The Fall, un film à images de Tarsem Singh

the-fall

Sur Arte, ils ont pas­sé un film étrange il y a peu. The Fall n’est jamais sor­ti sur grand écran en France. Son réa­li­sa­teur, Tar­sem Singh s’est fait connaître avec le clip de Losing my reli­gion de REM, a tour­né un film de serial killer (The Cell), très mar­qué visuel­le­ment, et son der­nier ouvrage, c’est le Blanche-Neige avec Julia Roberts. Pas super sexy, c’est sûr.
Vu le concept visuel de The Fall, on peut pen­ser que Singh est un grand fan de Ter­ry Gil­liam et, en même temps, son tra­vail est très éloi­gné dans la réa­li­sa­tion. Mais com­men­çons par le com­men­ce­ment…
Dans un hôpi­tal cali­for­nien des années 1920, un cas­ca­deur qui s’est cas­sé le dos (Lee Pace) croise une petite fille (Catin­ca Unta­ru) qui s’est cas­sée le bras en cueillant des oranges. Pour la dis­traire, il com­mence à lui racon­ter un his­toire fabu­leuse qu’il uti­lise pour la mani­pu­ler, tel une Sché­ré­ha­zade ali­tée : cinq per­son­nages hors du com­mun luttent contre le ter­rible Odieux dans un uni­vers fan­tas­tique.

the-fall-01

L’univers du conte est incroya­ble­ment soi­gné et inven­tif – les cos­tumes sont de Eiko Ishio­ka – suf­fi­sam­ment codé pour ne pas paraître rebu­tant et pour­tant très ori­gi­nal. Singh s’éloigne de Gil­liam sur un point impor­tant : il ne truque pas. Gil­liam a tou­jours aimé les machines, les effets de théâtre, alors que Singh tourne en décors réels – une séquence rapide d’un voyage éclair donne le tour­nis : pour quelques secondes du film, on voit des images lit­té­ra­le­ment du monde entier avec les per­son­nages en train de galo­per – avec des effets pure­ment natu­rels. La par­tie « contem­po­raine » est tout aus­si soi­gnée avec de nom­breux per­son­nages qui trouvent leur équi­valent dans le conte et por­tée par le jeu extra­or­di­naire de Catin­ca Unta­ru qui semble com­plè­te­ment igno­rer qu’elle est en train de tour­ner un film tel­le­ment elle est natu­relle et spon­ta­née.
Le film a été un échec com­plet, pei­nant à trou­ver des dis­tri­bu­teurs à tra­vers le monde. Il faut recon­naître que l’histoire hésite entre deux phi­lo­so­phies : trop sombre à un moment pour un film « pour enfant des USA », il n’est pas assez com­plexe (sur­tout dans le conte) pour un film adulte. Quoiqu’il en soit, je le conseille for­te­ment à tous les curieux d’images fortes et juste pour son actrice prin­ci­pale.

Si vous avez trou­vé une faute d’orthographe, infor­mez-moi en sélec­tion­nant le texte en ques­tion et en appuyant sur Ctrl + Entrée.

Étiquettes

19 commentaires

  • Oui, le film vaut beau­coup pour sa petite actrice (à se deman­der si elle ne vit pas les situa­tions plus qu’elle ne les joue)… Ce que je repro­che­rais au film, c’est que ça tourne un peu à vide… J’ai par­fois eu l’impression que le réa­li­sa­teur tour­nait de jolies images aux quatre coins du monde et qu’après il pla­quait l’histoire contem­po­raine des­sus pour essayer d’y appor­ter de la pro­fon­deur. Le Mün­chau­sen de Gil­liam était beau­coup plus orga­nique dans sa struc­ture et l’articulation de ses thé­ma­tiques sur le pou­voir de l’imaginaire, la trans­mis­sion des his­toires etc.

    • @jérôme : ça fait long­temps que je n’ai pas vu le Mün­chau­sen mais c’est sûr qu’il y a une réflexion de Gil­liam sur l’image et l’imaginaire. Tar­sem manque peut-être un peu de pro­fon­deur et de réflexion sur ce qu’il peut racon­ter.

      La gamine m’a quelque fois fait pen­ser à un ani­mal dans son jeu : quelqu’un d’inconscient de ce qu’il se passe et qui vit son truc.

  • The Fall is one of the most visual­ly stun­ning movies I have ever seen.

    I played it for a few seconds for my mother just so she could see the pho­to­gra­phy and she wat­ched the whole thing. Twice. In one sit­ting.

    Oh, and Catin­ca deserves an Oscar.

    • @Ana : well, as there are some things you can­not see the first time, a second view is a good idea. The most visual­ly stun­ning movie I saw ? Can­not decide. I should have ano­ther look at Mun­chau­sen.

  • Tiens, ça m’intéresse pas mal, sur­tout que j’avais bien aimé The Cell (et pas seule­ment visuel­le­ment).
    Sauf que s’il vient de pas­ser sur Arte, je ne suis pas près de le revoir…

    • @Lorhkan : Il ne semble être pas­sé qu’une fois. Mais en géné­ral, Arte redif­fuse les films et donc, peut-être que l’année pro­chaine :-)

      The Cell était un peu arti­fi­ciel mais inté­res­sant c’est vrai – bon, Jen­ni­fer Lopez c’était pas Jodie Fos­ter

  • Je pense que Tar­sem a essayé de rendre ambi­guës les images du « conte » : alors que le conteur se contente de trans­po­ser sans vrai­ment y croire le pauvre scé­na­rio du nanar dans lequel il fai­sait le cas­ca­deur (dans lequel il était ques­tion d’un chef indien et de sa squaw, et de situa­tions conven­tion­nelles de wes­tern), dans la tête de la petite fille (qui est cen­sée ne pas savoir ce que c’est qu’un wes­tern, un arti­fice de scé­na­rio comme un autre) tout est trans­por­té dans des décors des Mille et une nuits, plus grands que nature… un pro­jet un peu ana­logue à celui de Gil­liam, mais sans doute moins maî­tri­sé, il se perd un peu en route. Heu­reu­se­ment pour le film (que j’ai trou­vé très beau, atten­tion, hein, je ne le dénigre pas), il a sans doute dis­po­sé de plus de moyens que Gil­liam.
    Et d’une petite inter­prète fan­tas­tique.

    • @Tororo : Le Gil­liam a quand même coû­té plus cher que ce film (et même si on ne compte pas l’inflation)… Appa­rem­ment, Tar­sem Singh a tour­né son film petit bout par petit bout (sur 4 ans en tout, quand même) ce qui lui a per­mis d’économiser un peu (et par ailleurs le film de Gil­liam est célèbre pour son gros dépas­se­ment de bud­get, impu­table à plu­sieurs fac­teurs).

      • @jérôme : Oui, « plus de moyens que Gil­liam » c’est une for­mule plu­tôt mal­adroite, mille par­dons. Les condi­tions de tour­nage des deux films ne sont pas com­pa­rables : dire que la post­pro­duc­tion du film a dû poser moins de pro­blèmes à Tar­sem serait sans doute plus juste… les gros pro­blèmes ont dû arri­ver, pour The Fall, au moment d’assurer la dis­tri­bu­tion, à cause de son côté « inclas­sable » : les trai­lers don­naient vrai­ment envie de le voir sur grand écran, mais qui l’a vu en salle ?

        • @Tororo : ben per­sonne en France puisqu’il n’est pas sor­ti – bon, sauf dans des fes­ti­vals par-ci, par-là.
          Le Gil­liam a dû coû­ter bien plus cher à cause des décors pha­rao­niques. Bon, il y avait Sting et miss Uma.

          • @Li-An : Ah mais le Gil­liam c’était spé­cial niveau bud­get (et dépas­se­ment de bud­get), le tour­nage, c’était tout une épo­pée… Y a eu des bou­quins des­sus, dans le genre tour­nage catas­trophe, ça vaut le coup (voir aus­si les bonus de la der­nière édi­tion dvd).

  • Bon, je sais qu’on s’en fouit un peu, mais le conte adap­té par Singh c’est Blanche-Neige, pas Cen­drillon, et sinon il a aus­si fait Les Immor­tels, un machin bizarre archi-esthé­ti­sant sur Thé­sée, avec tout de même quelques images fort stu­pé­fiantes dedans. Voi­là un gars qui se réga­le­rait d’un scé­na­rio de Jodo­rows­ky !

  • Pour moi, The Fall de Tar­sem Singh, est le plus beau film jamais tour­né au monde !
    Je ne mâche pas mes mots …je m’en fiche

    Il y a TOUT dans ce film…

    On peut lui repro­cher… “un manque de scé­na­rio” … ce que j’ai lu dans cer­tain forum …

    C’est une mise en abîme… l’histoire du ciné­ma dans le ciné­ma… le roman dans le roman… l’histoire dans l’histoire
    L’histoire des Pion­niers du genre avec des moyens contem­po­rains.
    Tous les plans sont ter­ribles… pano­ra­ma, tra­vel­ling… vues aériennes magiques. Je ne suis pas connais­seuse mais il me semble que le plan de l’éléphant nageant est un bel hom­mage aux camé­ra­men plon­geurs ! Tar­sem n’oublie per­sonne !
    Un tour du monde… réa­li­tés… beau­tés.
    La lumière… les cos­tumes… le per­son­nage de Dar­win… De l’humour, de l’humeur, de l’amer…

    Dans l’écriture… un relent de milles et unes nuits…
    Mille pro­blèmes sou­le­vés… l’amour, la guerre, la condi­tion de l’enfant face à l’adulte (le tra­vail des enfants, son ins­tru­men­ta­li­sa­tion), l’addiction, le ciné­ma… Cette recons­ti­tu­tion de la Flo­ride… le light motif de l’orange (qui est peut-être la pomme d’Eve !)! La femme fatale !
    Je ne sais pas… ce film me laisse per­plexe… j’y reviens… il me semble TOUT conte­nir…

    Non, ce film est tout sim­ple­ment génial !
    C’est une balle qui tue !
    Sans faire mal… on y retourne !

    • @Nathalie : oula, ça risque de lan­cer du débat. Ou pas. Je ne me lan­ce­rai pas dans une polé­mique idiote mais, évi­dem­ment, ce n’est pas mon film pré­fé­ré – même si j’évite de plus en plus les hié­rar­chies.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *