The Lost Art of Heinrich Kley (Joseph V. Procopio – Lost Art Books)

lost-art-kley-couv-1

Attention, évè­ne­ment ! The Lost Art of Heinrich Kley est dis­po­nible en France par chez un reven­deur en ligne bien connu. En fait, j’avais sui­vi la sor­tie de ces deux volumes – car deux livres il y a – aux États-Unis mais il fal­lait com­man­der les livres direc­te­ment à l’éditeur, ce qui fai­sait un sacré paquet d’argent à débour­ser. Même si j’avais cru com­prendre que les­dits bou­quins béné­fi­cie­raient d’une dis­tri­bu­tion plus clas­sique, je m’étais fait une rai­son, vague­ment per­sua­dé que ce serait épui­sé avant ça. Heureusement, j’avais tout faux.

Les ouvrages – res­pec­ti­ve­ment 224 et 148 pages – béné­fi­cient de textes d’introduction à l’oeuvre et à la vie de Heinrich Kley. On décou­vri­ra la pas­sion que Kaluta lui porte, un très inté­res­sant article de Jesse Hamm, un auteur de comics US (son site -http://jessehamm.com/) qui parle avec beau­coup d’intelligence et de pers­pi­ca­ci­té du tra­vail gra­phique de Kley – j’ai rare­ment lu quelque chose d’aussi bien vu sur le des­sin d’un artiste.
Mais l’intérêt de la chose, c’est évi­dem­ment la tonne d’images conte­nues dans ces deux recueils. Le pre­mier se concentre sur l’oeuvre en noir et blanc, notam­ment les illus­tra­tions de livres, et le second sur l’oeuvre en cou­leur et dif­fé­rents cro­quis, recherches et le reste qui reste.

lost-art-kley-couv-2

Passons à la soupe à la gri­mace. Si j’ai ten­dance à dire que nous vivons un Âge d’Or de la réédi­tion avec des ouvrages à la fini­tion impec­cable, au papier épais et à la repro­duc­tion soi­gnée, ces deux livres sont édi­tés par un petit édi­teur fan tran­si comme on en voyait beau­coup dans les années 80/90 aux States. Les scans pro­viennent donc de la col­lec­tion per­son­nelle d’ouvrages (livres, maga­zines…) de l’éditeur avec sou­vent des cou­leurs trop contras­tées et un ren­du pas génial (repro­duire des repro­duc­tions est tou­jours un peu com­pli­qué). De plus, le papier “choi­si” est vrai­ment de moyenne qua­li­té et la cou­ver­ture souple très légère. On se retrouve avec un pro­duit plus proche des livres Dover que Fantagraphics. C’est un peu dépri­mant mais l’amateur de des­sin pas­se­ra outre en décou­vrant les tré­sors pré­sen­tés par Joseph V. Procopio. Il faut rap­pe­ler que Kley est un artiste qui aura impres­sion­né Walt Disney, Moebius, Franquin, Loisel, Wendling, j’en passe et des meilleurs…

lost-art-kley-illustr-6

lost-art-kley-illustr-5

lost-art-kley-illustr-4

lost-art-kley-illustr-3

lost-art-kley-illustr-2

lost-art-kley-illustr-1

Si vous avez trou­vé une faute d’orthographe, informez-moi en sélec­tion­nant le texte en ques­tion et en appuyant sur Ctrl + Entrée.

3 commentaires

  • Formidable ! D’autant qu’il me semble avoir décou­vert ton blog en 2006 au détour d’une goo­gle­si­sa­tion de Heinrich Kley effec­tuée en sor­tant de l’exposition Disney au Grand Palais … Par contre ce que tu annonces sur la qua­li­té des repros est un peu contra­riant. Les des­sins en n&b sont moins bien que dans les deux Dover ?

    • @Pierre: dans l’ensemble oui mais c’est en grande par­tie – me semble-t-il – entiè­re­ment dû au fait que les repros d’origine sont de piètre qua­li­té. Les scans de ce qui semblent être des ori­gi­naux sont de qua­li­té tout à fait cor­recte. En fait j’ai dû mal à voir si il y a beau­coup de choses en com­mun. Les Politicians est par exemple bien plus joli dans cette nou­velle ver­sion – p.112 du Dover t.1.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *