The Fall, un film à images de Tarsem Singh

the-fall

Sur Arte, ils ont passé un film étrange il y a peu. The Fall n’est jamais sorti sur grand écran en France. Son réali­sa­teur, Tarsem Singh s’est fait connaître avec le clip de Losing my reli­gion de REM, a tourné un film de serial killer (The Cell), très marqué visuel­le­ment, et son dernier ouvrage, c’est le Blanche-Neige avec Julia Roberts. Pas super sexy, c’est sûr.
Vu le concept visuel de The Fall, on peut penser que Singh est un grand fan de Terry Gilliam et, en même temps, son travail est très éloi­gné dans la réali­sa­tion. Mais commençons par le commen­ce­ment…
Dans un hôpi­tal cali­for­nien des années 1920, un casca­deur qui s’est cassé le dos (Lee Pace) croise une petite fille (Catinca Untaru) qui s’est cassée le bras en cueillant des oranges. Pour la distraire, il commence à lui racon­ter un histoire fabu­leuse qu’il utilise pour la mani­pu­ler, tel une Sché­ré­ha­zade alitée: cinq person­nages hors du commun luttent contre le terrible Odieux dans un univers fantas­tique.

the-fall-01

L’uni­vers du conte est incroya­ble­ment soigné et inven­tif – les costumes sont de Eiko Ishioka – suffi­sam­ment codé pour ne pas paraître rebu­tant et pour­tant très origi­nal. Singh s’éloigne de Gilliam sur un point impor­tant: il ne truque pas. Gilliam a toujours aimé les machines, les effets de théâtre, alors que Singh tourne en décors réels – une séquence rapide d’un voyage éclair donne le tour­nis: pour quelques secondes du film, on voit des images litté­ra­le­ment du monde entier avec les person­nages en train de galo­per – avec des effets pure­ment natu­rels. La partie « contem­po­raine » est tout aussi soignée avec de nombreux person­nages qui trouvent leur équi­valent dans le conte et portée par le jeu extra­or­di­naire de Catinca Untaru qui semble complè­te­ment igno­rer qu’elle est en train de tour­ner un film telle­ment elle est natu­relle et spon­ta­née.
Le film a été un échec complet, peinant à trou­ver des distri­bu­teurs à travers le monde. Il faut recon­naître que l’his­toire hésite entre deux philo­so­phies: trop sombre à un moment pour un film « pour enfant des USA », il n’est pas assez complexe (surtout dans le conte) pour un film adulte. Quoiqu’il en soit, je le conseille forte­ment à tous les curieux d’images fortes et juste pour son actrice prin­ci­pale.




  • Étiquettes

    19 commentaires

    • Oui, le film vaut beau­coup pour sa petite actrice (à se deman­der si elle ne vit pas les situa­tions plus qu’elle ne les joue)… Ce que je repro­che­rais au film, c’est que ça tourne un peu à vide… J’ai parfois eu l’im­pres­sion que le réali­sa­teur tour­nait de jolies images aux quatre coins du monde et qu’a­près il plaquait l’his­toire contem­po­raine dessus pour essayer d’y appor­ter de la profon­deur. Le Münchau­sen de Gilliam était beau­coup plus orga­nique dans sa struc­ture et l’ar­ti­cu­la­tion de ses théma­tiques sur le pouvoir de l’ima­gi­naire, la trans­mis­sion des histoires etc.

      • @jérôme: ça fait long­temps que je n’ai pas vu le Münchau­sen mais c’est sûr qu’il y a une réflexion de Gilliam sur l’image et l’ima­gi­naire. Tarsem manque peut-être un peu de profon­deur et de réflexion sur ce qu’il peut racon­ter.

        La gamine m’a quelque fois fait penser à un animal dans son jeu: quelqu’un d’in­cons­cient de ce qu’il se passe et qui vit son truc.

    • The Fall is one of the most visually stun­ning movies I have ever seen.

      I played it for a few seconds for my mother just so she could see the photo­gra­phy and she watched the whole thing. Twice. In one sitting.

      Oh, and Catinca deserves an Oscar.

      • @Ana: well, as there are some things you cannot see the first time, a second view is a good idea. The most visually stun­ning movie I saw ? Cannot decide. I should have another look at Munchau­sen.

    • Tiens, ça m’in­té­resse pas mal, surtout que j’avais bien aimé The Cell (et pas seule­ment visuel­le­ment).
      Sauf que s’il vient de passer sur Arte, je ne suis pas près de le revoir…

      • @Lorh­kan: Il ne semble être passé qu’une fois. Mais en géné­ral, Arte redif­fuse les films et donc, peut-être que l’an­née prochaine :-)

        The Cell était un peu arti­fi­ciel mais inté­res­sant c’est vrai – bon, Jenni­fer Lopez c’était pas Jodie Foster

    • Je pense que Tarsem a essayé de rendre ambi­guës les images du « conte »: alors que le conteur se contente de trans­po­ser sans vrai­ment y croire le pauvre scéna­rio du nanar dans lequel il faisait le casca­deur (dans lequel il était ques­tion d’un chef indien et de sa squaw, et de situa­tions conven­tion­nelles de western), dans la tête de la petite fille (qui est censée ne pas savoir ce que c’est qu’un western, un arti­fice de scéna­rio comme un autre) tout est trans­porté dans des décors des Mille et une nuits, plus grands que natu­re… un projet un peu analogue à celui de Gilliam, mais sans doute moins maîtrisé, il se perd un peu en route. Heureu­se­ment pour le film (que j’ai trouvé très beau, atten­tion, hein, je ne le dénigre pas), il a sans doute disposé de plus de moyens que Gilliam.
      Et d’une petite inter­prète fantas­tique.

      • @Tororo: Le Gilliam a quand même coûté plus cher que ce film (et même si on ne compte pas l’in­fla­tion)… Appa­rem­ment, Tarsem Singh a tourné son film petit bout par petit bout (sur 4 ans en tout, quand même) ce qui lui a permis d’éco­no­mi­ser un peu (et par ailleurs le film de Gilliam est célèbre pour son gros dépas­se­ment de budget, impu­table à plusieurs facteurs).

        • @jérôme: Oui, « plus de moyens que Gilliam » c’est une formule plutôt maladroite, mille pardons. Les condi­tions de tour­nage des deux films ne sont pas compa­rables: dire que la post­pro­duc­tion du film a dû poser moins de problèmes à Tarsem serait sans doute plus juste… les gros problèmes ont dû arri­ver, pour The Fall, au moment d’as­su­rer la distri­bu­tion, à cause de son côté « inclas­sable »: les trai­lers donnaient vrai­ment envie de le voir sur grand écran, mais qui l’a vu en salle?

    • Bon, je sais qu’on s’en fouit un peu, mais le conte adapté par Singh c’est Blanche-Neige, pas Cendrillon, et sinon il a aussi fait Les Immor­tels, un machin bizarre archi-esthé­ti­sant sur Thésée, avec tout de même quelques images fort stupé­fiantes dedans. Voilà un gars qui se réga­le­rait d’un scéna­rio de Jodo­rowsky !

    • Pour moi, The Fall de Tarsem Singh, est le plus beau film jamais tourné au monde !
      Je ne mâche pas mes mots …je m’en fiche

      Il y a TOUT dans ce film…

      On peut lui repro­cher… “un manque de scéna­rio” … ce que j’ai lu dans certain forum …

      C’est une mise en abîme… l’his­toire du cinéma dans le ciné­ma… le roman dans le roman… l’his­toire dans l’his­toire
      L’his­toire des Pion­niers du genre avec des moyens contem­po­rains.
      Tous les plans sont terri­bles… pano­rama, travel­ling… vues aériennes magiques. Je ne suis pas connais­seuse mais il me semble que le plan de l’élé­phant nageant est un bel hommage aux camé­ra­men plon­geurs ! Tarsem n’ou­blie personne !
      Un tour du monde… réali­tés… beau­tés.
      La lumiè­re… les costu­mes… le person­nage de Darwin… De l’hu­mour, de l’hu­meur, de l’amer…

      Dans l’écri­tu­re… un relent de milles et unes nuits…
      Mille problèmes soule­vés… l’amour, la guerre, la condi­tion de l’en­fant face à l’adulte (le travail des enfants, son instru­men­ta­li­sa­tion), l’ad­dic­tion, le ciné­ma… Cette recons­ti­tu­tion de la Flori­de… le light motif de l’orange (qui est peut-être la pomme d’Eve !)! La femme fatale !
      Je ne sais pas… ce film me laisse perplexe… j’y reviens… il me semble TOUT conte­nir…

      Non, ce film est tout simple­ment génial !
      C’est une balle qui tue !
      Sans faire mal… on y retourne !

      • @Natha­lie: oula, ça risque de lancer du débat. Ou pas. Je ne me lance­rai pas dans une polé­mique idiote mais, évidem­ment, ce n’est pas mon film préféré – même si j’évite de plus en plus les hiérar­chies.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *