Papa et Pie – Alex Toth & Bill Dubay (les ET à la campagne part 1)

Cette semaine, on va changer un peu. C’est que l’Internet bouge, des petits jeunes genre Totoche ou Raymond viennent casser des routines bien installées et vous pouvez trouver plus d’images sympas que vous n’en rêvez sur Internet. Le gars Li-An ne va pas se laisser faire, il va innover lui aussi, nom d’un petit bonhomme en pain d’épice !
Donc, aujourd’hui, premier volet d’une trilogie consacrée à des histoires de types bizarres qui débarquent dans la cambrousse avant qu’il ne leur arrive des choses désagréables. Je n’ai jamais compris pourquoi je n’avais rencontré encore personne qui ait été frappé par ces similitudes que l’on qualifiera désormais de Rocaienne du nom d’un célèbre illustrateur que je ne nommerai pas par respect pour sa famille.

On va aller dans l’ordre de découverte des histoires qui doit aussi correspondre à l’ordre chronologique.
En 1977, Alex Thoth réalise avec Bill Dubay au scénario une histoire courte de 8 pages pour UFO and Alien Comix #1.

toujours écouter Bison Futé

Un fermier recueille un ET dont le vaisseau a loupé un virage pour se crasher dans la neige. L’ET est doué de pouvoirs extraordinaires (un pendule magique) qui lui permettent de sauver un bouseux du coin mais la communauté le voit d’un mauvais oeil et agresse le fermier. ET part à la rescousse et fiche une bonne pâté à ces dégénérés mais il meurt à la fin.
L’histoire est racontée par le fils du fermier qui est évidemment émerveillé par son nouveau copain, un long type pâle tout en longueur. Le dessin de Toth est magnifique.

des gars costauds

des gars costauds

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-moi en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée.

Étiquettes
,

23 commentaires

  • je ne connaissais pas (honte sur moi ) mais c’est vraiment très beau . ça me fait aussi penser – lointainement- à Big Man de Mazzucheli … bon …bin… je retourne à mes pauvres petits mickeys tous fades et plats….. :-((

  • Pareil que « b », je ne sais pas si Big Man fera partie de la « trilogie » que tu annonces, mais la ressemblance entre ces planches et le bouquin de Mazzuchelli saute aux yeux…

  • Alex Toth est un de ces dessinateurs que l’on remarque immédiatement dans un journal. Je me rappelle de ses récits des années 80-90 publiés dans les journaux Warren, comme Creepy ou Eerie (celui-ci en fait probablement partie), et leur qualité écrasait quasiment tout le reste du magazine. On peut en retrouver quelques uns dans l’album « Comique mécanique ».

    Je ne suis pas un fan des récits d’horreur, mais quand ils sont dessinés par Toth, on ne prête plus attention à l’infantilité de certains scénarios.

    Merci, Li-An, pour cette sortie de l’oubli ;-)

  • @b : ola faut pas exagérer non plus :-). Content de te l’avoir fait découvrir.

    @Jérôme
    @Provisus : vous avez le tiercé dans le désordre :-)

    @grisco : merci pour le lien. Dommage qu’il n’existe pas de bon bouquin sur son boulot. On trouve aussi « Hurlements » et deux histoires dans le premier volume de Torpédo.

  • @Li-An : il existe un petit livre qui s’apelle « dear John : the alex toth doodle book » et qui retranscrit la correspondance envoyée sous forme de dessins par A.Toth a l’un de ses fans (John donc) pendant plusieurs decenies. Il est vraiment tres chouette. Je l’ai acheté aux US mais je ne pense pas qu’il existe en version traduite. Je ne sais pas s’il en existe d’autres…

  • Il y a eu plusieurs livres autour de son travail, des recueils d’histoires courtes mais à chaque fois, j’ai hésité. J’ai vu le Doodle book mais je ne savais pas quoi en penser…

  • 1 « Zorro » (tendance Disney)chez futuro copyright bande verte, et 1 « Bravo pour l’aventure » toujours chez futuro mais en collec hic et nunc chouette dessin mais scenar assez léger bien que fun .Toth a surement influencé Pratt.

  • @grisco : argh, le Doodle Book est passé à 300 $ chez Amazon.

    @raoul : merci pour ces précisions, Raoul :-). Je pense que Pratt n’a dû découvrir qu’assez tard Toth donc pas sûr qu’il y ait une vraie influence. De toute manière, ils ont été tous les deux marqués par Caniff.

    @laurent b : de rien Laurent :-)

  • C’est vrai qu’une planche de BD de Toth se reconnait au premier coup d’oeil; composition impeccable, masses noires parfaitement posées, économie de moyens, etc. Je suis un grand fan de son travail ! Merci Li-An pour cette piqûre de rappel.
    Pour revenir à la série « Torpedo », Bernet en reprenant (somptueusement !) la série a trouvé tout de suite « la petite musique », les premières planches de Toth ne m’ont jamais convaincu. Je pense que c’est dans les histoires courtes, un peu fantastiques, telles « Papa et Pie » qu’il a donné le meilleur de lui-même.

  • Ah, je me permets de ne pas être de cet avis. Quelque soit le talent de Bernet, son dessin fait des personnages des acteurs de western spaghetti: caractère outrancier, salopes aux grandes jambes etc… Ça a son charme mais Toth introduit bien plus de subtilité dans les personnages par son dessin même. De toute manière, une fois que j’ai fini par comprendre que Torpédo allait violer la fille et casser la gueule au méchant à chaque histoire, j’ai laissé filer (alors que dans les toutes premières histoires, il est un personnage bien plus masochiste dans la tradition Chandlerienne).

  • @Li-An : Abuli a crée Torpedo comme ça : sans foi ni loi, macho et cynique au dernier degré, avec une violence gratuite à chaque case qui nous rappelle que l’on est dans du second degré: Bernet était son complice parfait pour ça, non?

  • Ben oui mais dans les premières histoires, Torpedo s’en prend plein la gueule. Ce n’est qu’au bout de quelques histoires qu’il devient bourreau bien plus que victime. Je regrette cette simplification…

  • Merci pour ces notes et commentaires sur deux artistes que j’affectionne tout particulièrement.
    C’est vrai que Bernet dans Torpédo n’est sans doute pas super en valeur, mais lisez alors « Retour », ou le Kraken version noir et blanc.
    J’aime bien son « Tex » aussi.
    Quant à Sarvane cela me fait bien marrer et les dessins sont plutôt agréables. J’ai aussi une histoire SF bien glauque et très bonne tirée de la revue Ere comprimée (on verra ça dans 1″casenmoins » bientôt sûrement…)
    Par contre je n’ai jamais lule western « Snake ». Qu’en penser ?

    Maintenant, s’il faut comparer avec de grands dessinateurs des années 50 style SF (Wood par exemple ?)
    Je crois que cela rejoint l’éternel discours sur les cases sorties de leur planche comme oeuvre d’art… pour ou contre ?
    Un beau dessin est un beau dessin !!
    … à discuter.

  • Je pourrai chroniquer Snake, tiens, je l’ai dans la biblio…puisque c’est un western :-)
    Ben Snake c’est quasi du Torpedo mais dans l’Ouest. Agréable sans que ce soit transcendant.
    Dans le cas de Bernet vs Toth, ce n’est pas une question de « beau » dessin mais une façon de rendre des choses. Bernet est très efficace mais sa palette est plus limitée, je dirai.

  • On peut tout simplement rapeller aussi que Toth est américain alors que Bernet est espagnol… ce qui peut mettre en lumière des influences stylistiques ou culturelles plus ou moins différentes.(?) De plus, je trouve que Toth a un style cinéma années 30 limite expressionniste plutôt dépouillé, tandis que Bernet (plus jeune déjà, non ?) produit une bande dessinée un peu plus moderne. Ses influences sont sans doute à aller chercher d’avantage du côté de Caniff période années 39-40 alors que je verrais d’avantage Toth avec une touche plus personnelle et plus ancienne. Bon,ok, on tourne un peu en rond, là, non ?
    Bref… personnellement, j’aime bien les deux. Mais il est vrai que Toth sera sûrement plus « avant-gardiste » que Bernet dans son traitement des images et des mises en page… pour ne pas dire pus « intellectuel ».
    Ouf !

  • Alors est-ce que « intellectuel » signifie « subtil » ? J’aime bien Bernet mais je préfère Toth qui me parait plus riche.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *