L’ange de miséricorde (Theureau & Dionnet – Casterman)

où sont les urgences ?

En 1993 parait chez Caster­man une étrange histoire de serial killer dans une petite ville améri­caine perdue dans le Nord, entou­rée de forêts mysté­rieuses et peuplée de person­nages étranges. Jean-Pierre Dionnet est pourtant formel, son scéna­rio n’a rien à voir avec Twin Peaks la série créée en 1990 par Lynch et Frost. D’ailleurs, il ne sait même pas de quoi on parle. Venant d’un amateur aussi averti d’étran­ge­tés, l’expli­ca­tion parait un peu gonflée mais si on excepte le décor général, ce polar qui voit débar­quer un repré­sen­tant de bijoux en toc qui séduit aussi bien les retrai­tées locales que l’éner­gique jeune femme blonde qui fait office de shériff est très éloigné des aventures de l’agent Cooper. C’est à ma connais­sance le meilleur scéna­rio de Dionnet. Sa noncha­lance, son ton décalé font merveille dans une histoire où personne n’est tout à fait ce qu’il voudrait être et où les ressorts narra­tifs policiers habituels sont malme­nés. L’impor­tant n’est plus de savoir qui est le crimi­nel et pourquoi il tue mais plutôt de se perdre dans les voyages coton­neux et inquiets de person­nages étran­gers à eux-mêmes. Seule resca­pée de ce jeu de massacre, une espèce d’ange sauvage qui hante la forêt… Le dessin de Theureau est très éloigné de mes critères d’excel­lence mais son dessin un peu maniaque, ses couleurs franches et ses visages très carrés accen­tuent l’impres­sion d’irréa­li­té. Aux dernières nouvelles, Theureau attend toujours un nouveau scéna­rio de Dionnet…

les frigos sont dangereux

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, infor­mez-moi en sélec­tion­nant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée.

Étiquettes
,

25 commentaires

  • Je n’ai aucun souve­nir de cette histoire, qui a pourtant été publiée dans A SUIVRE si je ne me trompe. Le dessin ne m’avait pas séduit et il n’en faut souvent pas plus pour délais­ser l’ensemble.

  • Cela me fait tout drôle que tu ressortes cet album de l’oubli : c’est celui que mon camarade d’étude récem­ment décédé s’était offert pour fêter sa première paye. (J’avais opté pour les Roco Vargas de Torrès)
    Le temps passe…

  • @Raymond : je connais ce senti­ment, Raymond.

    @olivier : bon, on progress.

    @totoche : désolé de rappe­ler de tristes souve­nirs, Totoche. Vous aviez quand même fait de bons choix (mon premier album acheté avec ma paye ??? Seul Raoul le sait…).

  • J’ai un peu de mal à m’inté­res­ser à ce genre de commé­mo­ra­tion après le gros bouquin de Gaumer qui était consa­cré au magazine.

  • De theureau j’ai le souve­nir d’un recueil d’ histoires courtes avec gallia­no au scena­rio paru dans metal et donc aux humanos !avec de belles ambiance serais-ce encore un dessi­na­teur qui a abandon­né la BD faute de lecteur ?

  • T’es sûr que c’est pas plutôt Caster­man ? Je crois qu’il n’a pas eu beaucoup de succès et surtout qu’il a eu un manque de scéna­rio à un moment sans qu’il n’arrive à rebon­dir.

  • C’est le pire scéna­rio de bd auquel j’ai eu à faire. Accumu­ler autant d’his­toires et de person­nages en seule­ment 100 pages ne pouvait qu’abou­tir au désastre. Aucune histoire n’est abouti. Ça ne tient pas debout.

    • Le pire scéna­rio de BD ? Hum, je crois que j’ai lu bien pire (et même de la part de Dionnet, ah ah). Mais il faudrait que vous nous disiez ce que vous consi­dé­rez comme vos scéna­ristes BD préfé­rés pour se faire une idée de vos goûts (parce que, finale­ment, tout est histoire de goûts).

  • … et pas seule­ment de goûts ; d’humeur du moment, de ce que l’on savait de l’his­toire avant de la lire, de l’idée que l’on se faisait du scéna­riste, du dessi­na­teur…

    Je ne dis pas que j’ai lu des milliers de BD. Mes goûts de scéna­ristes ? Tanigu­chi, Tezuka, Van Hamme (plusieurs BD lues par auteur). Il y a aussi Spiegel­man, Sokal, Davodeau, Sattouf (une seule BD lue par auteur pour l’ins­tant).

  • Bon, ben voilà, on n’a pas tout à fait les mêmes goûts (si vous voulez lire un album de Dionnet vraiment cata, essayez L’île des Amazones).

  • Je ne connais pas vraiment de ”pire” scéna­rio bd,mais des désillusions,ça oui.(A quand un grand prix de la désillu­sion?)

  • @Julien : La Prési­dente de Blutch et Menu pourrait y concou­rir et du coup j’hésite à en faire un billet assass­sin.

    @Totoche : je n’ai pas encore croisé de volon­taire.

  • A quand un grand prix de la désillu­sion ?
    … comme les Razzie Awards. Google Document permet de créer rapide­ment et facile­ment des formu­laires (créer un élément -> formu­laire) -> questions du type : ”quel est le pire scéna­rio de l’année 2010 ?”, ”le pire dessin de l’année ?”…

    Et à tout prix son trophée…

  • Je pourrai même le réali­ser ici avec une exten­sion appro­priée. Mais il faut un jury cohérent et des choix rigolos. Sinon, ça tourne en pugilat.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *