Le rythme tribal de Sexwitch

Sexwitch-album-cover

SexWitch, c’est le nou­veau pro­jet de Natasha Khan, la nana de Bat for Lashes dont j’avais beau­coup aimé le pre­mier LP.
Entourée des musi­ciens de TOY et de Dan Carey, elle reprend des mor­ceaux psy­ché­dé­liques et folk des années 70 de pro­ve­nance aus­si étrange que l’Iran, le Maroc ou la Thaïlande. Le nom du groupe a été trou­vé lors de l’enregistrement, vu les hulu­le­ments cha­ma­niques de la Khan sur de nom­breux titres.

C’est un retour fran­che­ment réus­si d’une artiste que j’avais lais­sé filer après un deuxième album moins exci­tant que le pre­mier – pas écou­té le troi­sième. Il y a un côté transe cha­ma­nique tout à fait moti­vant pour des­si­ner et, non­obs­tant le fait que la Khan n’a pas le phy­sique d’une sor­cière du sexe (plu­tôt ten­dance Ma sor­cière bien aimée avec son petit nez en trom­pette), on s’y croi­rait presque.

Si vous avez trou­vé une faute d’orthographe, informez-moi en sélec­tion­nant le texte en ques­tion et en appuyant sur Ctrl + Entrée.

Étiquettes

2 commentaires

  • Ah tiens, j’ai bien aimé son deuxième album, “Two Suns”, alors si le pre­mier est encore meilleur…
    Et du coup, ce nou­veau projet/concept m’intéresse bien, mer­ci. ;)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *