Sam Bronx (Serge Clerc – Spirou 2265)

C’est lundi, toute la famille est malade, on va se remonter le moral avec le dessinateur du rock et des robots fous, Serge Clerc. Ah ben, non, tiens…
Sam Bronx est le faire valoir de Phil Perfect dans les BD Métal Hurlant et j’ai un peu la flemme de vérifier s’ il apparait ici pour la première fois.

un son métallique dans Spirou

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-moi en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée.

31 commentaires

  • À l’époque c’était quand même double boules vanille/saindoux tellement les auteurs ne se ressemblaient pas. Disons qu’il y avait de la variété. Mais j’ai l’impression que la formule du moment est assez riche et j’ai été tenté de m’abonner pour voir (parce que pour l’acheter, c’est un peu chaud).

  • Ah bon, c’est Spirou et pas Métal °_° !!!!
    J’aurais dû continuer à le lire alors…
    La famille Meyer a choppé la grippe A? Soignez-vous bien :-)
    On peut pas attraper le virus par le net au moins?

  • Il me semble que c’est la seule participation de Clerc à Spirou (de l’époque) avec une histoire de l’oncle Paul possible. Il faudrait jeter un oeil sur BDoubliées…

  • « Possible »… « BDoubliées »…Tsss….
    Comment peut-on avoir oublié le mythique Spirou 2300 ?

    Amateur, va.

    Pour la peine, je prends une option sur Le Nid des Flagadas, ça t’apprendra.

  • Franquin, Chaland, Clerc, Yann et Conrad, Wasterlain, Tome et Janry, Hislaire, Frank, Maltaite, Kuijpers, Berck, Bara, Walthéry/Jidéhem/Borgers, Jannin, Delporte… au sommaire de ce 2300.

    Quel casting de rêve ! Je crois que si je devais garder un seul numéro de Spirou, ce serait peut-être celui-ci.

  • @Totoche : je me rappelais d’Au service des Russes mais j’ai l’impression de ne l’avoir lue qu’en album donc je ne me rappelais plus si ça avait été publié dans Spirou.

  • D’accord avec Totoche.Le recueil 165 est une mine!!!Et puis plus ça allait plus c’était beau…Le « HIVER 51″de Berthet et Andréas(lu 400 fois alors)les humeurs du rédac-chef…Et Degotte qui me manque de plus en plus(la corde et l’arbre,au fond à droite)

  • Bon, je dirai ce que j’en pense quand j’y arriverai (je viens juste de débuter le 163). Dans le 162, y’a quand même du Mittéï, Piroton ou Mazel (et un faible Tif et Tondu). Ça ne fait pas grimper au rideau…

  • AaaAAAaah,j’suis moins sévère…Avec le temps j’ai pu apprécier le classicisme d’un MITTEI(Yann & Conrad étaient hilarants mais ignobles avec lui!);et Mazel a fait de trés belles choses dans les années 83-92 avec un dessin raffiné et loin du gros-nez-paresseux…Plus jeune je raffolais du courrier des lecteurs,comme une véritable lecture passionnée;c’est dire mon cas…Et j’adorais le vieux JESS LONG.

  • Oui mais Mitteï et Laudec dans leurs histoires de village labelisées années 50 ou Mazel qui fait du western à toute vitesse (avec comme scénariste le dessinateur du Sergent Laterreur !) ou Piroton plus un sous-fifre qui dessine des maquettes d’avions et des persos encore plus raides que les avions, c’est quand même hard. C’était pas la bonne période pour eux. J’aime plutôt bien Mazel qui a un dessin très souple et techniquement, ça tient la route (je me rappelle de jolies ambiances du vieux Paris dans les dernières aventures de son mousquetaire)et Piroton a fait quelques Jess Long qui se laissent lire. Ça m’a même fichu les chocottes quand j’étais jeune (je me rappelle d’une couv avec un type au bec de lièvre et le dessin de Franquin associé qui était terrible).
    T’inquiète Julien, je lisais tout moi aussi (même les petites annonces) mais j’ai continué plus tard avec Joystick ou les Inrocks mensuels. Je suis vraiment grave.

  • @Julien : Non, auusi incroyable que cela puisse paraitre, la signature de Cauvin n’apparait pas dans ce n° 2300 ! En fait, si : je pense qu’il n’est pas crédité pour le scénario de Lou, dessiné par Berck ! (Par contre, il y a bien du Desberg…)

  • JESSIE JANE;CURE LA FLUTE;LES CASSEURS DE BOIS…Ah,oui,en effet,c’était assez moribond tout ça;et-en face-des Janry des Conrad des Chaland(…)Les rend plus misérables encore.Et je ne parle pas de Jacques Devos…

  • Trés juste.Devos était un « bizarre »qui n’avait pas du tout le sens du gag-en-une-page(tel un Franquin,Zep ou autre)mais un imaginaire incroyable,soucieux de coller,avec un peu d’avance(il d’vait s’abonner à des revues)aux nouvelles technologies…J’avais lu qu’il avait débuté dans ce métier à 37 ans,bridé,brimé par sa famille et sans aucun « bagage »artistique possible.Et puis il est mort vraiment oublié et fiscalement brisé…Ah,non!Je ne me moquais pas,mais je n’ai jamais su/pu aimer,rentrer dans son monde.Remacle était aussi un « bizarre »,au rythme et au style difficilement communicable;on ne lit plus mais lui aussi avait quelque chose dans le ventre.Non?

  • @Li-An : Piroton était pourtant un des seuls dessinateurs « réalistes » que j’appréciais -à l’époque- dans Spirou. Je ne savais pas qu’il avait un assistant ?!? J’imagine que Boyington devait adorer Les Casseurs de Bois !

  • C’est vrai que l’univers de Remacle est assez étrange. Un peu claustro comme univers comme souvent dans les BD humoristiques franco-belges à un moment donné.

  • @Li-An : Le style de Francis Carin ressemblait effectivement assez à celui de Piroton. Reconnaissons lui le mérite d’avoir parlé de la Guerre des Tranchées avant Tardi (quoique… faudrait vérifier les dates). C’est con, il aurait dû persister, vu comment c’est devenu à la mode !

    Comme j’avais gardé un bon souvenir de ses « Diables Bleus », j’ai commis l’erreur d’acheter son Lefranc… Je n’sais pas… Une fin de festival où je devais être fatigué… ou surexcité…
    Même sur le forum de Raymond, je n’ai pas osé l’avouer !
    Bon, ça reste entre nous, ne le répète pas aux autres.
    A+
    Totoche

  • Le style de Carin (merci pour avoir retrouvé son nom, Totoche) est très éloigné de mes goûts. Il aurait plus à sa place dans le journal Tintin, ouarf ouarf.

  • Carin avait remporté un concours dans Spirou(1979?),comme LE GALL(ouf:Son Poussin n’est pas abandonné,et reste à la maison)et ses DIABLES BLEUS,s’ils manquaient de « matière »,de conviction graphique,marquaient cependant ce décalage entre gens de peu(au front)et la haute(pas au front)avec un gout du romanesque mais bien écrit(par Pierret,dont je salue la petite soeur).Trop propre pour une des premières guerres « sale »(oh,lui,comme ej’balannnce…)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *