Twin Peaks BO, le retour

En regar­dant, après plus de dix ans d’attente, la pre­mière sai­son de Twin Peaks, j’ai été frap­pé par l’utilisation de la bande son. Elle est consti­tuée de mor­ceaux écrits spé­ci­fi­que­ment pour la série, ce qui lui donne une grande homo­gé­néi­té et concourt for­te­ment à l’immersion dans l’univers mais, en plus, cer­tains thèmes impor­tants reviennent régu­liè­re­ment mais avec un arran­ge­ment dif­fé­rent pour accom­pa­gner une scène mar­quante. Ces varia­tions, ô com­bien sub­tiles et réjouis­santes, n’apparaissaient pas dans le pre­mier CD de la BO d’où mon oubli de la chose. Heu­reu­se­ment est arri­vé ce second CD…qui ne comble pas du tout cette attente puisqu’il reprend prin­ci­pa­le­ment des musiques de la seconde sai­son (ahhh, enfin le « Just You », ce chef d’œuvre de niai­se­rie qui se trans­forme par la magie de l’écran en chan­son déses­pé­rante et magni­fique !). Enfin, je le crois après une rapide pre­mière écoute. Il y aura bien un fan pour tout nous com­men­ter ici…

Si vous avez trou­vé une faute d’orthographe, infor­mez-moi en sélec­tion­nant le texte en ques­tion et en appuyant sur Ctrl + Entrée.

Étiquettes
,

8 commentaires

  • étrange, je suis éga­le­ment en train de revoir cette série, et j’ai été frap­pée par le sou­ve­nir très vivace que m’ont lais­sé cer­taines scènes. Si j’ai oublié des détails ou des per­son­nages, des images sont res­tées gra­vées dans ma mémoire. Mais je trouve que ça n’a pas vieilli. Et cette ambiance musi­cale, ala­lah, c’est d’une telle beau­té… tu avais lu le jour­nal de Lau­ra Pal­mer écrit par la fille de Lynch ?

  • Je suis d’accord pour dire que ça n’a pas vieilli d’un poil. Le fait d’avoir choi­si un look très 50’s donne un côté hors du temps à la série. Et l’image est très belle.
    J’ai lu et pos­sé­dé le Jour­nal de Lau­ra (Presses Pocket) (avant d’avoir vu la série d’ailleurs :-)) mais il sem­ble­rait que je l’ai per­du suite à un démé­na­ge­ment…

  • Écrit par la fille à Lynch d’ailleurs. Ben non, il ne pou­vait pas révé­ler grand chose puisque les enquê­teurs sont cen­sés le lire :-)) On décou­vrait juste la des­cente aux enfers de la pauvre Lau­ra (et son poney qui se per­dait dans les bois). Et com­ment elle était au lit.

  • C’est le pro­blème avec les méchants, ils ne font rien pour sim­pli­fier la vie des scé­na­ristes. Ou alors une erreur d’impression de Presses Pocket :-))) ?

  • Puisqu’il n’a pas été men­tion­né ici, je signale l’autre bou­quin écrit comme spin-off de la série : « Dale Cooper : ma vie, mes enre­gis­tre­ments », écrit par Mark Frost le co-scé­na­riste (Presses-Pocket aus­si). Si le Jour­nal de Lau­ra se contente de confir­mer des choses qu’on a entre­vues dans la série, le livre de Frost offre de nou­velles pers­pec­tives : il est pré­sen­té comme une col­lec­tion de trans­crip­tions des enre­gis­tre­ments que Cooper a fait sa vie durant, depuis qu’on lui a offert son pre­mier magné­to­phone (un gros, à bandes, quand il avait dix ans : il aimait à le mettre dans son sac à dos, l’alimenter en met­tant bout à bout toutes les ral­longes élec­triques de la mai­son, et par­tir en repor­tage sur le trot­toir devant chez lui). C’est donc une bio pleine de trous, puisque par la force des choses il n’a pas enre­gis­tré tout le temps… et bien sûr, ça amène à se deman­der ce qui a bien pu se pas­ser dans les trous…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *