Le poids de son regard - Tim Powers (J’ai Lu)

Après avoir relu Les puis­sances de l’invisible], j’ai eu envie de jeter un coup d’œil sur un des autres Tim Powers que j’avais bien appré­cié et je suis allé recher­cher dans mon fou­toir biblio­thèque Le poids de son regard, publié en France en 1990.

poids-regard-tim-powers

Frankenstein et les vampires

J’imagine que Powers l’a ven­du comme une his­toire de vam­pires, fort à la mode à l’époque mais le Poids… dépasse le cadre du clas­sique monstre à canines.
En 1816, les poètes anglais Shel­ley et Byron se retrouvent en Suisse et se confrontent à une créa­ture non humaine qu’ils connaissent bien tous les deux. En même temps, Micheal Craw­ford, chi­rur­gien pro­met­teur, se marie. Mais il a eu le mal­heur de confier sa bague de fian­çailles à une sta­tue.

Powers déve­loppe, comme il le refe­ra avec les Puis­sances…, une his­toire fan­tas­tique basée sur des per­son­nages his­to­riques bien connus confron­tés à des enti­tés aux pou­voirs sur­na­tu­rels qu’ils tentent de maî­tri­ser. Il faut dire que les lamies en ques­tion, filles des pierres, portent un amour infi­ni aux humains qu’elles ont choi­sis et leur étreinte amou­reuse est incom­pa­rable, appor­tant immor­ta­li­té et ins­pi­ra­tion. Mal­heu­reu­se­ment, leur jalou­sie atroce pro­voque la mort des proches de ceux qu’elles ché­rissent.

Le roman est fas­ci­nant par sa richesse (la poé­sie de l’époque, le sens du détail his­to­rique de Powers…) mais il peut aus­si saou­ler le lec­teur par son rythme inha­bi­tuel (l’histoire se déroule sur plu­sieurs années au gré des vrais voyages des deux poètes). Powers réus­sit encore une fois le por­trait de per­son­nages com­plexes et tour­men­tés et l’évolution de Craw­ford de jeune méde­cin pro­met­teur en vaga­bond intoxi­qué à la recherche d’une rédemp­tion vous mar­que­ra pour long­temps. Mais pas autant que sa belle-sœur Cla­ra, jeune femme pos­sé­dée à tous les niveaux, Némé­sis et sal­va­trice.

Si vous avez trou­vé une faute d’orthographe, infor­mez-moi en sélec­tion­nant le texte en ques­tion et en appuyant sur Ctrl + Entrée.

2 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *