Des letchis et des bouquins

De la Réunion, je n’ai pas seule­ment rame­né des kilos de let­chis mais aus­si quelques pro­duits à carac­tère local genre bou­quin et BD. Une petite revue rapide s’impose.

Kanyar n°5

kanyar-5

La célèbre revue lit­té­raire post-mon­dia­liste Kanyar va sur­vivre quelques numé­ros à la dis­pa­ri­tion de son fon­da­teur André Pan­gra­ni et ce cin­quième opus est le der­nier qu’il ait super­vi­sé – sous cou­ver­ture de Stas­sen. Voi­ci un petit expo­sé rapide de mes nou­velles pré­fé­rées au som­maire.

Les petits évé­ne­ments d’Oli­vier Appol­lo­do­rus ima­gine la Réunion rava­gée par une guerre civile où les Milices du Port affrontent les Ven­geurs de la tombe. Un res­pon­sable d’un grou­pus­cule gau­chi­sant accom­pagne un offi­cier congo­lais de la Force d’interposition inter­na­tio­nale qui doit extra­der un cri­mi­nel de guerre.

Joe-Deux-Lions va se cou­per le sexe devant le vil­lage assem­blé – ou plu­tôt la langue, tiens. Une jour­na­liste fran­çaise bla­sée voit dans cette tra­di­tion de Côte d’Ivoire l’occasion d’un bon repor­tage. Une nou­velle iro­nique de Fabienne Pom­pey.

Un Bap­tême mar­ron, c’est un bap­tême fait en douce, genre sans l’accord des parents. Et Mémé-Organ­di a bien l’intention de sau­ver l’âme de la petite mais déjà féroce Môme. Natha­lie Valen­tine Legros a le chic pour les per­son­nages hauts en cou­leurs.

Clos est une nou­velle angois­sée de Marie Mar­ti­nez qui montre une femme fuyant un ter­rible dan­ger se réfu­gier dans un appar­te­ment inoc­cu­pé.

Mathilde et John­ny s’aiment d’un amour brû­lant et phy­sique. André Pan­gra­ni ne leur donne pas beau­coup de chance dans La joue déchi­rée.

Quant à Jean-Chris­tophe Dal­le­ry, il pro­longe sa pre­mière nou­velle kanya­rienne qui rap­pe­lait qu’il y a eu une Pre­mière Guerre Mon­diale en Afrique et narre les mésa­ven­tures culi­naires de pou­lets en pirogue, la dif­fi­cul­té à chier seul pour un homme blanc en terre noire et le dur com­bat du croi­seur léger SMS König­sberg. Rifi­fi sur le Rufi­ji que ça s’appelle.

Takamaka (Greg Loyau – Des Bulles dans l’Océan)

takamaka-loyau-couv

Semi-copi­nage – Second album pour Greg Loyau, his­to­rique auteur du Cri du Mar­gouillat, qui raconte, dans un roman gra­phique en cou­leur de 110 pages, l’histoire de Wayo, der­nier repré­sen­tant de la tri­bu des Taka­ma­ka, de la jeu­nesse à sa mort. Seul sur son île – si l’on excepte diverses bes­tioles ami­cales – il va voir venir à lui l’amour, les pirates et toute une tri­bu enva­his­sante.
Loyau déploie son des­sin dyna­mique et vivant dans une his­toire qu’il a long­temps por­tée, pleine de petits gags et émou­vante à la fois.

takamaka-loyau

takamaka-loyau-01

Si vous avez trou­vé une faute d’orthographe, infor­mez-moi en sélec­tion­nant le texte en ques­tion et en appuyant sur Ctrl + Entrée.

2 commentaires

  • J’ai moi aus­si beau­coup aimé cet album sans copi­nage aucun, je ne lui ferais qu’un petit reproche une cou­ver­ture trop réa­liste par rap­port à son conte­nu

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *