Erotica (Vaughn Bodé – Neptune)

Entrez dans le monde mer­veilleux de Vaughn Bodé, la seule légende de l’histoire de la BD a pou­voir sou­te­nir la com­pa­rai­son avec le rock, auto­pen­du à l’âge de 34 ans suite à une expé­rience mystico/érotique qui a mal tour­né. Ses his­toires oscil­lent entre humour déses­pé­ré, éro­tisme rica­nant, expé­riences psy­ché­dé­liques et sol­dats nazillons. Il fau­drait réédi­ter son oeuvre en France pour se rendre compte de l’influence qu’il a eu (notam­ment sur les gra­pheurs). Assez curieu­se­ment, cet album semble ras­sem­bler son tra­vail le plus inté­res­sant à mes yeux (je suis tou­jours vague­ment déçu quand je feuillette les autres ouvrages US qui lui sont consa­crés). On peut aus­si trou­ver un beau recueil Futuropolis dans le for­mat 30*40 et une his­toire parue dans les pre­miers Métal Hurlant.

un duel sympathique

hautement féministe
clic

Un texte très inté­res­sant sur Bodé par Didier Pasamonik
http://www.actuabd.com/article.php3?id_article=2685

Si vous avez trou­vé une faute d’orthographe, informez-moi en sélec­tion­nant le texte en ques­tion et en appuyant sur Ctrl + Entrée.

Étiquettes
,

23 commentaires

  • Put… Bodé toute ma jeu­nesse ! Super gra­phiste décou­vert dans Actuel et Métal.
    Je croyais sa mort due à un mau­vais trip sous acide mais la réa­li­té est encore plus trash, fina­le­ment il a du être content.

  • je ne pou­vais pas­ser a cote de bode sans y glis­ser mon grain sel: fan depuis la decou­verte de ses strips dans pilote et dans metal eux aus­si mort bete­ment. qui n’a pas vu bode pre­sen­ter ses car­toons tel un show de rock’n’roll ne peut com­prendre le phe­no­mene bode son trait veloute et sen­suel a influence nombre de des­si­na­teurs et sur­vie a tra­vers les gra­feurs. je vous invite a lire ses cheech wizard le sor­cier au cha­peau et cobalt 60 qui ser­vi a ralph bak­shi pour son bil­bo. ps le site qui lui est consacre rend peu compte de la folie du bon­homme

  • Excellent, V Bodé! Je me replonge avec délec­ta­tion dans le Futuropolis de 75 consa­cré à ses planches. En noir et blanc, mais je sup­pose que les ori­gi­naux étaient en cou­leurs. Pour ceux que ça inté­resse, les foui­neurs des bacs à tré­sors, Bodé était pré­sen­té dans le Pilote n°15 d’août 1975, avec 4 planches, en cou­leurs cette fois. Tu es par­ti bien trop vite Vaughn.
    Super ton blog, Li-An. J’y retrouve une par­tie de ma jeu­nesse, et y découvre plein de choses.

  • Je com­prends le pseu­do :-) On peut avoir une idée de ces 4 planches Pilotiennes ? Quelqu’un d’autre les a croi­sées ?

  • Li-An, le Pilote je l’ai (j’étais abon­né à l’époque… Il sent le moi­si, hi, hi) Je n’ai pas de scan­ner, mais je peux pho­to­gra­phier les planches et te les envoyer à ton e.mail. Promis, dés que j’ai un moment j’te fais ça. Le nom des planches:“machines”, en noir et blanc, “Ying et Yang vont en bateau”, “le bou­lon fou”, ces deux-là en cou­leurs, et “le magi­cien naze”(succombe sous les assauts d’un viet) en sépia. Après, si tu peux les mettre sur ton blog, ça fera plai­sir aux ama­teurs. (On retrouve d’autres planches d’ailleurs en tapant bodé sur google)

  • Je serai ravi de les voir ami Boyington. En effet, il y a de nom­breux albums dis­po­nibles notam­ment mais très peu de choses en fran­çais. Ça sera inté­res­sants à voir.

  • Etonnant, (et pas de chance), dans le fameux Pilote daté d’août 75 on annonce la venue pro­bable de Bodé en France à la ren­trée… et il est mort le 18 juillet! Pilote mis en page en juillet ne l’a sans doute pas su assez vite. (tu as reçu les planches, Li-An?)

  • A signa­ler, l’hommage de Florence Cestac à Vaughn Bodé
    (qui avait pré­sen­té un “car­toon concert” à Angoulême en jan­vier 1975)
    dans son pas­sion­nant “La Véritable Histoire de Futuropolis”.

  • @RAOUL :

    Non, Cobalt 60 a été pom­pé par Ralph Bakshi dans “Les sei­gneurs de la guerre”, “Wizards” aux USA. Peut-être le meilleur Bakshi.

    Je me sou­viens très bien du Pilote qui pré­sen­tait le tra­vail de Bodé, accom­pa­gné d’un long article de David Pascal. Quand j’ai jeté ma col­lec­tion, ce sont les seules pages que j’ai décou­pées et conser­vées.

  • Il est inté­res­sant de remar­quer aus­si les n° 4 (1975) et 57 bis (1980) de Métal hur­lant où Bodé appa­raît à deux reprises avec “Cobalt 60”, (10 pages). Un des rares endroits fran­çais où est dis­po­nible cette série non édi­tée par ailleurs chez nous.

    • Je n’ai jamais trop su pour­quoi Bodé n’a pas été plus publié en France alors qu’il sem­blait avoir des ama­teurs par­mi les édi­teurs.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *