Papa et Pie – Alex Toth & Bill Dubay (les ET à la campagne part 1)

Cette semaine, on va chan­ger un peu. C’est que l’Internet bouge, des petits jeunes genre Totoche ou Ray­mond viennent cas­ser des rou­tines bien ins­tal­lées et vous pou­vez trou­ver plus d’images sym­pas que vous n’en rêvez sur Inter­net. Le gars Li-An ne va pas se lais­ser faire, il va inno­ver lui aus­si, nom d’un petit bon­homme en pain d’épice !
Donc, aujourd’hui, pre­mier volet d’une tri­lo­gie consa­crée à des his­toires de types bizarres qui débarquent dans la cam­brousse avant qu’il ne leur arrive des choses désa­gréables. Je n’ai jamais com­pris pour­quoi je n’avais ren­con­tré encore per­sonne qui ait été frap­pé par ces simi­li­tudes que l’on qua­li­fie­ra désor­mais de Rocaienne du nom d’un célèbre illus­tra­teur que je ne nom­me­rai pas par res­pect pour sa famille.

On va aller dans l’ordre de décou­verte des his­toires qui doit aus­si cor­res­pondre à l’ordre chro­no­lo­gique.
En 1977, Alex Thoth réa­lise avec Bill Dubay au scé­na­rio une his­toire courte de 8 pages pour UFO and Alien Comix #1.

toujours écouter Bison Futé

Un fer­mier recueille un ET dont le vais­seau a lou­pé un virage pour se cra­sher dans la neige. L’ET est doué de pou­voirs extra­or­di­naires (un pen­dule magique) qui lui per­mettent de sau­ver un bou­seux du coin mais la com­mu­nau­té le voit d’un mau­vais oeil et agresse le fer­mier. ET part à la res­cousse et fiche une bonne pâté à ces dégé­né­rés mais il meurt à la fin.
L’histoire est racon­tée par le fils du fer­mier qui est évi­dem­ment émer­veillé par son nou­veau copain, un long type pâle tout en lon­gueur. Le des­sin de Toth est magni­fique.

des gars costauds
des gars cos­tauds

Si vous avez trou­vé une faute d’orthographe, infor­mez-moi en sélec­tion­nant le texte en ques­tion et en appuyant sur Ctrl + Entrée.

Étiquettes
,

23 commentaires

  • je ne connais­sais pas (honte sur moi ) mais c’est vrai­ment très beau . ça me fait aus­si pen­ser – loin­tai­ne­ment- à Big Man de Maz­zu­che­li … bon …bin… je retourne à mes pauvres petits mickeys tous fades et plats….. :-((

  • Pareil que « b », je ne sais pas si Big Man fera par­tie de la « tri­lo­gie » que tu annonces, mais la res­sem­blance entre ces planches et le bou­quin de Maz­zu­chel­li saute aux yeux…

  • Alex Toth est un de ces des­si­na­teurs que l’on remarque immé­dia­te­ment dans un jour­nal. Je me rap­pelle de ses récits des années 80-90 publiés dans les jour­naux War­ren, comme Cree­py ou Eerie (celui-ci en fait pro­ba­ble­ment par­tie), et leur qua­li­té écra­sait qua­si­ment tout le reste du maga­zine. On peut en retrou­ver quelques uns dans l’album « Comique méca­nique ».

    Je ne suis pas un fan des récits d’horreur, mais quand ils sont des­si­nés par Toth, on ne prête plus atten­tion à l’infantilité de cer­tains scé­na­rios.

    Mer­ci, Li-An, pour cette sor­tie de l’oubli ;-)

  • @b : ola faut pas exa­gé­rer non plus :-). Content de te l’avoir fait décou­vrir.

    @Jérôme
    @Pro­vi­sus : vous avez le tier­cé dans le désordre :-)

    @gris­co : mer­ci pour le lien. Dom­mage qu’il n’existe pas de bon bou­quin sur son bou­lot. On trouve aus­si « Hur­le­ments » et deux his­toires dans le pre­mier volume de Tor­pé­do.

  • @Li-An : il existe un petit livre qui s’apelle « dear John : the alex toth doo­dle book » et qui retrans­crit la cor­res­pon­dance envoyée sous forme de des­sins par A.Toth a l’un de ses fans (John donc) pen­dant plu­sieurs dece­nies. Il est vrai­ment tres chouette. Je l’ai ache­té aux US mais je ne pense pas qu’il existe en ver­sion tra­duite. Je ne sais pas s’il en existe d’autres…

  • Il y a eu plu­sieurs livres autour de son tra­vail, des recueils d’histoires courtes mais à chaque fois, j’ai hési­té. J’ai vu le Doo­dle book mais je ne savais pas quoi en pen­ser…

  • 1 « Zor­ro » (ten­dance Disney)chez futu­ro copy­right bande verte, et 1 « Bra­vo pour l’aventure » tou­jours chez futu­ro mais en col­lec hic et nunc chouette des­sin mais sce­nar assez léger bien que fun .Toth a sur­ement influen­cé Pratt.

  • @gris­co : argh, le Doo­dle Book est pas­sé à 300 $ chez Ama­zon.

    @raoul : mer­ci pour ces pré­ci­sions, Raoul :-). Je pense que Pratt n’a dû décou­vrir qu’assez tard Toth donc pas sûr qu’il y ait une vraie influence. De toute manière, ils ont été tous les deux mar­qués par Caniff.

    @laurent b : de rien Laurent :-)

  • C’est vrai qu’une planche de BD de Toth se recon­nait au pre­mier coup d’oeil ; com­po­si­tion impec­cable, masses noires par­fai­te­ment posées, éco­no­mie de moyens, etc. Je suis un grand fan de son tra­vail ! Mer­ci Li-An pour cette piqûre de rap­pel.
    Pour reve­nir à la série « Tor­pe­do », Ber­net en repre­nant (somp­tueu­se­ment !) la série a trou­vé tout de suite « la petite musique », les pre­mières planches de Toth ne m’ont jamais convain­cu. Je pense que c’est dans les his­toires courtes, un peu fan­tas­tiques, telles « Papa et Pie » qu’il a don­né le meilleur de lui-même.

  • Ah, je me per­mets de ne pas être de cet avis. Quelque soit le talent de Ber­net, son des­sin fait des per­son­nages des acteurs de wes­tern spa­ghet­ti : carac­tère outran­cier, salopes aux grandes jambes etc… Ça a son charme mais Toth intro­duit bien plus de sub­ti­li­té dans les per­son­nages par son des­sin même. De toute manière, une fois que j’ai fini par com­prendre que Tor­pé­do allait vio­ler la fille et cas­ser la gueule au méchant à chaque his­toire, j’ai lais­sé filer (alors que dans les toutes pre­mières his­toires, il est un per­son­nage bien plus maso­chiste dans la tra­di­tion Chand­le­rienne).

  • @Li-An : Abu­li a crée Tor­pe­do comme ça : sans foi ni loi, macho et cynique au der­nier degré, avec une vio­lence gra­tuite à chaque case qui nous rap­pelle que l’on est dans du second degré : Ber­net était son com­plice par­fait pour ça, non ?

  • Ben oui mais dans les pre­mières his­toires, Tor­pe­do s’en prend plein la gueule. Ce n’est qu’au bout de quelques his­toires qu’il devient bour­reau bien plus que vic­time. Je regrette cette sim­pli­fi­ca­tion…

  • Mer­ci pour ces notes et com­men­taires sur deux artistes que j’affectionne tout par­ti­cu­liè­re­ment.
    C’est vrai que Ber­net dans Tor­pé­do n’est sans doute pas super en valeur, mais lisez alors « Retour », ou le Kra­ken ver­sion noir et blanc.
    J’aime bien son « Tex » aus­si.
    Quant à Sar­vane cela me fait bien mar­rer et les des­sins sont plu­tôt agréables. J’ai aus­si une his­toire SF bien glauque et très bonne tirée de la revue Ere com­pri­mée (on ver­ra ça dans 1″casenmoins » bien­tôt sûre­ment…)
    Par contre je n’ai jamais lule wes­tern « Snake ». Qu’en pen­ser ?

    Main­te­nant, s’il faut com­pa­rer avec de grands des­si­na­teurs des années 50 style SF (Wood par exemple ?)
    Je crois que cela rejoint l’éternel dis­cours sur les cases sor­ties de leur planche comme oeuvre d’art… pour ou contre ?
    Un beau des­sin est un beau des­sin !!
    … à dis­cu­ter.

  • Je pour­rai chro­ni­quer Snake, tiens, je l’ai dans la biblio…puisque c’est un wes­tern :-)
    Ben Snake c’est qua­si du Tor­pe­do mais dans l’Ouest. Agréable sans que ce soit trans­cen­dant.
    Dans le cas de Ber­net vs Toth, ce n’est pas une ques­tion de « beau » des­sin mais une façon de rendre des choses. Ber­net est très effi­cace mais sa palette est plus limi­tée, je dirai.

  • On peut tout sim­ple­ment rapel­ler aus­si que Toth est amé­ri­cain alors que Ber­net est espa­gnol… ce qui peut mettre en lumière des influences sty­lis­tiques ou cultu­relles plus ou moins dif­fé­rentes.(?) De plus, je trouve que Toth a un style ciné­ma années 30 limite expres­sion­niste plu­tôt dépouillé, tan­dis que Ber­net (plus jeune déjà, non ?) pro­duit une bande des­si­née un peu plus moderne. Ses influences sont sans doute à aller cher­cher d’avantage du côté de Caniff période années 39-40 alors que je ver­rais d’avantage Toth avec une touche plus per­son­nelle et plus ancienne. Bon,ok, on tourne un peu en rond, là, non ?
    Bref… per­son­nel­le­ment, j’aime bien les deux. Mais il est vrai que Toth sera sûre­ment plus « avant-gar­diste » que Ber­net dans son trai­te­ment des images et des mises en page… pour ne pas dire pus « intel­lec­tuel ».
    Ouf !

  • Alors est-ce que « intel­lec­tuel » signi­fie « sub­til » ? J’aime bien Ber­net mais je pré­fère Toth qui me parait plus riche.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *