que nous l’imaginions men­suel, ce beau maga­zine…

édito et sommaire> Le CdM a pris suf­fi­sam­ment d’importance dans le pay­sage édi­to­rial réunion­nais pour que Boby ait à se fendre d’un billet de contre attaque. Une cer­taine presse nous accuse de dépen­ser l’argent public pour des futi­li­tés même pas drôles ni belles et sans ave­nir aucun. Je dis­pa­rais enfin de l’ours mais mon rôle édi­to­rial consis­tait sur­tout à envoyer des lettres inter­ro­ga­tives quant à une éven­tuelle sor­tie du maga­zine.

jézu revientTi Burce en créole ! Appol­lo et Serge réa­lisent une his­toire en deux planches tirée d’une blague idiote. On remar­que­ra au-des­sus un haut de page direc­te­ment ins­pi­ré par le tra­vail de YannConrad dans Spi­rou. D’ailleurs Appol­lo et Mad se fendent d’une expli­ca­tion un peu plus loin.
Après un gag rou­tier de Bob, appa­rait un pre­mier gag d’un nou­veau per­son­nage nom­mé Ti Burce juste avant la suite de Yvan de Téhem. Il est dif­fi­cile de savoir si ledit Ti Burce est le gamin à lunettes ou celui qui l’interpelle en créole mais c’est un évè­ne­ment majeur dans l’Histoire du Mar­gouillat puisque Téhem crée ici l’équivalent d’un ”Tin­tin” local (on aurait d’ailleurs dû renom­mer le maga­zine ”le jour­nal de Ti Burce”, on en aurait plus ven­du :-)).

criquet craqué
cri­quet cra­qué
l'ombre d'un margouillat
l’ombre d’un mar­gouillat

Les rubriques se moder­nisent en deve­nant plus courtes et plus por­tées sur l’actualité cultu­relle réunion­naise. On peut aper­ce­voir un des­sin d’un cer­tain H. qui semble squat­ter le maga­zine et la pre­mière bande d’un strip réa­li­sé par moi-même : ”Le Marg” ou les aven­tures d’un pri­vé à la Réunion (cf. aus­si (1)).
Deux pages de Goho (”Kri­ké kra­ké”) enfoncent le clou de la réunion­ni­tude du maga­zine : une his­toire en créole et ancrée dans l’Histoire de la Réunion. Il réci­dive quelques pages plus loin avec ”Une lettre, dans l’univers des petits fonc­tion­naires Fina­le­ment, il avait tout compris…avec vingt ans d’avance.

sex and canigou Après 11 (!) pages noir et blanc prê­tées par P’tiluc de ses Rats en pré­pu­bli­ca­tion exclu­sive, l’identité du mys­té­rieux H est révé­lée à la face du monde. Hobo­pok, en pas­sage VAT à la Réunion a été remar­qué par un des chas­seurs de têtes du Mar­gouillat et décide que ce maga­zine mal fichu va res­sem­bler à quelque chose. Il entame une série de gags post colo­niaux inti­tu­lés ”Le temps béni des colo­nies” d’une éner­gie et d’une pro­vo­ca­tion salu­taires.

un proprio accommodant
un pro­prio accom­mo­dant

Pour ne pas chan­ger, j’illustre un nou­vel épi­sode du ”Major contre les Cano­tiers blancs” (cf.(1)) et après une page de Bob, on trouve un cour­rier des lec­teurs qui part en vrille puisqu’un mys­té­rieux Ollop­pa envoie un des­sin et se moque de Mad pen­dant que ce der­nier aide le petit Jean Moe­bius à cor­ri­ger un de ses des­sins. Suivent deux planches où j’imagine La Réunion en 1997 avec un Cri du Mar­gouillat qui enva­hit le monde (cf. (2)), Actéon avec une his­toire tou­jours aus­si mys­té­rieuse et une longue his­toire de Séné des­si­née à l’arrache, le CRAP qui publie son hymne offi­ciel (”Oh ! que c’est bon, c’est bon, c’est bon, C’est bon de ne rien faire Toute la jour­née Oh ! que c’est bon, c’est bon c’est bon De grat­ter son der­rière Cou­ché sur le côté”) (pas éton­nant que le Mar­gouillat ait du mal à sor­tir) et, un peu plus loin, une fille qui publie les pre­mières pages d’une his­toire à suivre ! Sta Notte app­porte un peu de fraî­cheur avec une his­toire étrange et poé­tique.

lapin blanc Tout au bout, à la fin, Mad nous offre une der­nière his­toire (ses dif­fé­rents pro­jets l’éloigneront du Mar­gouillat) et je mets de nou­veau en scène un mar­gouillat cf. (3) ( un vrai leit­mo­tiv de ce numé­ro) avant qu’Hobopok ne boucle le maga­zine.

Contri­bu­tions per­son­nelles :

valise en carton
(1) valise en car­ton
illustration pour la chronique littéraire SF de Mozezli
illus­tra­tion pour la chro­nique lit­té­raire SF de Mozez­li
futuro rétro
(2) futu­ro rétro
(3) le margouillat est un satyre
(3) le mar­gouillat est un satyre

Si vous avez trou­vé une faute d’orthographe, infor­mez-moi en sélec­tion­nant le texte en ques­tion et en appuyant sur Ctrl + Entrée.

9 commentaires

  • @Totoche : ”Révé­la­tion”. Depuis des années, Ser­geo (Huo Chao Si) reste dans la pénombre alors qu’il a un fabu­leux des­sin !!
    -Com­ment faites vous ?
    -Éh bien, euh… Mais…

    Il y a quatre hauts de page en tout.

    @Ray­mond : et voi­là, une illus­tion de plus qui s’effondre :-)

  • Si j’ai bien com­pris, c’est un des­sin du génial et regret­té Mad ?
    On ne recon­nait pas bien Ser­gio le Des­si­no sans l’appareil-photo :-)

    Appa­rem­ment, il conti­nue à gar­der jalou­se­ment son secret …

  • En effet c’est du Mad & Appol­lo tout cra­ché. À l’époque il avait peut être com­men­cé la pho­to mais de manière moins sys­té­ma­tique que ces der­nières années :-). Le secret est en effet tou­jours bien gar­dé :-)

  • Hey, je recon­nais le gag de Tiburce !
    À ceci près que Tehem l’a redes­si­né quelque temps plus tard après avoir fait évo­luer le concept (et le desi­gn du per­son­nage), mais c’est exac­te­ment le même gag.

    C’est tou­jours aus­si sym­pa de redé­cou­vrir le Marg’, à part ça.

  • Encore un style dif­fé­rent pour Mad ; déci­dem­ment je vais de sur­prises en sur­prises. Néan­moins il y a une paren­té ici avec ce qu’il fera après.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *