Même pas mort, un roman celtique de Jean-Philippe Jaworski (Folio SF)

meme-pas-mort-jaworski

Dans ma jeu­nesse, j’ai eu l’occasion de lire une revue d’Histoire assez inté­res­sante parue en fas­ci­cules qui consi­dé­rait que le pro­cès de Drey­fus était à refaire et que son inno­cence n’était pas assu­rée. Bref, l’Histoire du Monde ver­sion extrême-droite – l’origine de la Pre­mière Guerre Mon­diale était aus­si assez gra­ti­née mais je n’en ai plus le moindre sou­ve­nir.
On y par­lait aus­si des Celtes, le peuple dont sont issus les vrais Fran­çais, des gens cou­ra­geux et tra­vailleurs, pas comme ces Gau­lois braillards, fai­néants et batailleurs.

Un truc éton­nant avec tous ces peuples, c’est qu’on a très peu de récits grand public qui traitent de la période. Évi­dem­ment, il y a Asté­rix mais le petit Gau­lois fait par­tie d’une His­toire où la Gaule entre dans le monde « civi­li­sé » sous le joug des Romains et qui est ample­ment docu­men­tée.
Il faut dire que l’on ne connaît pas grand chose des Celtes qui pri­vi­lé­giaient la tra­di­tion orale à l’écriture. Pas de texte, pas de cho­co­lat. Et l’autre grand effa­ceur, c’est le chris­tia­nisme – cette reli­gion impor­tée par des fau­teurs de trouble étran­gers sans papier qui ont dévoyé nos diri­geants pour impo­ser leur valeurs venues d’ailleurs – qui a pour habi­tude de gom­mer et mini­mi­ser tout ce qui vient avant lui. Les Celtes n’étant pas chré­tiens, ils ne méritent pas que l’on s’intéresse à eux et, de toute manière, ils n’appartiennent même pas à l’Histoire.

Pas de roman réfé­rence, pas de film popu­laire, pas de jeux vidéo. Autant dire que Même pas mort de Jean-Phi­lippe Jawors­ki a titillé ma curio­si­té. Jawors­ki est deve­nu un auteur phare dans la lit­té­ra­ture fan­ta­sy fran­çaise par son sens de l’histoire sou­te­nu par une belle écri­ture et ce pre­mier volume d’une tri­lo­gie nous amène galo­per dans les val­lées, forêts et bataille au côté de Bel­lo­vèse, fils d’ex-roi.

Bel­lo­vèse a un pro­blème : il n’est pas mort alors qu’il le devrait et le grand druide a déci­dé qu’il devrait consul­ter. Genre les Gal­li­cènes, sor­cières aux pou­voirs immenses qui vivent sur une île bat­tue par les flots. Et pour expli­quer com­ment il en est arri­vé là, Bel­lo­vèse raconte sa jeu­nesse.
Ce pre­mier volume est donc cen­tré sur l’enfance d’un fils de roi qui n’est plus qu’un gamin dégour­di plein d’énergie qui sillonne son petit ter­ri­toire à don­ner des coups de poing et à faire des bêtises, appro­chant peu à peu un monde magique plein de per­son­nages pit­to­resques.
Comme sou­vent chez Jawors­ki, la par­tie fan­ta­sy ne repré­sente qu’un élé­ment du texte qui tourne plu­tôt autour de la vie quo­ti­dienne d’un jeune gar­çon de l’époque. Le lan­gage est très sou­te­nu et il y a bien deux mots par page que je ne connais pas – tous ces ins­tru­ments anciens, les termes d’agriculture, ces bes­tioles des cam­pagnes – mais ça ne gêne pas la lec­ture et, en contre par­tie, les per­son­nages ont un par­ler très natu­rel voire contem­po­rain.
Peu à peu, Bel­lo­vèse prend conscience des enjeux poli­tiques qui l’entourent et qu’il doit faire sa place avec sa tête et ses armes.

C’est donc un excellent pre­mier tome qui n’est pas sans rap­pe­ler Game of Throne – uni­vers violent où les enjeux poli­tiques sont impor­tants décrits avec un réa­lisme ins­pi­ré. Cer­tains lec­teurs trou­ve­ront sûre­ment le voca­bu­laire et cer­taines des­crip­tions un peu trop « riches » mais on ne va pas de plaindre d’apprendre des mots et d’une belle écri­ture.

Si vous avez trou­vé une faute d’orthographe, infor­mez-moi en sélec­tion­nant le texte en ques­tion et en appuyant sur Ctrl + Entrée.

4 commentaires

  • Pour les œuvres avec des celtes dedans (et pour par­ler de bande des­si­née), je crois me sou­ve­nir que Chau­vel et Lere­cu­ley ont fait un Roi Arthur chez Del­court en col­lant aux racines cel­tiques du mythe.
    J’aimais bien ce qu’ils fai­saient en polar, mais j’ai pas ten­té leur per­cée dans la cel­tic fan­ta­sy.

    • Ah oui, ces his­toires pleines de bar­bus. Je n’ai pas lu mais feuille­té mais dans mes sou­ve­nirs, le visuel est plu­tôt Sei­gneur des Anneaux que Game of Thrones ou Sacré Graal.

  • Ravi de voir que tu as à nou­veau suc­com­bé aux charmes de l’écriture de Jawors­ki.
    Ce roman est bien dif­fé­rent de ce qu’il avait publié aupa­ra­vant, plus his­to­rique que fan­ta­sy, ça n’en reste pas moins une oeuvre mar­quante, sur un peuple et une culture trop mécon­nus.
    J’ai déjà ache­té le tome 2 qui, d’après les pre­miers échos, semble tout aus­si bon.

    • J’ai pré­fé­ré ce der­nier bou­quin à Gagner la guerre, plus fou­traque. L’ensemble est mieux tenu il me semble.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *