Lise

y'a qu'une planche les gusses

Dans mes tenta­tives de BD en ligne, voilà une Tardiesque au crayon noir. Je n’ai jamais su ce que faisait cette pauvre fille là…

3 commentaires

  • C’est d’une telle beauté…On voudrait aller plus loin,mais…Comme,quand,enfants,on faisait le comble des histoires à suivre dans les recueils de Spirou,faute de suite…Mais comment espérer traduire ce ”frimas”,cette délica­tesse à l’encrage;est-ce qu’il faut franchir le pas de la copie-noire-mise en couleurs directement?Qu’est-ce-qu’on fait!?
    Bravo;bon courage;avec ces beaux lambeaux il y a déjà de quoi rever;souhaitons que les lambeaux d’his­toires se croisent et murissent !

  • (Pour la fille:Elle a évidem­ment été tuée par un éclat d’obus de 14 – 18 étran­ge­ment retom­bé APRES la guerre)

  • Excel­lente idée Julien. Je la copyright tout de suite :-)
    Pour ce qui est en effet de l’impres­sion, cela doit être possible mainte­nant.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *