Pollen – Wave Machines

Wave-Machines-Pollen

Jeudi soir, pour la St Valentin, j’ai invi­té ma ché­rie au concert de Wave Machines à l’Astrolabe – elle-même sou­tient qu’elle m’a accom­pa­gné pour me faire plai­sir pour la St Valentin. Ça tom­bait bien, je comp­tais ache­ter leur CD et comme les groupes, de nos jours, vendent leurs pro­duits à la fin de leur pres­ta­tion, j’étais content de les enri­chir direc­te­ment.
Pollen est le second album de Wave Machines, un groupe ori­gi­naire de Liverpool. Difficile à décrire, il alterne mor­ceaux élec­tro poi­gnants, titres dan­sants et bal­lade simple. C’est riche en idées et sti­mu­lant. Autant dire que j’ai rare­ment vu l’Astrolabe dan­ser de cette manière – les titres un peu froids de l’album pre­nant une allure éner­gique sur scène après quelques mor­ceaux de rodage.

En pre­mière par­tie, un jeune groupe pari­sien, We Are Nights, tout à la fait dans la mou­vance actuelle puisque leurs mor­ceaux sur scène avaient un fort par­fum des années 80 – The Cars, OMD, The Cure ou Taxi Girl ne sem­blaient pas loin. Une res­sem­blance d’autant plus mar­quée que la cho­riste res­sem­blait de manière trou­blante à ma petite amie de l’époque, jusque dans la coif­fure. Des chan­sons qui fonc­tion­naient très bien avec des choeurs impec­cables. Une pre­mière par­tie qui m’a bien plu.

Si vous avez trou­vé une faute d’orthographe, informez-moi en sélec­tion­nant le texte en ques­tion et en appuyant sur Ctrl + Entrée.

6 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *