Æon Flux

En 1991, Peter Chung crée pour MTV une héroïne de SF habillée léger et cuir, impro­bable agent secret mour­rant à la fin de chaque mini épi­sode. Devant le suc­cès ren­con­tré, une série de 10 épi­sodes de 15 minutes sont mon­tés. Aeon Flux livre une guerre sans mer­ci à l’infâme dic­ta­teur Trevor Goodchild…quand elle ne lui tombe pas dans les bras.
L’univers décrit est très années 80. Un desi­gn simple pour le décor mais empli de petits engins com­pli­qués (le thème de la clef revient sans cesse, sou­vent d’une forme com­plexe et poly­morphe). La chair et le métal sont imbri­qués voire tri­tu­rés (le ventre du Président devient un pas­sage secret, des agents ont plu­sieurs bras voire des mains à la place des pieds), Trévor Goodchild étant pré­sen­té comme une espèce de savant fou à l’imagination sans limites. Les rap­ports amou­reux sont sou­vent au centre des his­toires, amours sans ave­nir et sado maso­chistes (aus­si bien intel­lec­tuel­le­ment que phy­si­que­ment).

Le pre­mier épi­sode m’a lais­sé per­plexe. Le flou des moti­va­tions des per­son­nages, le détour­ne­ment de cli­chés, l’absence totale de morale don­naient l’impression d’un vague fourre-tout gra­tuit. Le gra­phisme très angu­leux peut aus­si rebu­ter. C’est sur plu­sieurs épi­sodes que l’ensemble prend “sens” ou plu­tôt qu’il crée l’accoutumance. Retrouver des per­son­nages fami­liers qui semblent réin­ven­ter à chaque fois leurs rela­tions est assez sur­pre­nant. D’autant plus qu’Æon laisse sou­vent la vie dans l’aventure.
Finalement, on obtient une réelle expé­rience SF où le phy­sique et la pen­sée des per­son­nages nous sont réel­le­ment étran­gers. Comme regar­der des pirha­nas tour­ner dans un aqua­rium. Les ama­teurs de non sense appré­cie­ront par­ti­cu­liè­re­ment la pre­mière série, suite de mou­ve­ments et d’actions vio­lentes sans but réel.

Si vous avez trou­vé une faute d’orthographe, informez-moi en sélec­tion­nant le texte en ques­tion et en appuyant sur Ctrl + Entrée.

4 commentaires

  • Bon ‚juste pour conseiller une série réa­li­sé
    par le mon­sieur qui a fait cow­boy bee­bop : “Samurai sham­ploo” ( C’est du solide )
    voi­ci le fan site : 194.68.145.1/komvux/wb_ho…

    Sinon ‚mes­sage pour li an j’ai rien com­pris a ton com­ment sur mon blog,chui nul en lan­gage
    inter­net ‚mais alors vrai­ment nul .

  • Je n’ai jamais vu Cow Boy Beebop. Je ne pense quand même pas que c’est aus­si déran­gé qu’Æon Flux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *