Erzurum (O. Martin & O. Supiot ‑Le Cycliste)

Premier album pour Olivier Martin et premier album impres­sion­nant de fougue et de tenue (je me rappelle d’une sérigra­phie qui m’avait bluffée) sur un scénario/​conte de Supiot le Grand Gentil (à la naissance de son fils, un prophète annonce au Vizir la fin de son royaume. L’enfant grandit avec le don de commu­ni­quer avec les animaux). Un trait élégant et enlevé proche de Moeb ou de Rossi, avec un bon sens du cadrage, et qui promet­tait rudement. Et pis une série chez Delcourt moins convain­cante et pis une série chez Glénat qui se boucle… On attend qu’il nous fasse de grandes choses, ce petit gars-là :-)

> voir une planche ici

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, infor­mez-moi en sélec­tion­nant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée.

Étiquettes

4 commentaires

  • et qu’il réponde aux mails!:p
    nan mais c’est vrai, vivement qu’il fasse ses trucs à lui tout seul ce p’tit gars ;)

  • merci…merci !!!
    bon je suis tres heureux de lire ca !! et en meme temps bien deprime par le reste de la critique …j’aurais au moins reussi a peindre un tigre bleu sur fond orange pour une couver­ture de bande dessi­nee !!!…

  • L’album ”les carrés” d’Oli­vier sort en mars, Séverine aux couleurs. De bien belles choses à voir sur son blog : dessins​do​li​vier​mar​tin​.blog​.com/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *