Bobby Make-Believe de Frank King

Frank King (1883–1969) est l’auteur de l’inoubliable série Gazoline Alley qu’il a créé en 1919. Bon, je ne vais pas faire mon malin, je n’ai jamais lu cette série US fami­liale publiée quo­ti­dien­ne­ment dans les jour­naux US à la lon­gé­vi­té incroyable et qui a la par­ti­cu­la­ri­té de faire vieillir ses per­son­nages – pour en savoir plus, vous pou­vez vous rap­por­ter à la dis­cus­sion sur le forum de Raymond. Avant ce suc­cès, il a tra­vaillé quelques années sur Bobby Make-Believe, un gar­çon qui s’imagine plein de choses. J’adore le des­sin très relâ­ché et le côté un peu oni­rique de ces rêve­ries enfan­tines.

frank-king-bobby-make-believe.jpg

frank-king-bobby-make-believe_02.jpg

frank-king-bobby-make-believe_03.jpg

Si vous avez trou­vé une faute d’orthographe, informez-moi en sélec­tion­nant le texte en ques­tion et en appuyant sur Ctrl + Entrée.

Étiquettes
, ,

10 commentaires

  • Dans cet “âge d’or” d’une bd toute jeune,c’était quand même un vivier de fous-furieux!De notre jeune 21éme siècle,on voit les audaces de styles,c’est impressionnant.On est tout ptits.

  • Ouais Frank King est éton­nant, j’en avais tou­ché deux mots sur mon tum­blr (auquel je n’ai plus accès) et son Bobby make believe m’avait for­te­ment impres­sion­né sur­tout en ce qu’il me fai­sait furieu­se­ment pen­sé au Hergé des débuts (mais bien avant lui…à croire que…)
    J’avais aus­si envi­sa­gé d’en dis­cu­ter sur le forum de Raymond (d’ailleurs ton lien ne marche pas…) sans en trou­ver le temps hélas.
    L’écart entre ces deux séries , Bobby et Gazoline, est assez sidé­rant : l’une bou­clant ses aven­tures débri­dées en une page, l’autre dérou­lant son récit sur des décen­nies en fai­sant vieillir ses per­son­nages… Qui ose­ra dire que la BD moderne est inven­tive après ça (on est dans les années 20 faut pas l’oublier)?
    Un autre extrait pour le plai­sir (le pre­mier est dans mon ava­tar) :
    http://melimeloop.tumblr.com/post/12120187472/bobby-make-believe-20-juin-1915-de-frank-king

    • @vasco: ça y est, j’ai cor­ri­gé le lien. On ne peut pas com­pa­rer avec la BD moderne mais plu­tôt avec les gags en une planche fami­liaux comme Boule et Bill qui n’ont pas su évo­luer autant. L’avantage de ces auteurs US était de s’adresser aus­si à un public adulte qui pou­vait accep­ter l’idée d’un vieillis­se­ment des per­son­nages. Et un autre avan­tage: la crasse igno­rance des édi­teurs qui lais­saient qua­si carte blanche à l’auteur je sup­pose, du moment que ça mar­chait.

  • Il se passe quelque chose d’embarrassant, non?
    Il semble que nous ne puis­sions trou­ver ce que vous cher­chez. Peut-être qu’une recherche vous aide­rait… ou bien cli­quez sur l’un des liens sui­vants”… lui répon­dit le blog de Li-An lors qu’il cli­qua sur le lien dans son blo­groll.

    (no, I’m not makin’ things up, I swear!)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *