Le cava­lier à l’in­secte (1/4)

Le cava­lier à l’in­secte (1/4)

Une histoire typique­ment Arza­ckienne avec un person­nage qui se balade dans un monde impro­bable. Roue libre et pas de fin, évidem­ment.

2 commentaires

  • Remarquables Quatre-pages;Moebius d’ac­cord,mais même un Sergio Toppi s’in­vi­te­rai dans cette veine là.
    C’est la séré­nité du person­nage qui influe l’im­pas­si­bi­lité de ton décou­page,déli­cat.

    • Ah oui, c’est vrai que Toppi aussi aime bien les person­nages qui errent dans des mondes oniriques. Je n’avais pas vu ce rapport avec Moebius.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *