Mon fantôme détesté

Le mystère Entfield – une mini série de Kristoffer Nyholm

serie-entfield

Pour Hal­lo­ween, Arte a eu la bonne idée de dif­fu­ser une série de trois épi­sodes écrite par Joshua St Johns­ton et basée sur le livre de Guy Lyon Play­fair qui a sui­vi l’affaire en com­pa­gnie de Mau­rice Grosse inter­pré­té ici par Timo­thy Spall. Dans les années 1970, la famille Hodg­son com­po­sée d’une femme divor­cée et de ses trois enfants est vic­time d’un pol­ter­geist. Objets volants, coups répé­tés, voix venant de nulle part, esprits s’exprimant par l’intermédiaire des enfants, l’histoire a duré deux ans, ample­ment relayée par les médias. La Socie­ty for Psy­chi­cal Research envoie enquê­ter Mau­rice Grosse, un retrai­té qui a per­du sa fille Janet dans un acci­dent de moto un an aupa­ra­vant. Janet comme le pré­nom de la fille Hodg­son de onze ans autour de laquelle les phé­no­mènes semblent se concen­trer.

enfield-serie-2

Je ne suis pas bran­ché para­psy­cho­lo­gie ni film d’horreur mais la série va plus loin que le film de genre il me semble. Au lieu d’une nuit san­glante dans un manoir gothique, on assiste à des phé­no­mènes quo­ti­diens dans une mai­son de ban­lieue, une situa­tion qui mine la famille. L’interprétation est superbe et la jeune Elea­nor Wor­thing­ton-Cox dans le rôle de Janet est épous­tou­flante en gamine vive et délu­rée pos­sé­dée par un vieux per­vers. Ça fout bien les cho­cottes et en même temps, on s’attache ter­ri­ble­ment aux per­son­nages, vic­times très « nor­males » de phé­no­mènes qui les dépassent.

Si vous avez trou­vé une faute d’orthographe, infor­mez-moi en sélec­tion­nant le texte en ques­tion et en appuyant sur Ctrl + Entrée.

Étiquettes

2 commentaires

  • Encore un com­men­taire pour sous­crire plei­ne­ment à ton billet.
    J’ai ado­ré le « tra­gique » du per­son­nage de Mau­rice Grosse (déjà vu chez Mike Leigh?Ken Loach?) et cette ten­dresse bou­le­ver­sante que Janet et lui se « jettent » s’échangent timi­de­ment ou par rage;de très belles idées et,presque par jeu,le goût du réa­li­sa­teur pour se jouer de notre patience/impatience ,l’attendu devant quelques figures imposées(evidemment!que Janet,dans cette salle de bain,va voir voir réap­pa­raitre ce vieux fan­tôme).
    Jolie pirouette en un Young Ame­ri­can de Bowie,parfait.Très grand,trés profond…Le séquen­cage en mini-série en semble du coup très arti­fi­ciel.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *