Permanence – Karl Schroeder (Denoël)

Rue, jeune habi­tante d’une colo­nie minière échappe à son frère et découvre au pas­sage un vais­seau pro­ba­ble­ment d’origine extra-ter­restre. Avec l’aide d’une équipe d’amis et de spé­cia­listes, elle tente d’en deve­nir la Capi­taine offi­cielle, ce que les auto­ri­tés mili­taires n’apprécient que fort peu.

Voi­là un résu­mé très suc­cinct d’une his­toire SF tout à fait sym­pa­thique. On y voit des ET com­plè­te­ment étran­gers à la race humaine (ce que j’ai tou­jours pré­fé­ré à ceux genre Star Wars qui bibe­ronnent à l’oxygène et adorent les Beatles), une inter­face neu­ro­nale mani­pu­lable (ce qui nous donne quelques séquences dickiennes fort réjouis­santes) et les per­son­nages sont loin d’être mani­chéens. Rap­ports poli­tiques, sur­vie dans l’espace, mys­tères pro­fonds, on ne s’ennuie pas (peut être sur la der­nière bataille un peu lon­guette) mais ne vous atten­dez pas à un chef d’oeuvre…

Si vous avez trou­vé une faute d’orthographe, infor­mez-moi en sélec­tion­nant le texte en ques­tion et en appuyant sur Ctrl + Entrée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *