Ici le jour (a tout enseveli), un LP riche en mots de Feu!Chatterton + concert

feu!chatterton-ici-le-jour-enseveli_1

Feu!Chatterton, vous auriez dû le voir appa­raître sur ce blog dès le mois de mai puisque le EP du groupe car­ton­nait dans la presse spé­cia­li­sée et avait bien accro­ché mon oreille. En plus, ils pas­saient en concert gra­tuit à l’Astro­labe à Orléans. Mais j’ai zap­pé.

Quelques mois plus tard, leur pre­mier LP Ici le jour (a tout ense­ve­li) sor­tait et on se deman­dait si il serait à la hau­teur des attentes. C’est qu’en se met­tant réso­lu­ment dans l’héritage de Bashung/Gains­bourg/etc… au niveau de la recherche tor­tu­rée des textes mais avec un son plus rock moderne (peu de refrains et des chan­sons construites de manière com­plexe) et la voix incroyable du chan­teur Arthur Teboul, très éloi­gnée des voix pop/rock des groupes fran­çais du moment, les Feu!Chatterton ont mis la barre très haut.

Autant l’avouer, ce LP a sus­ci­té une légère décep­tion. Les chan­sons les plus mar­quantes se trou­vaient déjà sur le EP et l’entrée en matière Ophé­lie ne sonne pas bien à mon oreille (limite démo). Mais petit à petit, on s’installe dans un uni­vers riche et ambi­tieux, on appré­cie les nou­velles chan­sons et on se dit qu’on aurait dû aller les voir chan­ter.

Coup de bol, le groupe était de nou­veau en concert hier soir à l’Astrolabe. Et j’ai assis­té là à un de mes meilleurs concerts ma foi (le type qui va deux fois par an en concert), un peu lent à démar­rer avec des chan­sons copies trop fidèles des ver­sions album avant de décol­ler vrai­ment avec À l’aube. Il n’y avait plus qu’à sau­ter en l’air avec tout le monde et à s’esquinter la voix sur Malinche ou Boeing. Le groupe ter­mi­nait avec une reprise envoû­tante de Je t’ai tou­jours aimée de Poly­pho­nic Size.

Évi­dem­ment les grin­cheux se plaignent de textes trop riches et alam­bi­qués (qu’ils écoutent du rap fran­çais moi je dis) et seul l’avenir nous dira s’ils sont l’avenir du rock/chanson fran­çais.

La pre­mière par­tie était très bien assu­rée par le groupe Parad, un duo guitare/batterie qui oscille entre blagues et pul­sions élec­triques sur des textes en fran­çais plu­tôt sombres – remer­cions les groupes fran­çais qui conti­nuent de chan­ter en fran­çais.

Si vous avez trou­vé une faute d’orthographe, infor­mez-moi en sélec­tion­nant le texte en ques­tion et en appuyant sur Ctrl + Entrée.

Étiquettes

2 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *