Le cavalier à l’insecte (1/4)

2 commentaires

  • Remarquables Quatre-pages;Moebius d’accord,mais même un Sergio Toppi s’inviterai dans cette veine là.
    C’est la séré­ni­té du per­son­nage qui influe l’impassibilité de ton découpage,délicat.

    • Ah oui, c’est vrai que Toppi aus­si aime bien les per­son­nages qui errent dans des mondes oni­riques. Je n’avais pas vu ce rap­port avec Moebius.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *