Tous les spermatozoïdes de l’Olympe – Daniele Panebarco

couv

Dans la collection BD Noire de chez Glénat, on trouvait de tout dans les années 80. Entre Breccia, Giardino ou Panebarco, l’amateur de policier BD devait être un peu perdu. Dans le cas de Panebarco, auteur italien né en 1946, c’était le dessin qui étonnait: réduit au minimum expressif, il n’était là que pour servir un scénario haut de gamme.
Mr Sleeping, (dit Big Sleeping) voir débarquer dans son bureau une blonde classe à la recherche de son mari. Sur la photo, Sleeping a la surprise de voir…une statue. Un client statufié de son vivant, voilà qui n’est pas courant. Et lorsqu’il débarque à l’hôtel où Levingstone est censé s’envoyer en l’air avec une rousse volcanique « Miss Chauffage Central », voilà t’y pas que la police l’a précédé pour cause de 72 morts naturelles simultanées. L’enquête s’annonce difficile.
Évidemment, pour apprécier tout le sel des situations et des dialogues, il vaut mieux avoir une excellent culture « Chandlerienne » et mythologique (Sleeping va vite découvrir que son client n’est autre qu’Apollon et croiser toute la clique olympienne), ce qui fait quand même beaucoup pour un amateur de BD lambda. Je suis étonné que l’Assoce par exemple n’ait jamais pensé à rééditer les deux albums publiés par Glénat qui associent magnifiquement culture et fun. Aux dernières nouvelles, Panebarco a arrêté la BD.

l\'amour rend fou

  • à lire aussi, les premières aventures de Big Sleeping: « Le grand tube » qui aura droit à son petit billet dans un avenir lointain :-)

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-moi en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée.

9 commentaires

  • Oui mais … on n’apprend rien sur Panebarco.
    Un peu frustrant ce billet …
    La couverture ressemble bigrement à du Quino … Il est Argentin ? Italien ?
    Tu l’as lu au moment de sa sortie ou tu l’as découvert récemment ?
    Tu voulais dire « Breccia » je présume.

  • Brecchia ? Li-an, tu as fumé du H ? Et il n’y a qu’un « p » à Apollon. Mais là je n’oserai pas le calembour (c:

  • C’est intéressant de trouver une chronique sur cet album. Quand je pense au nombre de fois où j’ai retrouvé ce titre dans des bacs à solde (il est d’ailleurs probable que les albums y sont toujours).
    Merci pour cette petite leçon sur Big Sleeping. S’il n’y avait pas la pléthore …

  • En effet, il y a des albums comme ça qui semblent s’être reproduits dans les bacs des soldeurs… On devrait s’amuser à les répertorier…

  • Extrait du »grand tube »,le second album(où l’on croise des enfants de gauche,des tubes,des glaces,et des dialogues merveilleux) »dis moi,ça vaut encore quelque chose,le ciel? »-« Des nèfles!Mais tu oublies la satisfaction du boulot bien fait! »-« N’emp^che!Se casser le tronc à grimper à l’assaut du ciel,maintenant que tout le monde s’est mis dans la t^te de conquérir le monde! »-Dis-toi bien que nous,la Gauche,nous ne sommes pas comme tout le monde! »…L’auteur a aussi inventé »Nick Martello » ou « Piccolo Lenin »(jolie trouvaille)…Que de jolies choses rares,introuvables,audacieuses venant d’un gars qui,de toutes façons,n’avait certainement pas envie de limiter son expression,ses idées à la b.d.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *