George Barbier – Master of Art Déco (Hiroshi Unno – PIE International)

george-barber-master-art-deco-couv

Je ne pensais pas chroniquer un bouquin avant sa sortie officielle en Occident mais, si ce livre consacré à George Barbier n’est prévu qu’en mars, il semblerait qu’un revendeur malin d’ Am… ait chopé des versions import…
Un petit livre (18×25,5 cm) mais bourré à craquer de reproductions d’illustrations de Barbier. C’est clair et délicat et prouve que la ligne claire peut être sensuelle. Le texte est en japonais et anglais (pas encore lu) et le livre est séparé en chapitres suivant les projets de Barbier. La maquette est plutôt girly et le gros travail de reproduction pèche un petit peu au niveau des filtres Photoshop qui lissent les reproductions et accentuent les contrastes. C’est au final un livre très complet et accessible qui comble un gros vide quand on voit le nombre d’images de Barbier qui circulent sur la Toile. Mode, illustrations de romans, images décoratives et même alphabet sont au rendez-vous.

le papillon, ça chatouille
le papillon, ça chatouille
Rester chic même sous la mitraille
Rester chic même sous la mitraille
Exhibitionnisme scandaleux
Exhibitionnisme scandaleux
C'est parce qu'on l'étudie en classe, maman
C’est parce qu’on l’étudie en classe, maman

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-moi en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée.

Étiquettes

8 commentaires

  • Dans le métro parisien, je passais souvent devant une affiche figurant un agrandissement géant d’un beau dessin, que je croyais bêtement de Erté. Le sujet de la réclame étant inintelligible à cause d’une typographie illisible (due à un maquettiste esthète mais manquant singulièrement de sens commercial). Aussi croyais-je qu’il s’agissait de la promotion d’un ballet ou bien d’une exposition sur la danse. Eh bien non ! Voyant pour la première fois l’affiche depuis le quai opposé, j’ai bénéficié du recul nécessaire pour lire le sujet, en lettres dorées: Les mille et une nuits à l’institut du monde arabe. J’y suis donc allé, attiré par les parfums suaves de l’Orient, et l’on peut donc y voir le dessin de l’affiche dans on format original (moins de vingt centimètres de haut) qui est, de Georges Barbier bien sûr (ne vous gaussez pas de ma méprise s’il vous plait):

    http://urbanpulse.fr/wp-content/uploads/2013/01/Les-Mille-et-Une-Nuits-Institut-du-Monde-Arabe.jpg

    Et j’en suis reparti avec le poster.

  • Hé bien il faut y aller avec l’idée d’une expo plus culturelle que visuelle (beaucoup de texte à lire, et les enfants que leurs parents y avaient traînés, s’ennuyaient beaucoup: « Papa elle est longue cette exposition, elle dure au moins trois heures ! »). Mais ça mérite le détour pour tous ceux qui s’intéressent aux contes de mille et une nuits, leur genèse, leur traduction, leur diffusion, leur impact dans l’imaginaire occidental …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *