À la vie à la mort – Jérôme K. Jérôme Bloche (Dodier & Makyo)

jerome-bloche-vie-mort-couv

À la vie, à la mort est le troisième tome des enquêtes de Jérôme K. Jérôme Bloche, jeune enquêteur un peu tête en l’air qui rêve d’être Bogart et qui se promène donc en trench coat et chapeau feutre mou. J’avais beaucoup aimé le concept et j’ai toujours lu les histoires dans Spirou avec plaisir. Mais je n’ai jamais acheté les albums, le dessin de Dodier et les scénarios de Makyo ne m’apportant pas de grandes surprises malgré leurs belles qualités.
Le fait d’écrire moi-même maintenant une histoire « policière » me fait lire ça d’un autre oeil. En 1984, Serge Letendre ayant abandonné la série, cette histoire est la première aventure de Jérôme Bloche écrite uniquement par Makyo. Un des intérêts de l’histoire est de se dérouler dans une petite ville de province, Bergues, et on quitte donc Paris où réside habituellement Jérôme. L’histoire mêle des éléments à caractères fantastiques (un nain organiste qui joue en silence, un personnage masqué…) voire même SF dans sa résolution ! Jérôme arrive à Bergues pour les fêtes de fin d’année et son oncle, un notable, lui demande d’enquêter sur des mystérieuses affaires de chantage. De manière très intrigante, l’histoire commence par une voix off dont on ne découvre l’origine qu’assez tardivement. Le charme de la série vient principalement du personnage de Jérôme qui est une espèce d’ado attardé qui aimerait être pris pour un dur mais ne fais rien pour (il porte des lunettes, il n’est pas costaud et passe son temps à éternuer dans cet album) et aborde donc les enquêtes de manière incongrue. Assez étonnamment, Jérôme qui a pour bonne copine Babette (une hôtesse de l’air, jeune fille nature et dynamique) depuis deux albums, est obligé d’admettre que c’est sa « fiancée » et couche même avec elle ! Dans Spirou, il fallait oser puisque Natacha est toujours vierge à ce qu’il me semble.

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-moi en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée.

12 commentaires

  • Belle madeleine…La série vieillit fort bien;cet épisode est à rapprocher de « Maigret a peur » de Simenon,où la fameuse « atmosphère » n’est en rien du carton-pate…La mise en couleurs rebute encore,toujours,un peu!

  • C’est marrant, je les relis aussi en ce moment, comme je fais un album réaliste je voulais voir comment il s’y prenait avec la doc photo. A l’arrivée ça ne me sert à rien pour mon boulot, mais quel plaisir de lire ces histoires bien foutues, je préfère d’ailleurs celles que Dodier scénarise seul, bien qu’on y ait perdu le côté « fantastique ». Mon préféré reste « Passé recomposé », belle ambiance insulaire.

  • Bonjour,

    de passage sur la toile, je ne peux que te conseiller de visionner « From Hell », le film. Plus abordable que le comics, le scénario d’origine d’allan Moore (ou ce qu’il en reste ?) présente les éléments connus sur jack l’éventreur dans un puzzle scénaristique foutriquement intelligent.
    Comme souvent, je n’ai pas aimé le film à la première vision, à cause de clichés que j’avais en mémoire.
    Envie d’un éventreur plus « gothique » à la E.C comics…

  • Concernant Natacha, sa vie amoureuse n’est pas évoquée dans ses aventures, en effet. Bombe sexuelle anatomique, sa seule représentation dés 1971 est une révolution dans la B.D belge, et une brèche dans la bêtise de la censure.
    Ayant passé deux ans sur une île déserte (N°11) avec Walter sans bédés ni télé, m’étonnerait qu’elle soit encore vierge.
    L’auteur nous laisse imaginer (par exemple) les soirées de ses héros.
    Bien souvent l’imaginaire est plus fort que le démonstratif

  • @li-an Plat, peut-être, mais je trouve que l’histoire à un intérêt pour un scénariste. La piste de l’héritier du trône, du médecin, des franc-maçons, tout se tient…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *