La Horde du Contrevent (Alain Damasio – Folio SF)

damasio-horde-contrevent

Voi­là un roman de SF fran­çais qui aura fait beau­coup par­ler de lui et que j’aurai mis du temps à lire (Hubert a fini par me convaincre).
La Horde, c’est un groupe d’humains for­més dès leur plus jeune âge pour lut­ter contre le Vent qui souffle en conti­nu et qui rythme la vie d’un monde jamais nom­mé. Le but de la Horde, c’est de remon­ter jusqu’à l’origine du Vent, de faire mieux que leurs parents dont ils suivent la Trace. Parce que faut pas croire qu’ils com­mencent là où se sont arrê­tés les anciens, que nen­ni… Pour apprendre à maî­tri­ser les élé­ments déchaî­nés, il faut que la Horde refasse tout le che­min des Hordes pré­cé­dentes pour apprendre sur le ter­rain la réa­li­té du Vent et espé­rer ensuite faire mieux.
Menés par Gol­goth, le neu­vième du nom, une masse de volon­té et de résis­tance, la troupe est com­po­site pour mieux s’adapter aux dif­fi­cul­tés. Un Prince char­gé des rela­tions sociales, des chas­seurs, des cueilleurs, des élé­ments de résis­tance, une spé­cia­liste du Vent, un archi­viste char­gé de recueillir les infor­ma­tions utiles, un conteur pour les encou­ra­ger et les dis­traire, un guer­rier pour les pro­té­ger, des por­teurs recru­tés sur la route, bref un conden­sé d’humanité, unis face aux élé­ments. Et éven­tuel­le­ment les hommes. Car leur mis­sion sacrée ne plaît pas à tout le monde et il sem­ble­rait que l’on veuille leur mettre les bâtons dans les roues… Et enfin les Chrones, mys­té­rieuses créa­tures aux pro­prié­tés phy­siques proches de la magie, qui dérivent dans le Vent…
Bon, autant pré­ve­nir d’entrée, Dama­sio c’est de l’écriture lyrique, des envo­lées pas­sion­nées, un amour du mot et de la phrase qui ont dû aider à trou­ver un public enthou­siaste mais on peut ne pas accro­cher tota­le­ment – voire pas du tout – et trou­ver par exemple le per­son­nage de Cara­cole (le trou­ba­dour) exas­pé­rant (ima­gi­nez un Fol de Dol de la Quête de l’Oiseau du Temps en plus pénible). Mais on ne peut pas repro­cher à l’auteur de man­quer de jouer petit bras. Non content de faire réflé­chir sur la condi­tion humaine, sur les rap­ports d’un groupe, sur le choix et le des­tin, il fait du Vent plus qu’un phé­no­mène météo­ro­lo­gique mais la force qui régit un monde balayé au point de réécrire une phy­sique et une spi­ri­tua­li­té (qui englobe évi­dem­ment la parole : au début le Verbe fut grâce au souffle divin).
Assez curieu­se­ment, le nom de Gol­goth m’a fait pen­ser aux des­sins ani­més japo­nais et je n’ai pas pu m’empêcher de trou­ver des rap­ports : des per­son­nages très carac­té­ri­sés qui tra­vaillent en équipe, des com­bats en duel spec­ta­cu­laires, un goût du dia­logue épui­sant, des phé­no­mènes poé­tiques et vio­lents à la fois… Peut-être que Dama­sio a écrit le pre­mier roman man­ga. Que ce soit un Fran­çais qui ait réus­si ce tour de force ne m’étonne qu’à moi­tié.

Si vous avez trou­vé une faute d’orthographe, infor­mez-moi en sélec­tion­nant le texte en ques­tion et en appuyant sur Ctrl + Entrée.

Étiquettes

4 commentaires

  • Je fais fouiller dans les tré­fonds du blog pour poser mon avis (qui inté­resse tout le monde, bien enten­du)… J’ai fini de le lire hier et il m’en reste un sen­ti­ment miti­gé. On ne peut effec­ti­ve­ment pas reti­rer à Dama­sio une cer­taine ambi­tion, et l’histoire avance bien, avec à chaque cha­pitre son mor­ceau de bra­voure qui pro­pulse le récit, mais je suis plus réser­vé sur tout le côté métaphysique/​mystique qui prend de plus en plus d’importance au fil des pages et qui verse par­fois dans l’allégorie un peu mas­toc… Par ailleurs, je trouve que la fin fait un peu pirouette de vieille nou­velle de SF, pirouette par ailleurs éven­tée par la numé­ro­ta­tion des pages (ce qui ont lu le livre com­pren­dront).

    • Il a les qua­li­tés de ses défauts : un par­ti pris fort et une écri­ture per­son­nelle qui font qu’on trouve ça génial ou qu’on reste sur le bord de la route. Pour le coup, c’est vrai­ment un roman ”culte” dans le sens pre­mier du terme.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *