La planète des chats (Wasterlain – Spirou )

planete-chat-couvspirou

En 1980, le beau maga­zine Spi­rou publie des tas de choses for­mi­dables (comme un cour­rier du petit Serge Huo Chao Si) et notam­ment une aven­ture du doc­teur Poche embar­qué dans l’espace à l’intérieur d’une mois­son­neuse bat­teuse bidouillée par des petits sur­doués. Le début res­semble à du Cycle de Tschaï et rare­ment Was­ter­lain a été aus­si en forme. La pla­nète atteinte par nos amis est habi­tée par chats et chiens intel­li­gents qui sont en pleine guerre de Cent Ans. Com­plots, rebon­dis­se­ment, batailles, c’est ter­ri­ble­ment vivant et tou­jours aus­si jouis­sif à lire (les per­son­nages ani­maux sont par­ti­cu­liè­re­ment bien cro­qués et montrent l’étendue du talent ani­ma­lier de Was­ter­lain).

planete-chat-pl01

planete-cha-02-pl02

Si vous avez trou­vé une faute d’orthographe, infor­mez-moi en sélec­tion­nant le texte en ques­tion et en appuyant sur Ctrl + Entrée.

25 commentaires

  • Marc Was­ter­lain m’évoque cer­tains musiciens:Où et com­ment ont-ils pu s’égarer ainsi;autant..?Là,il avait une sorte de grace qui lui per­met­tait avec son travail,son talent de faire vivre cha­cun de ses per­son­nages avec une force d’évocation admirable;ces enfants du tout début de cette histoire:Angoisse fine­ment suggérée,teintée d’une sourde mélancolie;Macherot par­lait-cela vaut pour Was­ter­lain-de son ambition,la plus belle:Dessiner aujourd’hui comme il aurait aimé le faire à l’age de 10 ans,avec ce m^me regard;cette approche mélée de candeur,de frai­cheur et de per­ti­nence.
    J’aimais beau­coup l’art de jouer avec le feuille­ton chez Was­ter­lain-ici en 1980,dans les deux pre­miers Jean­nette Poin­tu aussi,1982 – 83-les ban­deaux-titres des­si­nés et redessinés,un petit résu­mé de l’auteur,des titres pour chaque page,le ”à suivre” accom­pa­gné d’une annonce-titre…L’état de grace,ça ne dure pas;mais j’aimerai beau­coup que Was­ter­lain nous sur­prenne de nouveau,avec cette ”patte”-là qui m’a mar­qué au fer rouge ;
    A quand les lettres du petit Jean-Michel,dans Spirou,adaptées en bande des­si­née ?

  • Je n’ai lu aucune inter­view de Was­ter­lain. Ça aurait été inté­res­sant de poser la ques­tion mais fran­che­ment, c’est dif­fi­cile de dire à quelqu’un ”Com­ment ça se fait que ça soit aus­si moins bien ?”. Peut-être que l’absence de vraie recon­nais­sance publique l’a un peu miné comme Mache­rot à son époque.
    Ce qui m’a tou­jours frap­pé chez Was­ter­lain, c’est qu’il avait de fortes ambi­tions gra­phiques et qu’il a lais­sé filer à un moment pour aller plus vite.

  • Pour­quoi com­mences-tu par ”en 2000” ? Lapot com­pris.
    Grand sou­ve­nir en tout cas, excel­lente époque de Spi­rou quoiqu’en disent cer­tains qui pré­tendent que la bonne époque c’était dix ans plus tôt.
    J’ai lu pas mal de Jean­nette Poin­tu y com­pris récents (mais ils ne sont plus trop dis­tri­bués depuis des années) et il me semble qu’il y a tou­jours quelque chose de bien là dedans. C’est moins fan­tai­siste que Doc­teur Poche car l’auteur veut par­ler de sujets sérieux (éco­lo­gie, liber­té,…), mais au fond ça n’est pas mal. Par contre les der­niers Doc­teur Poche, chez Cas­ter­man, étaient vrai­ment en des­sous de la série d’origine.
    Ça vau­drait le coup de relire toute l’oeuvre du bon­homme, un jour.

  • Mais il existe des des­si­na­teurs qui,fondamentalement,n’aiment plus dessiner,ou n’ont jamais trop aimé cela mal­gré leurs capacités,leur personnalité…On pro­jette sur eux notre propre admi­ra­tion pour un style;dans un entre­tien de 1986,Wasterlain admet qu’il men­tait quand,à ses débuts,il avouait une cer­taine facilité,une rapi­di­té comme Mor­ris par exemple;et au contraire de recon­naitre com­bien ça lui est pénible.Passer sa vie en s’astreignant au rythmes et aux containtes de la planche,lui est peut etre deve­nu insupportable;et,hélas pour lui,pour nous,son avi­di­té d’écriture,de sujets divers(pour J.Pointu:Mars,les femmes-girafes,…)et son gout d’approfondir ses sujets lui ont fait oublié que la B.D. est avant tout racon­ter une his­toire plu­tot qu’enseigner de long en large,et que le des­sin n’est en rien une phase négligeable,un simple outil.Qu’est-ce qu’il en penses vraiment..?Pour la reconnaissance,ma petite théo­rie serait que le public était là,enthousiaste;mais que sin­cé­re­ment l’éditeur n’y croyait pas vraiment(25 000 exem­plaires en moyenne en 1983 – 85 pour le tirage).L’auteur veut bien que le cour­rier le salue cha­leu­reu­se­ment mais ça ne suf­fit quand meme pas(Mais pour­quoi n’a t’il pas été voir ailleurs lui qui s’en plaignait,désabusé..?!)

  • Oups, bien vu Jean-No, c’était en 1980, je cor­rige.
    Les Poche chez Cas­ter­man visait un public TRÈÈÈÈÈs jeune et ça ne volait pas haut (arf arf). Jean­nette Poin­tu était une série très ambi­tieuse mais Dupuis a impo­sé des choses et en fin de compte Was­ter­lain s’en est dés­in­té­res­sé (fina­le­ment j’ai dû lire une inter­view). 10 ans plus tôt c’étaient les années 70 et ça ne volait pas super haut chez Spi­rou à part les couv com­plé­tées par Fran­quin :-)

  • Je rectifie:Le tirage de Wasterlain(ex.”Le petit singe qui fai­sait des manières”)n’était pas de 25 0000 MAIS DE 12 000 exemplaires.Pour Jean­nette Pointu,M.Wasterlain confirme que la série a peu à peu per­du ses ambi­tions par une volon­té conjointe de son édi­teur et le rédac.chef d’alors de Spirou,souhaitant des his­toires courtes,avec l’objectif à peine mas­qué d’arreter la série;Au coeur des années 80,Dupuis deman­dait déjà-à Was­ter­lain et d’autres auteurs dans le meme cas de figure-de choi­sir entre Jean­nette Poin­tu et Poche(P.Deliège connu le meme ”choix”,la pra­tique de la pré-retraite exis­ta bel et bien pour d’autres;on s’égare.)
    Was­ter­lain fit un Remake de sa ”pla­nète” pour Bayard-presse,à la demande de J.C.Forest(”La machine perplexe”)s’avouant peu convain­cu de la fin du récit ori­gi­nel.

  • @julien : il fau­dra que je fasse un billet pour La machine per­plexe que j’aime bien (je suis assez fan de son tra­vail fan­tai­siste, moins de Poin­tu qui lorgne plus vers Her­gé).
    Je pense que la plu­part des auteurs Dupuis de l’époque étaient dans une logique d’édition ”fami­liale”. On tra­vaillait pour un jour­nal et aller voir ailleurs c’était tra­hir d’une cer­taine manière. Il a fal­lut. Et comme Was­ter­lain a plu­tôt fait une BD pour jeu­nesse, Spi­rou sem­blait être le meilleur lieu pour s’exprimer même si c’était dif­fi­cile. Pour aller voir ailleurs, il aurait fal­lut par­tir sur une BD plus adulte. Et il est Belge, si je ne m’abuse ?

  • Il me semble que c’est l’évolution pro­gres­sive de Was­ter­lain vers un style sérieux et des pré­oc­cu­pa­tions adultes (voir poli­tiques) qui lui a enle­vé son charme. ”La pla­nète des chats” est encore impré­gnée de l’influence de Peyo et d’un cer­tain clas­si­cisme naïf. C’est sa meilleure période.

  • J’ai quand même un bon sou­ve­nir du pre­mier Poin­tu (Le dra­gon vert si je ne me trompe) ou de celui vers Mars.

  • O joie​.Je vous apporte bonnes nouvelles:Le pre­mier volume d’une inté­grale WASTERLAIN parai­tra le 19 février 2010,avec le DOCTEUR POCHE.Avec un peu de bonheur,les cou­leurs auront été refaites,et ain­si L ILE DES HOMMES PAPILLONS connai­tra une édi­tion décente…Bon,ben ‚voilà(Chez DUPUIS)

  • Argh!Mauvaise surprise:C’est Michel Onfray qui était de la par­tie pour une bd sur…Nietzsche.Invitation pré­vue le 19 mars.
    J’imagine que Was­ter­lain sera donc pro­gram­mé ven­dre­di pro­chain..?

  • OUI!Enfin!Ben,voilà l’émission de Tew­fik Hakem-citée plus haut-a bien été consacré,ce jour,au Doc­teur Poche…Y a Wasterlain(au bigophone)et un mon­sieur Zel­ler pour par­ler de tout cela…Podcast,France Culture,etc…”Allez-y!”

  • ça se dit encore…Bigophone..?A quand l’intégrale Macherot,Deliège CHEZ Dupuis..?Et je ne parle pas des pro­messes-larmes-chaudes d’il y a 9 ans autour de Michel Crespin.(et ben si.)

  • Les petites séries n’intéressent pas Dupuis en ce moment. De toute manière, les droits doivent être reve­nus à la famille puisque pas de réédi­tion depuis long­temps.

  • Pour les ama­teurs de bonne grosse nostalgie,trés nostalgieuse;du rythme,du docu-fiction,des témoi­gnages bien coupés,et des miettes d’archives.Mais la nos­tal­gie peut effa­cer tout ça :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *