Angelot du Lac ( Yvan Pommaux – l’école des loisirs )

couv

Yvan Pommaux est mal connu par les ama­teurs stricts de BD: publiant prin­ci­pa­le­ment pour la jeu­nesse ( Bayard prin­ci­pa­le­ment ), il est un peu à côté du grand maël­strom. Grand bien lui fasse et sur­tout, pauvres, pauvres ama­teurs BD… L’école des loi­sirs a eu la bonne idée de regrou­per en un seul petit volume noir et blanc l’ensemble des aven­tures d’Angelot du Lac, orphe­lin recueilli par une bande d’enfants débrouillards et qui tra­verse un Moyen Âge à feu et à sang, croi­sant des per­son­nages haut en cou­leurs et tâchant de trou­ver sa place.
Pommaux a une manière bien à lui de racon­ter les his­toires, ne recu­lant pas devant les scènes d’actions mais sans jamais tom­ber dans la démons­tra­tion. Il y a une espèce de rete­nue, de poli­tesse indis­pen­sables en ces temps de bling bling assu­més par bien trop d’auteurs. Son des­sin m’a tou­jours fas­ci­né. Une ligne claire très proche des per­son­nages, des visions fron­tales et, sur­tout, un vrai sens gra­phique, mis en valeur ici par le noir et blanc. Il y a un immense plai­sir à se perdre avec ses per­son­nages dans la forêt, à mon­ter sur scène jouer une fable ou à se glis­ser dans un don­jon pour sau­ver une demoi­selle. Il y a là une vraie pro­po­si­tion d’une alter­na­tive à la BD clas­sique jeu­nesse d’une qua­li­té magis­trale.

berger de loups

ber­ger de loups

Si vous avez trou­vé une faute d’orthographe, informez-moi en sélec­tion­nant le texte en ques­tion et en appuyant sur Ctrl + Entrée.

Étiquettes
,

14 commentaires

  • J’ai l’impression que Pommaux est plus vieux que David B. mais il fau­drait véri­fier… Un petit coup de Wikipedia montre que David B. com­mence son tra­vail à l’Assoce en 91 alors que Pommaux a démar­ré sa pre­mière série connue (qui existe tou­jours d’ailleurs) en 83. Le tra­vail de David B. est plus sym­bo­liste et hié­ra­tique à mon avis.

  • Intéressant. C’est un des­si­na­teur que j’ai tou­jours super­be­ment igno­ré (Marion Duval … bof!), mais les planches que tu nous montre sont superbes.

  • @Li-An : je n’imagine pas qu’il y ait eu influence mais je vois vrai­ment une très sur­pre­nante affi­ni­té avec david b dans les planches que tu pro­poses ici.

    pour le reste, pareil comme ray­mond, l’auteur ne m’intéressait pas a prio­ri mais ces deux très belles planches me feront cer­tai­ne­ment me jeter sur le livre si je l’aperçois en librai­rie. espé­rons que le reste du livre assure!

    PS: li-an, tu seras content, j’ai fait une chro­nique du roi de la savane pour du9, eh bien ce livre, je l’ai ache­té des suites d’une chro­nique sur ton blogue. comme quoi… en fait, je ne sais pas «comme quoi» quoi mais je ne sais pas non plus com­ment ter­mi­ner ce com­men­taire autre­ment.

  • oh, et après véri­fi­ca­tion, sur­prise: le pre­mier livre (sauf erreur) de david b, le timbre mau­dit, est paru en 1986 chez… bayard. alors côté influences, fina­le­ment, peut-être bien qu’elles sont avé­rées, tiens.

  • Ah, Angelot du Lac, la BD culte de mon frère ! (c’est ça d’être abon­né à astra­pi quand on est gosse)
    Y a com­bien d’histoires dans le recueil ? (je ne me sou­viens que de 2)
    en tout cas je ne pen­sais pas que le noir et blanc serait aus­si flat­teur…

  • Deux bien belles planches en effet, où les noirs (et gris) sont super­be­ment maî­tri­sés notam­ment. Juste un truc qui me gêne, c’est l’aspect rotring du trait (la réa­li­té tech­nique peut-être) qui confine le des­sin dans un aspect plu­tôt déco­ra­tif. Cette par­ti­cu­la­ri­té doit cepen­dant bien col­ler avec l’attente du jeune public à qui la BD s’adresse.
    Raymond > Ayant vague­ment par­cou­ru Marion Duval, à une époque où ma fille, plus jeune, les emprun­tait à la biblio­thèque, je n’en ai pas un sou­ve­nir si “bof” ;-) Faudrait p’t’être que je relise.

  • @david t : hum, je n’ai pré­vu une chro­nique sur “le Roi…” que la semaine pro­chaine. Je crois que c’est Totoche qui en avait dit beau­coup de bien.
    Il est à remar­quer que David B. demande à ce que le Timbre Maudit soit reti­ré de sa biblio­bio­gra­phie.

    @Jérôme : il y a trois tomes sor­tis en cou­leurs (et tou­jours dis­po­nibles semble-t-il alors que cette ver­sion n&b est épui­sée).

    @Boyington : ah oui, c’est très rotring mais je trouve que ça fonc­tionne bien ici…

  • Voilà en peu de choses(tiens,non)résumé tout le génie,tout le talent,toute la ferveur,toute la foi en ce métier,toute la belle curio­si­té de LI AN;
    Parler de Pommaux,c’est réha­bi­li­ter les racon­teurs d’histoires,quels que soient leur age,leur génération,leur cheminement…J’écris moins par ici,mais vous lit tou­jours avec bon­heur.

  • Quand même. La bd dont vous êtes le héros. Enquête au Louvres ou quelque chose comme ça, c’était la grande classe ! Bon ça valait pas les bou­quins en terme de registre heroic-fantasy mais le prin­cipe mar­chait bien.

    toute mon enfance (enfin pas tant que ça).

    Par contre je l’imaginais pas en noir et blanc. Mais ça rend bien aus­si.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *