On raconte, illustré par Beuville

beuville-raconte-16

Le 13 juin 1941, l’hebdomadaire Tout et tout décerne son Prix Mérimée à trois nouvelles. Le jury est compo­sé (excusez-moi du peu) de Pierre Mac Orlan, André Thérive, Marcel Aymé, Albert t’Sers­te­vens, Pierre Véry et Jean-Michel Pagès.
Les textes primés et cinq autres retenus sont publiés la même année dans un recueil illus­tré par Beuville : On raconte… (très mauvais titre ma foi). Pour chaque nouvelle, Beuville dessine une image en ouver­ture, une grande illus­tra­tion et un dessin en clôture. Du fait de la varié­té des histoires, on peut décou­vrir ici des person­nages et des ambiances qui sortent de son travail ordinaire.

J’ai essayé de lire les textes mais ça m’est tombé des mains.

Les possédés d’Aragon (Marie-Madeleine Chantal – Premier Prix)

beuville-raconte-15

beuville-raconte-14

beuville-raconte-13

Abraham Bourrée (Claude Quinard – Deuxième Prix)

beuville-raconte-12

beuville-raconte-11

beuville-raconte-10

Biniou Fantoche (Jacques Viau – Troisième Prix)

beuville-raconte-09

beuville-raconte-08

beuville-raconte-07

Le trésor de Motu-Iti (Michel Candie)

beuville-raconte-06

beuville-raconte-05

beuville-raconte-04

Moins bête qu’un sorcier (Pierre Hérault)

beuville-raconte-03

beuville-raconte-02

beuville-raconte-01

Les noces de Maritza (R. – J. Lefèvre)

beuville-raconte

beuville-raconte-24

beuville-raconte-23

Le dernier sorcier (Gaston Modot)

beuville-raconte-22

beuville-raconte-21

beuville-raconte-20

Mandine (Georges Nigremont)

beuville-raconte-19

beuville-raconte-18

beuville-raconte-17

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, infor­mez-moi en sélec­tion­nant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée.

3 commentaires

  • Joli cadeau!Quelques morceaux brillants,on en trouve toujours,dans ce travail de Beuville​.Ses dernières années demeurent au dessus de ce recueil gris…

  • Les méthodes d’impres­sion, la quali­té du papier de l’époque, imposaient des contraintes dont il a pu s’affran­chir par la suite. Mais la maîtrise est déjà là (et aussi la fantai­sie, bien qu’il ait dû la brider un peu : après tous ces sages paysages de commande, il s’est bien défou­lé avec son presti­di­gi­ta­teur sardo­nique!).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *